Nous avions évoqué sur MPI l’agression du député FN de Béthune, Ludovic Pajot, qui lui avait valu une blessure à la mâchoire et 5 jours d’ITT. Le second agresseur a lui aussi bénéficié de la clémence de la justice régimiste. Le 24 octobre, il a été condamné à la peine dérisoire de 6 mois de prison avec sursis, et ce alors qu’il avait attaqué un parlementaire en parfaite connaissance de cause. Preuve que les antifas sont une milice auxiliaire du régime, l’agresseur n’a été condamné qu’à 6 mois de prison avec sursis, sans révocation de son premier sursis qu’il avait eu lors de sa condamnation en 2010. Il devra en outre verser à sa victime 1400 euros de dommages et intérêts.

L’élu patriote est choqué par le verdict : « Alors que mon agresseur était déjà sous le coup du sursis, la justice laxiste lui inflige encore du sursis comme une incitation à récidiver ». Notons qu’il avait échappé au premier procès car selon son avocate, Me Mauro, il y avait eu « une atteinte aux libertés de (son) client, déféré entravé sans aucun titre », menotté et retenu en dehors du cadre légal de la garde à vue.

Le parquet avait requis 4 mois fermes, mais un élu patriote n’est qu’un élu de seconde catégorie aux yeux de la justice. « Vous croyez qu’on combat des idées à coups de poing ? » avait demandé le Président à l’antifa., alors que Me Moulin, l’avocat du député, précisait que son client a été frappé en raison de sa fonction et de ses idées, sans oublier les insultes (« Sale facho ! Fils de p…  »). Condamnant, « au-delà des convictions politiques », le recours à la violence pour régler ses comptes, le procureur rappelle que la victime « a été marquée par les faits subis  ». L’homme, mais aussi la personne chargée d’une mission de service public, du fait de sa fonction de député, ce qui aggrave les choses aux yeux de la justice. Il a requis la même peine que lors du premier procès : quatre mois de prison.

C’était sans compter le contexte politique et la dialectique de Me Mauro : « Il n’est pas chargé d’une mission de service public, mais investi d’un mandat public électif ». Mon instinct me dit que si un skinhead (enfin, s’ils existaient ailleurs que dans les films) frappait – au hasard – Monsieur Mélenchon en le traitant de « Sale rouge ! Vipère lubrique ! », je doute que le Président fasse une subtile nuance entre les deux.

Tous les élus de la République sont égaux. Certains sont plus égaux que d’autres. Ludovic Pajot montre que certains ne sont pas égaux du tout…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :