Voici un communiqué au sujet de la situation en Belgique.

Chers amis de la vie,

Comme vous savez, une proposition de loi a été soumise au Parlement fédéral qui vise à réaliser une réforme d’une ampleur sans précédent de la législation sur l’avortement.

Au cours des derniers mois, nous avons été témoins, et c’est très réjouissant, d’une mobilisation – également d’une ampleur sans précédent – des défenseurs du respect de la vie dans notre pays ! Aussi bien dans la prière que dans l’action (pétition signée par des milliers de médecins et autres soignants, de très nombreuses prises de position dans la presse et dans d’autres médias, par des personnes d’horizons très variés, envois d’emails de protestation à ceux qui nous représentent au Parlement, etc).

Après quelques semaines de répit, la proposition de loi sera de nouveau à l’agenda du Parlement en février prochain.

Il a été beaucoup question jusqu’à présent de l’allongement du délai pour avorter à 18 semaines (4,5 mois).

Une lecture attentive de la proposition de loi révèle qu’en réalité, les auteurs de la proposition de la loi veulent permettre l’avortement, non pas jusqu’à 18 semaines, mais … jusqu’au terme de la grossesse !!

En effet, la proposition de loi abolit toute sanction pénale en cas d’interruption volontaire de grossesse, y compris lorsqu’elle est pratiquée au-delà de 18 semaines. Pour s’en convaincre, lire cette étude approfondie : https://www.ieb-eib.org/fr/actualite/debut-de-vie/avortement/analyse-proposition-de-loi-ivg-vers-une-depenalisation-au-dela-de-18-semaines-4-5-mois-1721.html

Le deuxième volet de la réforme envisagée – dont il a été beaucoup moins question dans les médias – vise à empêcher tous ceux qui pensent que l’avortement n’est pas une bonne idée, de s’exprimer !

 En effet :

 1)      L’obligation pour le médecin de rappeler les diverses possibilités d’accueil de l’enfant à naître, est supprimée (article 2 de la proposition de loi) ;

2)      La liberté des hôpitaux d’interdire la pratique de l’avortement dans leurs murs est supprimée (article 3, deuxième alinéa, de la proposition) ; et

3)      Celui qui tente d’empêcher « de quelque manière que ce soit », une femme d’accéder librement à un établissement de soins pratiquant des interruptions volontaires de grossesse sera condamné à un emprisonnement de trois mois à un an et à une amende de cent euros à cinq cents euros (article 4 de la proposition). Ainsi donc, le conjoint ou le compagnon de la femme enceinte qui lui envoie un sms ou un email, par exemple pour lui dire que si celle-ci va se faire avorter, cela fera chavirer leur couple, se fera condamner à minimum trois mois de prison…

 De nouvelles actions sont envisagées dans les semaines à venir pour s’opposer à ce projet foncièrement contraire à la vie.

 

Mais, mobilisons-nous aussi dans la prière afin de supplier notre Père de nous préserver d’une telle législation qui ferait la honte de notre pays face à toutes les autres nations.

Sensibilisons nos paroisses, et les groupes, communautés ou mouvements dont nous faisons partie, à faire monter vers Dieu notre supplication ardente pour la protection de la vie dans notre pays.

 

Concrètement, nous vous proposons de nous unir tous par une grande prière commune pour la protection de la vie, le weekend des 1er et 2 février prochain * 

 Fraternellement,

Vincent, Pascale, Clothilde, Nathalie, Eléonore, Kasia et Philippe

De plus nous vous convions à venir nombreux à la prière pour la Foi, la Vie et la Paix avec la récitation du chapelet,

le mardi 11 février 2020 en la Fête de Notre Dame de Lourdes

à  13.00  au Sanctuaire Notre Dame de Lourdes,

Rue Léopold Ier, 296 à 1090 Jette


 

“Saint Michel Archange défendez-nous dans le combat, protégez-nous contre les embuches du démon, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, Prince de la Milice céleste, répoussez en enfer Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes. Ainsi-soit-il.”

“A l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu. Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers délivre-nous toujours, Vierge glorieuse et bénie. Ainsi-soit-il.”


*Quarante jours après la naissance du Christ-Sauveur, la fête de la Chandeleur se rattache au mystère de Noël. Par son symbolisme, la procession de la “Chandeleur”, procession aux cierges, évoque la manifestation du Christ lumière du monde, accueilli au temple par le vieillard Syméon.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,
2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :