Le quartier général d’un groupe pro-vie du Wisconsin (Etat industriel du nord des Etats-Unis) a été fortement endommagé par un attentat terroriste probablement lié à la fuite d’un projet d’arrêt de la Cour Suprême des Etats-Unis visant à renverser l’horrible arrêt Roe contre Wade (1973) ayant interdit aux 50 Etats d’interdire ou même de limiter l’avortement.

Le nom de ce groupe pro-vie est « Wisconsin Family Action ».

En 1992, l’arrêt « Casey » avait permis des limitations de l’avortement, mais uniquement quand le foetus est viable en dehors du corps de la mère (environ 6 mois selon la jurisprudence actuelle des Etats-Unis).

Une loi fédérale, votée sous la présidence de George Bush fils (2001-2009), a interdit les avortements par naissance partielle (réalisés en général après six mois de grossesse). Ces derniers, toutefois, ne représentaient que 1% du total des avortements.

Les possibilités qu’ont les Etats de limiter l’avortement sont aujourd’hui très réduites. Ils ne peuvent le faire que lorsque le foetus est viable ou en contrôlant plus strictement les normes de sécurité des lieux où des avortements sont commis. Mais ces normes ne visent qu’à garantir la protection des mères enceintes et des « employés », et non la vie des enfants qu’elles portent.

La Cour Suprême a toutefois récemmment refusé de censurer une loi du Texas de 2021 interdisant tout avortement après que les battements de coeur de l’embryon soient perceptibles avec les moyens techniques modernes, soit environ 1 mois et demi de grossesse.

Le projet actuel de la Cour Suprême qui a fuité (sans doute à l’initiative d’un pro-avortement) prévoit de transférer la possibilité de légiférer sans restriction, y compris donc par une interdiction totale de l’avortement, à chacun des 50 Etats. Les spécialistes de la question prévoient que 15 à 28 Etats pourraient fortement limiter ou interdire l’avortement. Deux d’entre eux, la Louisiane et le Dakota du Nord, ont déjà voté des lois interdisant l’avortement dès que l’arrêt Roe contre Wade serait révoqué.

L’un des arguments donné par Alito, l’un des 9 juges de cette Cour, nommé par Bush fils en 2006, est que la constitution de 1776 ne parle pas de l’avortement et qu’il n’existe donc manisfestement pas, dans cette constitution, de « droit » à l’avortement.

Le dimanche 8 mai à 6h du matin, heure locale, une fumée était remarquée. Un cocktail-molotov au moins a été lancé à travers les vitres du quartier général mais n’a heureusement pas pris feu. Mais un incendie s’est quand même déclenché de manière séparé.

Un message de menaces contre les pro-vie a été retrouvé sur place: « Si les avortements ne sont pas « saufs », vous ne l’êtes pas non plus ».

Par ailleurs, Alito et Scalia, un autre juge pro-vie de la Cour Suprême, ont été explicitement menacés de mort par des activistes pro-avortement. D’autres activistes pro-avortement ont appelé à les intimider physiquement, ainsi que 4 autres juges de la cour (soit en tout 6 juges menacés, dont 5 sont supposés soutenir le texte d’Alito). Roberts, président de la Cour, bien qu’opposé à l’abrogation de « Roe contre Wade », a en effet été lui aussi menacé car il veut valider une loi du Mississippi qui interdit la quasi-totalité des avortements après 15 semaines de grossesse.

Toujours la même méthode révolutionnaire: réclamer d’abord une liberté d’expression absolue pour combattre les règles morales mais la nier en même temps, ou dès qu’ils ont réussi à faire passer de mauvaises « lois », à ceux qui obéissent à ces mêmes règles morales.

Rappelons que la morale se définit comme la « règle de l’agir humain ». Refuser la morale est donc une idée inhumaine.

La décision de la Cour Suprême, qui pourrait être prise à l’occasion de la contestation de la loi du Mississippi dont on a parlé, est attendue au cours de l’été 2022.

Prions pour que la Cour Suprême ait le courage de confirmer ce projet d’arrêt.

Gontran PAUME

Source : https://www.westernjournal.com/firebomb-crashes-window-pro-life-headquarters-threatening-message-left-building/?ff_source=Email&ff_medium=newsletter-CT&ff_campaign=dailypm&ff_content=conservative-tribune

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :