Kelly est jeune, 23 ans, elle a un fiancé, Bregt, elle est jolie et en bonne santé, mais elle ne s’aime pas et se trouve trop timide. Pour cela, cette jeune fille de Louvain, en Belgique, a demandé à être euthanasiée. « Quand je me regarde dans le miroir, raconte-t-elle au Daily Mail, je vois un monstre. Vraiment je n’aime pas ce que je vois. »

Kelly souffre, en outre, « d’une timidité paralysante » et de troubles psychologiques de la personnalité. Elle ne veut donc plus vivre ! Après avoir tenté de se suicider, elle a appris qu’elle pouvait demander l’euthanasie, pratique légalisée en Belgique.

« Cela ne fera pas mal donc je ne vois pas le problème. C’est comme aller dormir et pour la première fois dans ma vie, cela sera rapide. Je ne resterai pas au lit en attendant le sommeil. »

Mais ce n’est pas certain que son désir de mort par injection létale soit exaucé : même dans cette Belgique où l’individualisme est roi, où la douce mort est permise, son cas fait réagir psychiatres et citoyens qui protestent contre l’extension de l’euthanasie pour ceux qui ont des problèmes psychiatriques. Une opposition motivée peut-être par les effets dévastateurs de la légalisation de l’euthanasie qui commencent à se faire sentir. En Belgique, le chiffre des morts par euthanasie ne cesse de croître : plus de 2300 décès en 2018, alors qu’il n’était que de 235 cas en 2003 ! Soit une augmentation de 147 % de 2010 à 2018. Et, si lors du vote de la loi en 2002 la commission qui avait étudié l’euthanasie avait clairement affirmé que la souffrance psychique ne pouvait pas conduire à la mort par injection létale, depuis, plus de 113 personnes en ont bénéficié pour causes psychiatriques.

Ce qui démontre, une nouvelle fois, que lorsqu’un pays accepte l’idée que certaines vies ne sont pas dignes d’être vécues, et autorise ainsi l’euthanasie, le nombre de « vies indignes » croit en nombre et la « douce mort », suicide déguisé, devient prodigue. La culture de mort, dérive nihiliste d’une société sans Dieu, sans espérance à offrir aux plus faibles, se manifeste dans toute sa dimension nécrophile !

Francesca de Villasmundo




Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :