Illustrations de Louis-Bernard Koch – Préface de Mgr Philippe Brizard.

Les illustrations fouillées et travaillées sur le plan historique, au trait précis, soutiennent un récit dense. Le texte des bulles ne hache pas la progression de cette biographie à rebondissements, toujours tendue vers l’accomplissement de la totale volonté divine.

Prince roumain, Vladimir Ghika est né à Constantinople en 1873, orthodoxe. Les événements internationaux conduisent sa famille en France où il reçoit avec ses frères et sœur la meilleure instruction. Le tournant décisif de la vie du jeune aristocrate se produit à Rome. En 1902, après un long cheminement spirituel, il fait son entrée officielle dans l’Eglise catholique. « Pour commencer à entrevoir Dieu, il faut déjà s’être perdu de vue ». Pour lui, il insiste, il ne s’agit pas d’une conversion. Car il était déjà « catholique d’esprit et de cœur ». Infatigable il se dévoue au sein d’œuvres catholiques.
Proche de nombreux intellectuels catholiques, Jacques Maritain, Emmanuel Mounier, Paul Claudel, Charles Du Bos, Vladimir Ghika fut une haute figure de chrétien du XXème siècle. Enfin, à l’âge de 50 ans, il est ordonné prêtre devant toutes les têtes couronnées et découronnées d’Europe. Son ministère est hors-norme : il célèbre pour les deux rites latin et byzantin, ayant toujours à coeur la restauration de l’unité entre Rome et les chrétiens orientaux en situation de schisme, côtoie le pape et l’empereur du japon tout en vivant un temps dans une baraque misérable de Villejuif. Quand il ne confesse pas dans son église de la rue de Sèvres, il voyage à travers le monde, il enseigne et il prie. Inlassablement, il implore à tel point qu’il obtient des guérisons miraculeuses de son vivant !
Ayant vécu deux séismes mondiaux et le déferlement de l’idéologie communiste avec ses horreurs, décoré de nombreuses médailles, citations pour dévouement, bravoure… il sait la persécution imminente. « Nous catholiques passons par une série croissante d’épreuves tous les évêques sont maintenant emprisonnés…Priez tous les jours pour moi afin que je ne sois pas au-dessous du niveau requis comme homme, comme roumain, comme chrétien comme apôtre et comme témoin de Dieu »
C’est un Mgr Ghika âgé de 80 ans qui est finalement arrêté en novembre 1952 et torturé sans aucun égard pour son grand âge. Mais, tel saint Paul sous les verrous, il professe encore avec douceur que « Rien n’est plus honorable que d’être détenu pour la cause de Jésus-Christ. » Il meurt d’épuisement le 16 mai 1954. « Notre mort doit être le plus grand acte de notre vie »
Reconnu martyr de la foi, Monseigneur Vladimir Ghika a été béatifié le 31 août 2013.

Monseigneur Vladimir Ghika vagabond apostolique de Gaëtan Evrard – Editions du Triomphe. 42 pages, 15.90€.

En vente sur Livres en Famille

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

%d blogueurs aiment cette page :