Les chrétiens persécutés sont au cœur de l’agenda de politique extérieure de deux pays de l’Est, la Hongrie et la Pologne.

Le 17 août dernier, a été signé à Budapest, un mémorandum polono-hongrois sur la coopération dans le transport de l’aide humanitaire, par Pawel Jablonski, le sous-secrétaire du ministère polonais des Affaires étrangères, et Tristan Azbej, l’influent secrétaire d’État hongrois à l’aide aux chrétiens persécutés.

Jablonski a déclaré après la signature que cette aide irait aux communautés chrétiennes réprimées au Moyen-Orient, en Afrique et dans certains pays européens.

Jablonski en a profité pour annoncer également que le parti Droit et Justice (Pis) sera à l’avant-garde dans la protection des chrétiens dans le monde et qu’il fait pression sur les alliés de Varsovie pour qu’ils rejoignent le front créé par le Fidesz hongrois de Viktor Orban. Un premier résultat a déjà été atteint : en novembre, la capitale polonaise accueillera une conférence sur la liberté religieuse soutenue par le gouvernement hongrois, à laquelle assistera une délégation de l’administration Trump. Ce sera l’occasion a-t-il confirmé de lancer un appel pour l’adoption de mesures concrètes de soutien aux chrétiens.

Le sous-secrétaire polonais aux Affaires étrangères a ajouté:

« Des centaines de millions de personnes sont persécutées chaque jour dans le monde pour des raisons religieuses, en raison de la foi qu’elles professent. […] L’accord d’aujourd’hui entre le gouvernement hongrois et le gouvernement polonais est la preuve que ce sujet n’a pas été oublié. La Pologne et la Hongrie – et, nous l’espérons, d’autres pays également – se battront pour que la persécution religieuse devienne un problème préoccupant pour l’ensemble de la communauté internationale. »

Le mémorandum jette les bases de la mise en place de projets et d’initiatives communs et/ou conjointement coordonnés dans toutes les régions du monde où l’on sait que des chrétiens sont persécutés, du Moyen-Orient à l’Afrique, mais aussi en Europe. En particulier, les deux pays s’engagent à soutenir la lutte des chrétiens pour l’émancipation sociale et l’accès aux services et infrastructures essentiels, à développer et à réaliser des programmes éducatifs, culturels et de sensibilisation dans les sociétés dans lesquelles sont présents des conflits interethniques et interreligieux, et à accorder une attention particulière aux plus vulnérables parmi les plus vulnérables, à savoir les enfants, les personnes âgées, les femmes et les personnes handicapées.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :