L’acquittement d’Asia Bibi a déchaîné des manifestations islamistes colossales qui ont paralysées le pays. Le gouvernement pakistanais, après avoir tenté de résister à la pression de la rue, a finalement cédé : Asia Bibi restera donc, pour l’instant et encore dans sa prison pakistanaise, les autorités pakistanaises ayant accepté de signer un accord avec les manifestants. Il stipule d’une part que le gouvernement s’engage à lancer une procédure pour interdire à Asia Bibi de quitter le territoire, et d’autre part qu’il ne bloquera pas une requête en révision du jugement d’acquittement initiée par un religieux.

“Le gouvernement n’aurait jamais dû passer un tel accord”, a déploré Ashiq Masih, le mari d’Asia Bibi interrogé par la radio allemande Deutsche Welle. Il y voit une tentative de “faire pression sur la justice”. Le 4 novembre, la Commission des droits de l’Homme pakistanaise s’est dite “consternée” par l'”incapacité du gouvernement à protéger l’État et le caractère sacré de la loi”, qualifiant l’accord signé avec les islamistes de “mascarade” après le jugement “historique” de la Cour suprême.

Cette explosion de haine envers la jeune chrétienne acquittée laisse présager une possible vendetta sur les chrétiens. La sécurité de leurs lieux de culte a du être renforcée. La journaliste Anne-Isabelle Tollet, co-auteur avec Asia Bibi du livre Blasphème, revient sur cet acquittement et la loi islamiste pakistanaise sur le blasphème. Elle exprime pareillement sa crainte d’un regain de christianophobie contre les communautés chrétiennes.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :