En ce centenaire de la Première Guerre mondiale, cette bande dessinée évoque le désarroi des troupes coloniales plongées dans cette guerre des tranchées.

L’histoire des tirailleurs est intimement liée à celle de l’armée française. Ces hommes ont combattu sous toutes les latitudes pour l’honneur et la défense de la patrie française. Ils se sont illustrés au combat et ont auréolé de gloire leurs drapeaux régimentaires.

C’est en 1842 qu’est créé le 1er régiment de tirailleurs indigènes. Son premier grand fait d’arme est la prise de Laghouat (Algérie) en 1852. Durant la campagne de Crimée (1854-1856), les tirailleurs algériens gagnent leur surnom de “Turcos”. Leur bravoure impressionne les troupes russes qui les confondent avec des Turcs à cause de leur uniforme oriental. Le surnom va rester et s’étendre aux Tunisiens qui rejoignent les troupes d’infanterie de l’Armée d’Afrique. Ils vont participer à la Campagne d’Italie en 1859, à la pacification du Sénégal en 1860, à l’expédition au Mexique de 1862 à 1867 et vont même défiler à Longchamps devant le Tsar de Russie et le roi de Prusse en 1867. Ils vont s’illustrer lors de la guerre franco-allemande de 1870 en tenant en échec l’armée prussienne à la bataille de Wissembourg.

C’est donc tout naturellement qu’on retrouve tirailleurs et zouaves lors de la Première Guerre mondiale. Entre août et septembre 1914, 32 bataillons de tous les régiments d’Afrique du Nord sont envoyés en France pour former 12 régiments de marche et participer à la bataille de la Marne. Ces troupes coloniales vont ensuite participer aux grandes offensives en Artois et en Champagne en 1915, à la bataille de la Somme en 1916, à la bataille de Verdun en 1917 et aux combats dans le secteur de Reims en 1918.

Cette bande dessinée leur rend hommage. L’album contient en outre un très beau cahier de documentation historique illustré de photographies et cartes postales d’époque.

Turcos – Le jasmin et la boue, Tarek et Batist Payen, éditions Tartamudo, 64 pages, 14 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés