Lors de son voyage au Chili en janvier dernier, qui fut une véritable catastrophe, El papa latino-américain avait défendu Mgr Juan Barros, évêque d’Osorno, soupçonné d’avoir caché les actes pédophiles du père Fernando Karadima, et avait disqualifié ses victimes.

Pour tenter de réparer ce fiasco, il a convoqué au Vatican, du 14 au 17 mai derniers, tout l’épiscopat chilien pour affronter ce scandale pédophile qui frappe l’Église du Chili. Au terme de ses trois jours de rencontres et de discussions, ces derniers ont tous donné leur démission dans les mains de François.

La Conférence épiscopale a également demandé pardon aux victimes des prêtres abuseurs et ont remercié la presse pour « le service pour la vérité ».

Le pape a tenu à réunir tous les prélats chiliens pour qu’ils rendent compte de leur gestion calamiteuse des cas d’abus sexuels, notamment ceux concernant le prêtre pédophile Fernando Karadima, et de leur silence. Dans une lettre remise à chacun d‘entre eux, jeudi 17 mai, il leur demandait de construire « une Église prophétique, à l’écoute de l’affamé, du prisonnier, du migrant et de l’abusé ».

Parmi les évêques démissionnaires, se trouve le cardinal Javier Errazuriz, membre de la commission de neuf cardinaux (C9) chargée de conseiller le pape sur les réformes de la Curie, et qui vient régulièrement à Rome. Ce dernier est accusé par la presse d’avoir favorisé l’omerta sur ces cas d’abus sexuels. Jeudi, il a accusé les victimes de “calomnies” dans un entretien au média chilien T13. “J’ai enquêté sur Karadima, je n’en dirai pas plus”, a commenté le cardinal. Le pape m’a dit que “je l’avais toujours bien informé”, s’est défendu le prélat chilien.

C’est maintenant au pape de décider si accepter ou non la démission de chaque évêque chilien.

Dans cette histoire, on peut regretter une médiatisation toujours croissante de ce genre d’affaires sordides quand cela touche au milieu ecclésiastique de l’Église romaine par des médias qui savent garder un étouffant silence lorsqu’il s’agit d’autres confessions religieuses, le monde politique ou les stars à paillettes.

Ensuite, l’Église conciliaire ravagée publiquement par ces péchés de pédophilie, mot qui cache en vérité une homosexualisation exponentielle chez ses clercs, subit là le châtiment que Dieu réserve aux impies et aux idolâtres. Et l’esprit d’Assise, boussole de Notre Temps post-Concile, n’est-il pas un épouvantable péché d’idolâtrie ?

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup