La nouvelle tombée vendredi est significative. A l’issue d’une journée d’audition par trois juges d’instruction, la Cour de justice de la République (CJR) a mis en examen, vendredi 10 septembre, l’ancienne ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, pour « mise en danger de la vie d’autrui », en raison de sa gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus. Agnès Buzyn est par ailleurs placée sous le statut de témoin assisté pour « abstention volontaire de combattre un sinistre ».

La Cour de justice de la République (CJR) est la seule instance habilitée à juger des ministres pour les faits accomplis durant leur mandat. Elle a débuté son enquête sur la gestion de la crise Covid-19 depuis juillet 2020, saisie par environ 14 500 plaintes, selon le décompte du procureur général près de la Cour de cassation, François Molins. C’est la démonstration de l’efficacité des formulaires types proposés en ligne par des avocats tels que Me Fabrice Di Vizio.

On attend la réaction de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) où a été recasée Agnès Buzyn après son échec à conquérir la Mairie de Paris.

Cette mise en examen d’Agnès Buzyn tombe à pic pour donner raison à Cassandre Fristot à quelques semaines du jugement de celle-ci. La présence du nom d’Agnès Buzyn sur la pancarte brandie par Cassandre Fristot pour désigner les “traîtres” qui ont agi contre l’intérêt des populations dans la gestion du Covid-19 s’avère parfaitement légitimée par cette mise en examen de l’ex-ministre.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

12 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :