Le philosophe belliciste Bernard-Henri Lévy n’a pas supporté le déploiement populaire des Gilets Jaunes.

Celui qui croit avoir le droit de diriger nos consciences, en harmonie avec le mondialiste Jacques Attali, a bavé son mépris à l’encontre de ces centaines de milliers de Français devenus Gilets Jaunes.

D’abord, le 17 novembre, sur Twitter, où il a qualifié les Gilets Jaunes de poujadistes, osant parler d’ “échec d’un mouvement qu’on nous annonçait massif”.

Ensuite, le lendemain, à la Convention du CRIF, l’inénarrable Bernard-Henri Lévy opère une pirouette. A propos des Gilets Jaunes, il dit : “Il s’est passé hier quelque chose de très important (…) un événement politique majeur”. Il n’attaque plus aussi frontalement que la veille, évoque la souffrance, la détresse, mais c’est aussitôt pour proclamer avec condescendance que la colère des Gilets Jaunes, ce n’est pas une noble et belle colère mais une passion triste. Bref, un populisme. Et BHL déteste le populisme…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :