C’est bien un accord de dupes, que celui signé par le Vatican conciliaire avec Pékin la Rouge : il a livré tous les catholiques chinois entre les mains du Parti Communiste au nom de ce messianisme terrestre qu’est l’unité de la famille humaine, utopie chère au pape François.

Le discours prononcé par l’évêque de Pékin Joseph Li Shan, en visite officielle à l’Université catholique de Milan, en compagnie du secrétaire d’État du Saint-Siège le cardinal Parolin, en donne une preuve éclatante. Mgr Li Shan, évêque nommé en son temps par l’Association patriotique catholique chinoise, la courroie de transmission des ordres du Parti, peut bien argumenter que les ‘évêques’ – considérés schismatiques- choisis pendant des décennies par le gouvernement communiste chinois sont « restés fidèles à l’Église une, sainte, catholique et apostolique » et que maintenant grâce à l’accord Chine-Vatican ils sont enfin « en pleine communion avec le pape et avec l’Église universelle », la réalité est tout autre !

Qu’ils soient « en pleine communion » de mentalités hétérodoxes et naturalistes avec le pape François, peut-être bien, mais avec l’Église Catholique Une Sainte et Apostolique certainement pas, plutôt avec le Parti Communiste et le gouvernement marxiste ! Et c’est Li Shan lui-même qui le dévoile au cours de ce colloque international sur le thème 1919-2019. Espérance de paix entre Orient et Occident.

Avec un langage étudié, très diplomatique, maniant avec une aisance fort naturelle les contre-vérités sur la nature réelle de la vie catholique en Chine, faite avant tout de persécutions par les marxistes toujours au pouvoir, l’évêque de Pékin a expliqué au public milanais que l’Église en Chine « est gérée de manière démocratique et autonome » ; et que le gouvernement chinois « en conformité avec la loi » oriente les religions afin qu’elles puissent s’adapter au socialisme et s’intégrer dans la réalité de la société en approfondissant et valorisant « tous ces éléments de la doctrine [marxiste] qui favorisent l’harmonie sociale, le progrès, une civilisation saine » et donc en accroissant dans ce contexte « le rôle actif de l’Église catholique dans la construction du socialisme avec des caractéristiques chinoises ».

Et c’est bien pourquoi, pour faire avancer cette marxisation à la chinoise de la religion catholique, encore aujourd’hui croix et églises sont détruites, les vrais catholiques persécutés, tandis que de nombreux prêtres de l’Église souterraine sont écrasés par l’Association Patriotique Catholique Chinoise. Mais ces réalités contre-disent toutes les belles paroles du cardinal Parolin, la voix de son maître François, et de Li Shan, alors il les taisent.

La Rome bergoglienne préfère continuer à répéter, comme un mantra, paix, paix, paix, avec le gouvernement communiste chinois ! En totale contradiction avec l’encyclique du pape Pie XI, publiée le , Divini Redemptoris (Le Divin Rédempteur) portant sur le « communisme athée » et le condamnant comme « intrinsèquement pervers » :

« l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de la part de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne ». (Pie XI, Divini Redemptoris).

Francesca de Villasmundo




Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. daflon says:

    Le socialisme ? Je fais attention à ne pas marcher dedans lorsque je chemine sur le trottoir !
    Le capitalisme ? c’est l’exploitation de l’homme par l’homme.
    Le communisme ? c’est le contraire.
    Le communisme chinois c’est le travail à mi-temps (12h/jour) pour les ouvriers, logés sur place en dortoir convivial pour éviter la fatigue des aller-retour de l’usine au domicile.
    C’est l’association capital-travail : Les ouvriers travaillent tandis que les patrons empochent les bénéfices, moins une grosse enveloppe pour les dirigeants du parti qui maintiennent l’ordre et permettent ainsi de tenir les cadences de production.
    Le communisme n’est rien d’autre qu’une forme de capitalisme sournois et hypocrite, dominé par un petit nombre d’individus qui exploite les travailleurs par la force et la menace. Il prétend défendre les intérêts du peuple, mais dans les faits, il l’asservit cruellement sous sa dictature impitoyable.
    L’église catholique de Bergoglio fait mine de croire à une alliance possible avec ce système athée avide de pouvoir et d’argent. Et pour poursuivre ce but insensé et suicidaire, elle n’hésite pas à sacrifier à son « alliée »les chrétiens chinois sincères.
    Ils disent : Paix ! Paix ! Et il n’y a pas de paix. (Jérémie 6.14.)

  2. anne11 says:

    Serait-ce bientôt à notre tour d’être “livrés”…à l’Islam? ça semble bien parti pour…

  3. Ce n’est pas un accord de dupes !
    C’est tout sauf un accord de dupes. François et Parolin savaient exactement ce qu’ils faisaient et tout se passe maintenant comme prévu.

    • Etienne says:

      Bien de votre avis.
      C’est pourquoi on peut constater que “François et Parolin” sont une paire de pourris saligots.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

45 % 19.170 € manquants

15.830 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 26/03/2019

Il nous reste cependant 19.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !