Albert Uderzo est décédé à l’âge de 92 ans d’un incident cardiaque. L’œuvre la plus connue de ce dessinateur de bandes dessinées est sans conteste la série d’aventures d’Astérix et Obélix, ces deux Gaulois courageux et sympathiques.

Comme le fait remarquer malicieusement Civitas, Uderzo a appris à plusieurs générations d’enfants qu’il existera toujours un village gaulois pour résister à l’envahisseur.


Mais Uderzo fut très prolifique et son œuvre dépasse de loin le seul univers d’Astérix et Obélix. Parmi les autres personnages que les bédéphiles apprécient le plus, il y a l’indien Oumpah-Pah.

D’autres personnages imaginés avec son complice Goscinny sont oubliés mais bénéficieront peut-être d’un regain de curiosité. Citons Benjamin et Benjamine, deux adolescents, le pirate Jehan PistoletLuc Junior, un jeune homme voyageur,…

Mais Uderzo a aussi connu le succès avec un autre scénariste que Goscinny. C’est en effet avec Jean-Michel Charlier qu’Uderzo a lancé les aventures de Tanguy et Laverdure, deux pilotes de chasse français.

Cette série fut adaptée au petit écran. Le feuilleton télévisé Les Chevaliers du Ciel avait d’ailleurs pour bande originale une chanson de Johnny Hallyday !

Jean-Michel Charlier est un autre grand nom de la BD. On lui doit notamment le scénario de Blueberry (avec pour dessinateur Jean Giraud, également connu sous le nom de Mœbius), de Barbe Rouge,…

Pour la petite histoire, Jean-Michel Charlier fut aussi l’auteur de reportages pour la télévision. Dont un reportage sur Léon Degrelle qui fut censuré par la télévision française. Reportage qui fut suivi d’un livre, Léon Degrelle : persiste et signe publié aux éditions Jean Picollec.

Uderzo, Goscinny et Jean-Michel Charlier ont fait les belles heures d’un magazine de BD qui s’appelait Pilote. Beaucoup de grands noms de la bande dessinée y ont fait leurs premières armes. On y trouvait aussi bien des planches de Greg, le dessinateur d’Achille Talon, que de Gotlib ou de Fred, le dessinateur de Philémon.

Un autre collaborateur du journal Pilote est connu de beaucoup de nos lecteurs : Serge de Beketch, que l’on retrouvera plus tard chez Minute ou à Radio Courtoisie.

Car, c’est aujourd’hui trop oublié, le monde de la bande dessinée put compter durant des décennies sur des hommes de talent issus de la droite nationale.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :