Reçu d’un lecteur :

« Dimanche à midi, descente de gendarmes dans le restaurant où je taffe.

Scène surréaliste, j’arrive toujours pas à digérer ce qui s’est passé, ça m’empêche de dormir. Veuillez m’excuser pour les fautes et la ponctuation, j’ai vraiment besoin d’écrire ça anonymement pour me soulager.

Service classique d’un dimanche dans le restaurant. A table des familles, des couples, des amies, une soixantaine de clients, tout le monde est content, ils passent tous un très bon moment.

Puis là, sur les coups de 13 heures, les gendarmes qui se garent devant le restaurant. Une table de quatre vieux parle à vive voix « Ah! Ca sent le contrôle sanitaire ».

Gros silence dans la salle.

L’un de mes collègues en salle n’est pas vacciné, il part vite derrière dans les cuisines se planquer et là 6 clients en panique totale se lèvent, tout le monde se regarde, l’ambiance est lourde, malsaine. Deux clients des 6 clients partent vite dans les toilettes, les autres nous supplient de les cacher quelque part. La seule issue possible ce sont les portes de l’entrée. Le responsable leur dit d’aller dans les chambres froides a l’arrière. Un enfant commence à pleurer de voir son père partir en panique, le grand-père et la grand-mère le rassurent.

Les gendarmes prennent le temps, il s’est passé même pas deux minutes depuis qu’ils se sont garés. Cinq minutes après, ils sortent, ils sont quatre, quasiment tous jeunes, à peine 30 ans. J’ai toujours l’espoir qu’ils viennent juste prendre un truc à emporter, mais non, à peine la porte passée, un gendarme reste devant et les autres font : « Bonjour, Gendarmerie Nationale ! Nous allons procéder aux contrôles du pass sanitaire ! Veuillez présenter vos pass avec une pièces d’identité s’il vous plaît ! ».

Un des gendarmes va voir le responsable pour confirmer que nous avons contrôlé les pass, il confirme sans balancer les clients partis se cacher.

Un autre véhicule de gendarmes arrive, ils sont trois, ils viennent aussi, les autres contrôlent les pass. Tout va bien, jusqu’à ce que l’un des gendarmes arrive à une table de trois personnes, deux vieilles et un vieux. Je suis juste a côté et là j’entends la vieille balancer discrètement au gendarme que des gens sont partis se cacher dans les toilettes et dans les chambres froides.

J’ai eu une boule au ventre, je suis tétanisé, le gendarme fonce direct; limite en poussant tout sur son passage, voir mon responsable qui devient blanc. Le gendarme dit à deux de ses collègues d’aller voir dans les WC et lui et deux autres voir dans les chambres froides. Bingo ! Comme vous vous en doutez, ils avaient des pass sanitaires, mais pas à leur nom. Personne dans la salle n’a essayé de les défendre, limite c’était bien fait pour eux. Moi et le chef nous avons essayé d’arranger la situation mais sans soutien autour de nous ils en avaient rien a foutre.

Bref voilà où nous en sommes en fin 2021. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

39 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :