La Gaystapo a encore frappé, et durement. Aux États-Unis, rapporte le quotidien italien Il Giornale, un trentenaire a été condamné à 16 ans de prison, vous lisez bien 16 ans !, pour avoir brûlé un drapeau Lgbtqi+, bien plus qu’un violeur, qu’un voleur, qu’un délinquant violent.

« Brûler un drapeau LGBT dans le Midwest américain est un crime grave. Un lourd précédent pour l’avenir. La condamnation est importante : 16 ans de prison.

Des années de prison qu’un homme – Adolfo Martinez – sera obligé de purger. L’affaire a une certaine importance car elle définit ce type de comportement comme criminel. L’Iowa est l’État dans lequel ces événements ont eu lieu. Le même État dans lequel les Démocrates se mesureront en janvier, pour les élections primaires. Selon de récents sondages, le candidat favori est Pete Buttigieg, un maire qui appartient à la communauté LGBT. Un discours identique eput être fait pour l’autre État dans lequel on votera au cours du même mois : le New Hampshire. Le jeune Pete Buttigieg peut être la véritable révélation de la compétition interne des « ânes » [surnom traditionnel des candidats Démocrates, ndlr]. Mais nous verrons si la mise en accusation de Donald Trump par Nancy Pelosi favorisera ou non Joe Biden, qui certains disent en hausse et qui est l’un des protagonistes indirects des raisons pour lesquelles Trump a été mis en accusation.

Pour en revenir à l’affaire du drapeau, il faut souligner, comme le fait La Repubblica, que le cas incriminé visant Adolfo Martinez relève des « crimes de haine ». Aggravant son cas, Martinez a même évoqué l’« honneur » pour justifier l’incendie du drapeau LGBT. Le procureur en chef a également souhaité exprimer quelques considérations annexes : « La dure réalité est qu’il y a des personnes qui ciblent d’autres personnes et commettent des crimes contre elles pour des raisons de race, de sexe, d’orientation sexuelle ». Bref, nous serions confrontés à un véritable cas de racisme. Adolfo Martinez, pour sa part, ne semble pas vouloir faire amende honorable. Il a affirmé qu’il avait « brûlé leur fierté », en se référant toujours à la communauté LGBT. Ces déclarations ont été reprises par une chaîne de télévision, KCCI-TV.

L’Iowa se prépare donc pour les primaires. Avec cette affaire montée en épingle qui a pris en quelques heures une importance internationale. De nombreux médias, y compris à l’étranger, rendent compte de la décision du juge, qui fera date d’une manière ou d’une autre. La communauté LGBT, pour sa part, peut se référer à ce précédent, ainsi que la justice américaine, au cas où des épisodes de ce type devraient se reproduire. » (Il Giornale.it)

C’est la première fois dans l’histoire de ce comté qu’un homme est condamné pour « un crime de haine » a souligné le procureur général Jessica Reynolds qui a ajouté  que quand ce genre de « crime de haine » advient, « il est important que comme société nous nous levions et que les coupables subissent de graves conséquences pour les actions qu’ils ont commises ».

La Gasytapo est toute puissante dans l’Iowa, censure et condamne toute pensée déviante à l’idéologie arc-en-ciel. Ce qui est bien le propre d’un pouvoir totalitaire…

Francesca de Villasmundo

   

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

44 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :

%d blogueurs aiment cette page :