veau d or

Les dirigeants européens l’oeil brillant, annoncent avec délectation que pour mercredi soir, les conditions seront établies pour un accord avec la Grèce, celle-ci devant rester dans l’Union européenne sinon des cataclysmes en chaîne déferleraient, nous annoncent ces prophètes auto-proclamés, sur les pauvres européens piégés dans cette Union. 

Personne n’est en mesure cependant de préciser la nature de ces cataclysmes, puisque tous annoncent qu’ils sont imprévisibles. C’est une question de foi, et donc de religion, la religion du veau d’or.

Des cataclysmes imprévisibles hypothétiques, mais le poids d’une dette bien réelle pour les citoyens européens et qui va encore s’aggraver, nous annonce-t-on, la bouche en cœur.

Quelques vérités étouffées qu’il est bon de rappeler

Une rapide rétrospective sur l’admission de la Grèce dans la zone euro, permettra de comprendre pourquoi la “danseuse” de l’Union Européenne, (et tout particulièrement de la France), est en train de plomber l’économie des Européens avec une monnaie unique qui leur a été imposée.

La Grèce était un pays économiquement sous-développé lorsqu’en 2001 Jacques Chirac et Lionel Jospin— réunis dans la ville portugaise de Santa Maria da Feira —  donnent leur feu vert à l’entrée de la Grèce dans la zone Euro, avec leurs félicitations pour les politiques «saines» menées en Grèce.

Une décision qui a été publiquement dénoncée par Nicolas Sarkozy  le 27 octobre 2011 à la télévision:

«… faire rentrer la Grèce dans l’euro. […] Ce fut une erreur. Parce que la Grèce est rentrée avec des chiffres qui étaient faux, et elle n’était pas prête.” (…) C’est une décision qui a étéprise en 2001 et dont nous avons payé les conséquences ces derniers mois.»

A noter que si Nicolas Sarkozy n’est pas le responsable du montage économique  qui a fait entrer la Grèce dans l’UE et qu’il dénonce, en revanche c’est bien lui qui  a sauvé les banques en organisant avec Merkel le détournement de fonds public vers les banques privées. Il fallait à tout prix sauver le système bancaire, rappelez-vous! Et garder la Grèce dans l’eurozone, comme d’habitude! 
.
C’est l’argent public qui engraisse les banques et leurs intermédiaires
Si la Grèce est rentrée de force avec des chiffres faux donnés avec la complicité des banques, c’est donc que cette fraude a été très juteuse pour certains, à qui aujourd’hui, étrangement, personne ne réclame de comptes. Bien au contraire leurs forfaitures sont cachées d’un voile pudique. Et l’addition a été, est, et sera, réglée par le contribuable européen. Voilà ce que les tyrans de l’eurozone, sous leurs airs compassés, taisent consciencieusement. Et cela tombe bien puisque les Français blasés, leur laissent la bride sur le cou.
. 
La dette grecque est passée par un tour de passe-passe dont seuls les tyranneaux qui nous gouvernent ont le secret, des banques privées au domaine public. Sous le prétexte que les banques privées qui avaient octroyé si généreusement des prêts à la Grèce, ont renoncé à 30% du montant (offert à la Grèce)… MAIS, les contribuables ont pris sur leur dos 70% du montant des dettes publiques grecques, c’est-à-dire qu’ils ont acquitté, 70% des dettes de la Grèce.
.
Ces 70% ont été versé aux banques privées qui avaient prêté, sachant qu’elles ne pourraient pas être remboursées par l’emprunteur. Cela aurait-il été possible sans des complicités et des garanties au plus haut niveau de la part des commissions européennes ?
.
Cela ne suffisait pourtant pas encore au veau d’or que constitue l’Euro. Pour sauver l’Euro sacralisé par nos tyranneaux, encore faut-il garder, quel qu’en soit le prix, la Grèce dans l’eurozone. Car dans tous les cas, la Grèce est en faillite. Tout le monde le sait. Mais, juridiquement la Grèce peut faire défaut sans sortir de l’euro et ainsi profiter du parapluie de la monnaie unique sans pour autant honorer ses dettes. Du moins tant que l’Européen de base accepte par ignorance de rester taillable et corvéable à merci, et qu’il accepte de payer à la place des responsables que sont les banksters et leurs complices des instances européennes. 
. 
La dette grecque transférée sur les citoyens européens
 .
Aujourd’hui la BCE (Banque Commune Européenne) a annoncé qu’elle augmentait encore son soutien financier aux banques grecques. 30 millards avaient été annoncés au début des discussions entre les dirigeants européens et ceux de la Grèce, un bond supplémentaire est donc annoncé en plus des précédents remboursements, jusqu’où les enchères grimperont-elles ?
 .
Alexis Tsipras étant un camarade de gauche, les dirigeants de l’Union ont pour lui les yeux de Chimène et maintiendront quoi qu’il en coûte aux malheureux contribuables,  la Grèce dans l’Union.
.

Les Etats se sont alors substitués aux sociétés privées. La dette grecque est restée extrêmement lourde, puisqu’elle pèse [en 2012] 175% du PNB du pays, soit 320 milliards d’euros, mais ces milliards sont détenus à 70% par des organismes publics :

  • d’abord, le FESF, Fonds européen de stabilité financière, un organisme européen qui dépend de la BCE et qui a prêté 142 milliards;
  • puis les pays européens, qui ont accordé des crédits en direct, à hauteur de 53 milliards;
  • et enfin le FMI qui a prêté 32 milliards.

Reste 54 milliards d’euros, encore détenus par des banques ou des investisseurs qui ont reçu des garanties suffisantes. 

Autrement dit, les banques européennes ne risquent plus de faire faillite, et au contraire, leurs positions sortent renforcées. Ce qui n’est pas le cas des finances publiques des Etats qui ont épongé et qui épongent encore la dette grecque.

Coût actuel avant augmentation: 600 € par Français (bébés compris):

Le renvoi au calendes grecques du remboursement de la dette grecque a  un effet important pour les citoyens européens, car les prêts font monter leur propre dette d’autant. En partant des 320 milliards de départ de la dette grecque, L’Allemagne a prêté environ 60 milliards, et la France, 40 milliards, “selon les chiffres communiqué sur Europe 1 par Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE. Cela représente donc 600 euros par Français.” 

Cette première dette publique, pour le cas où elle finirait par être remboursée, ne le sera qu’en 2041,

et son taux d’intérêt a été fixé avec une prime de 3 à 4% par rapport aux taux Euribor à 3 mois, soit environ 3,5 à 4,5% en ce moment. Les Européens remboursent une partie de ces primes à la Grèce, qui bénéficierait ainsi d’un taux réel de 2,6% sur sa dette publique, selon l’institut Breughel. La dette privée, elle, rapporte en ce moment plus de 10% d’intérêt à ses préteurs. Un taux bien lourd à porter pour le pays. (Source: L’Obs)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !

%d blogueurs aiment cette page :