Comme les pompiers (1.915 agressions en 2015), les médecins connaissent la joie de la France cosmopolite et métissée. Si on en croit Le Parisien dans son numéro du 4 avril, en 2017, pour la première fois, le nombre de médecins agressés a franchi la barre des 1.000 (exactement 1.035 cas recensés par le Conseil national de l’ordre des médecins), les médecins femmes étant les premières victimes depuis cette année (51 % des cas contre 46 % en 2016), comme le déclare le docteur Hervé Boissin, coordonnateur de l’observatoire de la sécurité au CNOM : « Pour certains, elles sont clairement une cible. Il n’y a jamais eu autant de violences. Ce sont des insultes, des crachats, des vols, des agressions sexuelles, des coups. ». Le nombre d’agression est en hausse croissante : 512 en 2009, 920 en 2010 et donc 1.035 en 2017. 61 % des médecins attaqués sont des généralistes, 6 % des ophtalmologues, 3 % des psychiatres et 30 % des autres branches de la médecine.

Si on en croit l’article du Parisien, dans 50 % des cas, l’agresseur est le patient, estimant que la prestation est trop « lente », mécontent de ne pas avoir telle ou telle ordonnance… Dans 15 % une personne qui l’accompagne. Les témoignages sont nombreux. Selon Alain-Michel Ceretti (président de France Assos Santé, puissant regroupement d’associations de patients) : « Être agressé alors qu’on soigne, c’est purement intolérable. Si la mesure du problème n’est pas prise et si rien n’est fait, on va voir des médecins quitter certaines zones, réduire leur présence le soir, ne plus faire de visite à domicile. On se doit de protéger nos médecins.». « C’était vraiment violent. J’étais très marqué mais ma salle d’attente aussi. Les patients étaient traumatisés. Tout le monde trinque dans ces cas-là. La peur s’installe, ce n’est pas serein. Les pouvoirs publics doivent réagir et notamment le ministère de l’Intérieur.» (Dr Hervé Boissin suite à son agression de décembre 2017). Pour parer à cet état de fait, il est question de généraliser la mise en place du système Reporty qui permet de relier à distance les médecins aux forces de l’ordre.

L’étude des départements où la part des agressions de médecins est la plus importante est – disons – instructive…

– Plus de 100 agressions par an : Nord (108), Bouches-du-Rhône (107).

– Plus de 50 agressions :

– Plus de 20 agressions : Haute-Garonne, Hérault, Isère, Loire, Loire-Atlantique, Moselle, Seine-Maritime, Yvelines, Var, Vaucluse, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis.

– Plus de 10 agressions : Calvados, Côte-d’Or, Doubs, Gironde, Meurthe-et-Moselle, Maine-et-Loire, Pas-de-Calais, Paris, Haute-Vienne, Essonne.

– Plus de 5 agressions : Ain, Aisne, Allier, Hautes-Alpes, Aude, Charente-Maritime, Cher, Côtes-d’Armor, Dordogne, Drôme, Eure-et-Loir, Finistère, Gard, Landes, Loiret, Marne, Morbihan, Nièvre, Puy-de-Dôme, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Saône-et-Loire, Seine-et-Marne, Deux-Sèvres, Vienne, Val-de-Marne.

– Au moins 1 agression : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardèche, Ardennes, Ariège, Aube, Cantal, Corrèze, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Creuse, Gers, Ille-et-Vilaine, Indre, Jura, Lot, Lozère, Mayenne, Meuse, Oise, Orne, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Rhône, Haute-Saône, Sartre, Savoie, Haute-Savoie, Somme, Tarn, Tarn-et-Garonne, Vendée, Vosges, Yonne, Val-d’Oise.

– Pas d’agression : Aveyron, Charente, Eure, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Haute-Loire, Lot-et-Garonne, Manche, Haute-Marne, Territoire de Belfort.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 commentaires

  1. Seulement plus de vingt agressions en Seine-Saint-Denis ! J’ai du mal à y croire.

  2. Les motifs d’insatisfactions sont nombreux, ils faut comprendre cette clientèle de haute qualité, exigeante, habituée à des prestations d’un autre niveau au bled.

    Les revendications sont très élaborées et il ne faut pas se cacher que le personnel médical a du mal à y répondre

    “Ouais dis madame. Tum’fais un arrêt de travail.”
    Nique la police, nique ta mère, Nique ta race, Nique les babtous fragiles, nique les meufs, nique les toubibs.
    “fais passer la tune, c’est où les allocs ?”

  3. patrick says:

    Et Oui, nos politiques depuis au moins giscard trahissent la France et n’en ont rien à foutre des vrais français. Ces sauvages arrivés d’on ne sait trop où n’ont absolument aucune morale si ce n’est celle du coran totalement incompatible avec n’importe quel être humain digne de ce nom, avec aucune civilisation honnête respectueuse de la femme et de l’homme, ne servant que leur monstrueuse sauvagerie, leur multitude de vices de toutes natures, leur bassesse.
    Problème, il n’y a encore pas si longtemps ces mêmes médecins aujourd’hui agressés minimisaient les actes de ces monstres, , voir leur trouvaient des excuses, et puis ça faisait bien sur le cv d’avoir fait du sans frontière… alors, et maintenant voilà votre remerciement. Maintenant vous comprenez mieux les petits français maintenant que c’est votre tour… et bientôt encore à qui? Que va t il falloir pour qu’enfin nous fichions tous ces sauvages à la porte et pourquoi pas avec ceux qui ont créé ce désordre et tous ceux qui collaborent à ce CRIME contre l’humanité et la FRANCE.

    • “nos politiques depuis au moins giscard trahissent la France” Depuis au moins de Gaulle qui a livré la France à la chienlit communiste qui a porté les valises du FLN et favorisé les musulmans, par haine anti-chrétienne.
      L’idéal serait que ces barbares s’attaquent aux députés, sénateurs, journalistes, magistrats franc-macs. Mais ils ne sont pas fous ils savent à qui ils doivent leur impunité. C’est le petit peuple qui va devoir prendre sa sécurité en mains.

  4. Jean-Pierre DICKES says:

    La plupart des médecins dont je suis ne font pas suivre leurs plaintes au Conseil de l’Ordre. Parce que cela en pratique ne sert à rien sinon alimenter les statistiques. Une fois j’ai été réquisitionné par la police.Un type excité menaçait de tuer sa compagne. Je suis entré avec un policier. On a fait sortir la compagne. Le type a bondi et fermé la porte au verrou. Nous étions enfermés avec un gars qui nous menaçait de nous tuer. A cette époque les policiers n’étaient pas armés. C’est le policiers qui nous a sauvé. Il lui a parlé d’une relation qu’ils avaient en commun. Puis de la même école où ils avaient été tous les deux. Finalement le fou furieux s’est calmé et à ouvert à la condition qu’il ne serait ni envoyé à l’hôpital ni poursuivi. C’est ce qui s’est passé. J’ai connu la même situation à une époque à laquelle je sortais des parachutistes. J’ai neutralisé le fou furieux.Il a fallu l’emmener avec la camisole de force. C’est la seule fois où j’ai vu ce truc. J’ai perdu la vision partielle de l’oeil gauche en raison d’un coup de poing violent suite à une situation identique.Quatre interventions chirurgicales. J’en souffre toujours…Il a eu une condamnations symbolique d’une peine qu’il n’a jamais faite. Jamais je n’ai eu l’idée de signaler tout cela au Conseil de l’ordre. J’ai eu tort. Et te tort tue.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

1500 récoltés 33.500 € manquants

1500 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.500 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !