Au détour d’un entretien avec Alain Escada sur l’appel qu’il a lancé au nom de Civitas pour honorer Notre-Dame de Paris et sainte Jeanne d’Arc par une messe en plein air suivie d’un défilé le dimanche 12 mai prochain, nous apprenons qu’il a été contacté ce jeudi midi par un assistant de Cyril Hanouna pour participer à l’émission Balance ton post. Le président de Civitas a refusé l’invitation. Nous avons voulu en savoir plus.

MPI / Pouvez-vous nous préciser le contexte de l’émission de Cyril Hanouna à laquelle vous étiez invité à participer ?

Alain Escada / L’assistant de Cyril Hanouna m’a contacté vers 12h30 pour me proposer de participer à l’émission Balance ton post de ce jeudi soir. Il m’a été annoncé que le thème serait “Peut-on rire de la religion ?”, qu’il y aurait sur le plateau un évêque, un rabbin et un imam mais qu’il souhaitait que je participe également à cette émission.

MPI / Et vous avez décliné l’invitation ? Pourquoi ? Vous êtes pourtant rôdé aux plateaux de télévision ?

AE / J’ai refusé pour de multiples raisons. La première est que je considère totalement indécent et inapproprié d’aborder un tel sujet un Jeudi Saint dans une émission qui relève de la politique spectacle. Ce n’est ni le jour ni le lieu pour débattre d’un sujet comme celui-là.

Si cela n’avait pas été un Jeudi Saint, il n’empêche que ce n’est pas dans une émission animée par Cyril Hanouna et ses comparses que je pourrais espérer exposer correctement mes opinions. Cela tournerait soit à la farce soit à la foire d’empoigne, mais cela ne serait pas d’un niveau intéressant.

Ce type de programme frise l’abrutissement des téléspectateurs et tend à ridiculiser ceux qui s’y prêtent.

Du reste, on ne peut pas s’attendre à un traitement équitable. Des représentants des trois monothéismes sont conviés mais, au final, c’est toujours le catholicisme qui sert de cible principale.

Je rappelle que Cyril Hanouna déclarait à Paris-Match durant l’été 2017 être un “juif traditionaliste”. Or l’humour juif n’est autorisé que s’il est pratiqué par des Juifs. On va vous dire que les Juifs savent rire de leur religion. Mais les mêmes blagues prononcées par des non-Juifs seront aussitôt considérées comme antisémites.

MPI / Mais peut-on rire de la religion ?

AE / Qui n’a pas rit avec Fernandel en Dom Camillo ? Qui n’a pas rit avec le sermon du Curé de Cucugnan ? C’est de l’humour, ce n’est pas de la moquerie, encore moins du blasphème.

MPI / Pourtant, certains disent qu’on doit pouvoir rire de tout.

AE / Ceux qui vous disent cela sont souvent les premiers à envoyer d’autres devant les tribunaux. La vérité, c’est que nous avons tous nos tabous. Ceux qui vous disent qu’il faut pouvoir rire de la religion, en particulier du catholicisme si vous observez bien, vont souvent placer d’autres interdits. Regardez les ennuis faits à l’humoriste Dieudonné. Regardez les récentes condamnations d’Alain Soral pour des dessins sur la Shoah dont il n’est pourtant pas l’auteur. Vous voyez bien qu’il y a là un déplacement de la notion de “sacré”. Et les tribunaux de la république en sont les gardiens.

Vous observerez que, dans le même temps, une responsable de l’UNEF peut écrire sur Twitter – jusqu’ici en toute impunité – qu’il faudrait gazer les Blancs, puis se moquer de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Là, les tribunaux ne bougent pas. Depuis quelques années, le Français blanc catholique hétérosexuel est devenu un citoyen de seconde zone. C’est cela la vérité. Aurais-je eu le temps de pouvoir démontrer cela en direct à la télévision ?

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

18 commentaires