21 JUILLET, 2018  PAR FSSPX.NEWS

A l’issue de son Chapitre général, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X rappelle l’importance et l’actualité de la déclaration de son fondateur Mgr Marcel Lefebvre du 21 novembre 1974, – plus de 50 ans « d’autodémolition de l’Eglise » permettent d’en apprécier toute la justesse. Aussi la Fraternité la fait-elle sienne dans son intégralité. « Nous adhérons de tout cœur, de toute notre âme à la Rome catholique, gardienne de la foi catholique et des traditions nécessaires au maintien de cette foi, à la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité. (…) Aucune autorité même la plus élevée dans la hiérarchie ne peut nous contraindre à abandonner ou à diminuer notre foi catholique clairement exprimée et professée par le magistère de l’Eglise depuis vingt siècles. (…) C’est pourquoi nous nous en tenons fermement à tout ce qui a été cru et pratiqué dans la foi et les mœurs, le culte, l’enseignement du catéchisme, la formation du prêtre, l’institution de l’Eglise par l’Eglise de toujours et codifié dans les livres parus avant l’influence moderniste du Concile, en attendant que la vraie lumière de la tradition dissipe les ténèbres qui obscurcissent le ciel de la Rome éternelle ».

La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X entend poursuivre son but principal qui est le sacerdoce tel que Notre Seigneur Jésus-Christ l’a voulu, et à l’orienter toujours vers ce qui est essentiellement sa raison d’être : le saint Sacrifice de la Messe. Elle est animée des mêmes sentiments que saint Pie X, son saint patron : « Nous affirmons en toute vérité que Nous ne voulons être et que, avec le secours divin, Nous ne serons rien d’autre, au milieu des sociétés humaines, que le ministre de Dieu qui nous a revêtu de son autorité. Ses intérêts sont Nos intérêts ; leur consacrer Nos forces et Notre vie, telle est Notre résolution inébranlable. C’est pourquoi si l’on nous demande une devise traduisant le fond même de Notre âme, Nous ne donnerons jamais que celle-ci : Restaurer toutes choses dans le Christ. » (E supremi apostolatus, 4 octobre 1903)

Forte de la même foi et de la même espérance que ce saint pape, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, par sa prédication et par ses œuvres, revendique pour Notre Seigneur Jésus-Christ la plénitude de son domaine sur tous les hommes et sur toutes les nations, de sorte que ses droits et son autorité soient reconnus par tous avec vénération. C’est pourquoi elle continue d’œuvrer pour le triomphe du Christ-Roi et invite toutes les âmes de bonne volonté à se joindre à elle dans cette entreprise surnaturelle exaltante.

Cœur douloureux et immaculé de Marie, priez pour nous qui avons recours à vous.

Ecône, le 21 juillet 2018

Cette adresse ramène la Fraternité Saint-Pie X à ses fondamentaux, à son fondateur Mgr Marcel Lefebvre, et à son saint patron, Saint-Pie X qui est le dernier pape “vraiment catholique” qui ait été canonisé, selon les termes de Mgr Lefebvre lors du sacre des quatre évêques. Saint-Pie X régna du 4 août 1903 au 20 août 1914, date de son rappel à Dieu. Il est l’auteur notamment de l’encyclique “Pascendi Domini gregis” sur les erreurs du modernisme, qui condamne par avance les erreurs de Vatican II et de l’Église conciliaire.

Cette adresse ne dit rien des éventuels rapports de la Fraternité avec Rome qui ont tant occupé les supériorats de Mgr Fellay. Elle prend à son compte la devise de Saint-Pie X, “Restaurer toutes choses dans le Christ »,  qui a dirigé Mgr Lefebvre dans son combat à la tête de la Fraternité Saint-Pie X.

Le samedi 21 juillet 2018, à 11 h, s’est clos, au Séminaire Saint-Pie X d’Ecône (Suisse), le 4e Chapitre général de la Fraternité Saint-Pie X qui a élu, le 11 juillet, Supérieur général pour 12 ans l’abbé Davide Pagliarani, ainsi que Mgr Alfonso de Galarreta et l’abbé Christian Bouchacourt, 1er et 2nd Assistants généraux. Source

Lire aussi: 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 commentaires

  1. Et quoi des nouveaux assistants supernuméraires, Émilie, nos archiconnus Schmidberger et Fellay ? Par quel procédé ont-ils été elus ? Les statuts d’érection de la FSSPX prévoient-ils quelque chose de la sorte ? Prière de rechercher et rapporter sur ce point.

    • Emilie Defresne says:

      Je n’ai fait que rapporter les éléments officiels. L’adresse a été publiée il y a une demi-heure. je ne sais rien des assistants surnuméraires. Je laisse à ceux qui sont renseignés le soin de commenter ces éventuels surnuméraires ainsi que leurs rôles, les pourparlers qui ont abouti à ceci ou à cela, bref, tout ce qui théoriquement est scellé dans le marbre du silence du chapitre. Comment savez-vous cela vous-même si aucun document officiel n’a été publié alors que le chapitre vient tout juste de se clôturer ? Cependant je suis comme vous intéressée par d’éventuelles fuites en restant cependant prudents sur leurs interprétations.
      Et bien sûr, si surnuméraires il y a, savoir si cela fait partie des statuts de la FSSPX qui ont déjà été par le passé largement bousculés. Attendre et voire!

      • https://disqus.com/home/discussion/remnantnewspaper/the_remnant_newspaper_sspx_news_two_new_assistants_general_announced_bishop_fellay_and_father_schmid/?utm_source=digest&utm_medium=email&utm_content=additional_comments

        Voilà, pardon, et merci pour ‹surnuméraires› :

        Vois se pencher les défuntes années
        Sur les balcons du Ciel, en robes surannées ;

        • Emilie Defresne says:

          Merci! J’ignore d’où « the Remnant », il est vrai habituellement bien informé, tenait ces infos à la date du 20 juillet, c-à-d hier. Alors que les capitulants sont tenus au secret. Si ces infos ne sont pas publiques c’est comme si elles n’existaient pas. Je n’ai rien vu sur le site officiel d’Ecône.

          En effet, selon les statuts aucun assistant surnuméraire n’est prévu… Mais à ma connaissance, il n’y en a pas.

          • Merci, Émilie. L’article est de l’éditeur Michael Matt en personne, un homme intègre et no-nonsense qui possède beaucoup de contacts partout dans le monde catholique anglophone. Le document m’en semble être un interne, peut-être à l’intention des prieurs du monde, de toute façon un document sans langue de bois et que normalement on ne verrait jamais. Que veut dire votre phrase « Si ces infos […] » ? Et, puisque j’écoute actuellement une transmission de ‹ Don Giovanni ›, je pense aussi à ‹ Così fan tutte › : « Cara semplicità ! quanto mi piace. » (Don Alfonso). Le site officiel d’Écône ne vaut pas grand-chose dans une telle affaire. Une autre possibilité est qu’il s’agit d’une fumisterie monumentale, mais je n’y crois pas. Votre information que les statuts ne prévoient aucun assistant surnuméraire m’est très utile, puisque je ne les ai pas). Je connais au moins un bon prieur qui vient d’être muté après que les deux grands moutons richards parmi ses ouailles avaient écrit au supérieur du district en l’accusant de ne pas être assez « pastoral » .
            Eh ben, on va voir. À la radio, Don Giovanni vient d’être emporté par les démons en enfer. Salut, à la prochaine.

  2. Xavier S. says:

    C’est peut-être comme dans les grandes entreprise, où les PDG en fin de mandat deviennent membres du conseil d’administration…

  3. Guilhem Crouzablanque says:

    En dehors de ce qui est écrit dans les statuts (ce qui a tout à fait son intérêt) s’est-on posé la question de savoir pourquoi seule la partie la plus “positive”de la declaration de Mgr Lefebvre, au yeux des “accordistes”, à été reprise dans “l’adresse” ? Sauf erreur de ma part, il y manque tout ce qui se réfère à la condamnation du Concile Vatican 2 et à la Rome de tendance neomoderniste voire neoprotestante.
    On me répondra : vous êtes sévère, voire complotiste ! Ne voyez vous pas qu’il est indiqué :” Aussi la Fraternité la fait-elle sienne dans son intégralité.”
    Alors, pourquoi cherchez vous des problèmes là où il n’y en a pas ?
    A ceci je répondrai : ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément.
    Je n’ose penser que les membres du chapitre général n’ait jamais entendu parler de Boileau. Ou alors, c’est le règne de la combinazione !

  4. ce chapitre a un goût d’entourloupe: effectivement deux assistants de dernière minute ont été rajoutés:
    Mgr Fellay +abbé Schimdberger!!!
    un coup de maître j’appelle ça
    le pauvre Supérieur est bel et bien bloqué pour 12 ans avec de tels assistants
    une honte tout simplement

  5. Que d’habilité, un gouvernement visible et un autre invisible (ou profond). Et sera martelé chaque dimanche dans chaque prieuré la ligne de Mgr, évidemment. Matthieu 13.

  6. Serviteur says:

    Je suis étonné que personne n’ai rappelé qu’un élu est nécessairement à l’image des membres électeurs.
    Rappelez-vous que Mgr Fellay avait réagencé les responsables de prieurés, de district etc. bien avant le chapitre.

    Mgr Fellay et monsieur l’abbé Schmidberger ne se sont pas “incrustés” dans le chapitre, c’est le chapitre lui-même qui a décidé d’élire deux conseillers généraux.

    C’est donc pire encore, car ces deux oiseaux là ont une totale légitimité dorénavant et pourront arguer qu’on les a appelés…

    12 années d’attente encore ? Sommes-nous sûrs ? C’est très long, et la trahison de la Tradition a déjà eu lieu par la praxis canonique concernant les mariages et les confessions et la Messe etc. en ceci que :

    le nouveau code de droit canon est inspiré des principes libéraux de la révolution dite française. Homocentrisme, déification de l’homme, relativisme, le salut est dans toutes les religions etc…
    l’herméneutique de continuité toujours suivie par Bergoglio, qui est une herméneutique de rupture en réalité, justifie par les faits bruts les changements les plus opposés, dans les mœurs et dans l’enseignement, à la religion que Jésus à prêché pendant sa vie publique.
    la “nouvelle pentecôte” de Vatican II a généré textes et praxis qui ont montré à la face des catholiques jusqu’alors fidèles, un aveuglement des plus totaux et radicaux.
    la prélature personnelle envisagée et bipartite, sur laquelle personne n’est encore revenue (laissons le temps à l’abbé Pagliarani de prendre son commandement cependant), est une disposition juridique se fondant sur un des textes de Vatican II, canoniquement reconnue par le Code de Droit Canon de 1982.

    J’en passe et des pires encore.

    Le vrai souci, me semble t’il, madame Defresne, c’est que dorénavant, toute opposition à la FSSPX par un laïc ou apr des prêtres, se devra fonder sur l’absence de décision au sujet de celles prises par Mgr Fellay.

    Autant dire que d’une défense positive, on passe à une défense négative. Sur le plan humain, c’est déjà perdu.

    Pour conclure, laissons la parole à Mgr Freppel, dont aucun catholique traditionnel ne saurait remettre en question le bon sens de l’assertion suivante :

    “« Le plus grand des malheurs pour un siècle ou pour un pays, c’est l’abandon ou l’amoindrissement de la vérité. On peut se relever de tout le reste ; on ne se relève jamais du sacrifice des principes. Les caractères peuvent s’infléchir à des moments donnés, et les mœurs publiques recevoir quelques atteintes du vice ou du mauvais exemple ; mais rien n’est perdu tant que les vraies doctrines restent debout dans leur intégrité. Avec elles tout se refait tôt ou tard, les hommes et les institutions, parce qu’on est toujours capable de revenir au bien lorsqu’on n’a pas quitté le vrai. Ce qui enlèverait jusqu’à l’espoir même du salut, ce serait la désertion des principes, en dehors desquels il ne se peut rien édifier de solide et de durable. Aussi le plus grand service qu’un homme puisse rendre à ses semblables, aux époques de défaillances ou d’obscurcissement, c’est d’affirmer la vérité sans crainte, alors même qu’on ne l’écouterait pas ; car c’est un sillon de lumière qu’il ouvre à travers les intelligences ; et si sa voix ne parvient pas à dominer les bruits du moment, du moins sera-t-elle recueillie dans l’avenir comme la messagère du salut ».

    • Chouanne says:

      “Mgr Fellay et monsieur l’abbé Schmidberger ne se sont pas « incrustés » dans le chapitre, c’est le chapitre lui-même qui a décidé d’élire deux conseillers généraux.”

      Je ne vois pas sur quoi vous fondez votre avis.
      S’il y a eu chantage auprès des électeurs, il me semble plus vraisemblable, surtout au bout de 10 jours de tractations et donc de résistance du chapitre, que l’élection de ces deux oiseaux soit consécutive à un compromis opéré sous la contrainte. Il se dit, et plusieurs affaires antérieures le recoupent, que Mgr Fellay ait aménagé le trésor de la FSSPX en mettant les clefs sous séquestre.

      Il vaut mieux éviter d’accabler le chapitre, à moins que vous ayez des éléments pour le faire. Et laissons à l’abbé Pagliarani le temps de prendre ses fonctions, comme vous le dites.

      Par ailleurs, je ne suis pas de votre avis non plus sur votre péremptoire: “Sur le plan humain, c’est déjà perdu.” Rien n’est jamais perdu tant qu’il y a de la vie. Et toute réforme dans un sens peut être corrigée dans l’autre.
      24 ans d’un travail de division au sein de la Fraternité ne se corrigera pas en un jour et le supérieur général devrait en premier avoir le soucis de rassembler de nouveau le troupeau, sans heurter de front ceux que la politique de ralliement de Mgr Fellay avait convaincu. Ceux-là il ne faut pas les laisser de côté non plus.

      Mais c’est sûr que la tache n’est pas facilité à la nouvelle équipe qui est animée des meilleures intentions au vu de la déclaration du 21 novembre 1976 de Mgr Lefebvre dont le chapitre se réclame DANS SON INTÉGRALITÉ.

      Depuis le temps qu’on ne cesse de nous dire que la FSSPX est morte et bien, non, elle vit toujours. Il faut de la persévérance et ne pas tout envoyer promener sous prétexte qu’il y a des embûches. Si les premiers chrétiens avaient tout envoyer balader sous prétexte que c’était dur, l’Eglise n’aurait jamais vaincu et n’aurait pas dépasser (et encore?) la disparition des apôtres.

  7. Serviteur says:

    Bonsoir Chouanne.

    Pardon si je vous ai choqué. Je m’explique.

    Qu’il y ai eu ou non des pressions ou du chantage sur le chapitre est en-effet quelque-chose que ni moi ni vous ne pouvons prouver.

    En revanche, chère madame, vous devez regarder OBJECTIVEMENT les faits ; pressions, chantages ou non, il n’empêche que ce chapitre a élu ces deux oiseaux-là. S’ils ont cédé à une pression, Dieu leur pardonne. S’ils n’ont eu a subir aucune pression, Dieu leur pardonne encore plus. On a toujours le choix.

    Secondement, je réaffirme que sur le plan humain, c’est perdu, sauf si les décisions et rapprochements prises et faits par Mgr Fellay sont abrogés par le nouveau supérieur. Parce que sans cela, la pratique continuera, et donc les principes opposés seront abandonnés par souci de cohérence.

    Oui, cela ne se corrigera pas en un jour et oui, laissons au nouveau supérieur la possibilité de réagir. La déclaration du chapitre ne m’impressionne pas. Cela fait des années que nous vivons dans un monde de mots et de déclarations tous azimuts.

    Les faits, ou l’absence de faits ne mentent pas, eux.

    Je pense que la différence entre vous et moi vient de ce que j’ai perdu confiance en la FSSPX, et que si je me garde bien de partir en vrille, c’est par souci de charité et de patience. C’est une épreuve que je ne suis pas le seul à subir.

    Enfin, chère madame, le chef rassembleur que vous attendez de bon aloi ne saurait rassembler sans revenir sur les erreurs passées, tout comme vous et moi, catholiques traditionnels, attendons non pas la réforme, mais la condamnation ou l’abandon de Vatican II.

    Je n’ai aucune raison de douter des intentions du nouveau supérieur, mais de celles du chapitre, j’en ai car, objectivement, avec ou sans pressions, ces membres du chapitre ont élu deux “conseillers généraux” hors des statuts (un abbé vient de m’assurer que ce n’est pas dans les statuts, il est dans la FSSPX depuis plus de 25 ans).

    Étant donné que le supérieur, pour les décisions les plus importantes, ne peut les prendre sans le chapitre et sans son vote (à-moins de se montrer tyrannique au sens de saint Thomas dans le De Regno COMME MGR FELLAY), attendu que ce chapitre a réélu deux des principaux acteurs de la division dans la FSSPX et deux acteurs du ralliement, alors le chapitre est au minimum faible, au pire complètement orienté dans le sens de la politique du précédent supérieur.

    Au sujet des pressions, tout le monde a toujours de bonnes excuses. Devant Dieu, il n’y en a aucune hors Sa Miséricorde. C’est aussi valable pour moi et avant toutes et tous.

  8. Chouanne says:

    “Je pense que la différence entre vous et moi vient de ce que j’ai perdu confiance en la FSSPX, ”
    Effectivement cher ami, cela fait une nette différence entre vous et moi. Je n’ai pas perdu confiance en la FSSPX, ainsi que je vous l’expliquais plu haut, s’il fallait perdre confiance à chaque fois que les choses ne vont pas comme nous le voulons, l’Eglise n’aurait jamais réussi à se construire tant elle a connu d’embûches. Et des embûches annoncées par NSJC Lui-même.

    Soit on pense que la FSSPX est une opération sauvegarde qui a eu la bénédiction du Ciel, soit on ne le croit pas.

    En ce qui me concerne, tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir et tant que la FSSPX n’est pas ralliée à la Rome moderniste, elle vit.
    D’autre part, l’Evangile de ce matin nous invite à l’humilité. Plonger dans le dogmatisme et l’aveuglement envers les lois conduit à l’orgueil des pharisiens. Les lois ne sont bonnes que tant qu’elles servent la foi. Ceci dit sans les minimiser.

    “La déclaration du chapitre ne m’impressionne pas. Cela fait des années que nous vivons dans un monde de mots et de déclarations tous azimuts.”
    On ne peut pas prendre au pied de la lettre tout les mots de la FSSPX qu’on juge négatifs et d’un autre côté réfuter d’un revers de main tout ce qui est positif.. L’intégralité de la déclaration de Mgr Lefebvre, quel que soit l’extrait cité c’est la référence à intégralité qui compte. Nous sommes en droit d’exiger de l’abbé Pagliarani qu’il suive l’adresse du chapitre et s’il ne le fait pas cela lui sera reproché à juste titre.

    Quand j’évoque un chef rassembleur, je pense au pape ou tout au moins à quelqu’un qui aurait une autorité supérieure et qui saurait l’imposer, fut-il un homme politique. Et donc imposer la Tradition, cela va de soi. Donc il suffira de revenir à la Tradition comme cela a été fait à la fin de l’arianisme, nestorianisme, monophysisme et Cie qui ont divisé les évêques en enjambant les siècles aux débuts de l’Eglise.

    Bien évidemment que les deux conseillers ont été élus hors les statuts, vous avez dans l’article ci-dessus l’extrait des statuts qui l’expose. Cependant les statuts admettent d’éventuelles retouches aux statuts (vous avez dans l’article le lien qui vous conduit aux statuts de la FSSPX).
    Ce qui est important c’est la personnalité des deux conseillers et non les statuts. Or leur personnalité est très problématique, mais en faire grief au chapitre et en déduire que la FSSPX est perdue de ce chef c’est un peu rapide. C’est ignorer que la FSSPX est humaine composée d’hommes qui par définition sont imparfaits tout comme ceux qui composent l’Eglise militante.
    Espériez-vous que le chapitre explose ? A vous lire on peut le craindre.

    Si vous espériez la perfection avec la FSSPX, vous vous êtes trompé, car sur terre elle n’existe pas. Et le pardon (confession) est une institution de NSJC, qui n’existerait pas si la perfection était de ce monde. Ceux qui, d’une manière général, quittent le navire avant même d’avoir tenté de le colmater, sont responsables de son éventuelle disparition. La FSSPX mérite qu’on la défende et qu’on se batte pour qu’elle poursuive sa route si imparfaite soit-elle.

    Je vous invite donc à observer les faits objectivement en fonction de l’histoire de l’Eglise, cela rend très modestes, très humbles.

    Vu que nous ne sommes, ni vous (je suppose) ni moi l’autorité par laquelle le salut de la FSSPX et plus encore de l’Eglise est susceptible d’arriver avec la grâce de Dieu, je remercie le Bon Dieu pour la FSSPX et parce qu’Il lui permet de poursuivre son chemin en cette fin du mois de juillet 2018. Le reste est entre Ses mains.