Biden au secours de Big Pharma

Le président Joe Biden tente à nouveau d’obtenir que le budget des Etats-Unis vienne remplir les caisses déjà bien pleines de Big Pharma. Joe Biden a annoncé qu’il demandait au Congrès de financer le développement d’un nouveau vaccin contre le COVID-19 pour tenir compte des variantes du coronavirus qui se sont propagées depuis le déploiement du premier lot de vaccins controversés.

La demande officielle n’a pas encore été rendue publique ni officiellement soumise au Congrès, bien que l’Associated Press ait rapporté que les sociétés pharmaceutiques travaillent déjà sur des vaccins mis à jour à soumettre à la Food & Drug Association (FDA) des États-Unis pour examen.

Toute demande de financement soumise avant 2025 devra être approuvée par une Chambre des représentants contrôlée par les Républicains, qui a rejeté l’année dernière la demande de 9,25 milliards de dollars de l’administration pour des mesures plus générales contre le COVID.

Plusieurs législateurs républicains ont déjà fait connaître leur réponse à cette éventuelle demande.

A titre d’exemple, Chip Roy a écrit sur X : “Non aux masques. Non à l’hystérie du « vax » de l’enrichissement pharmaceutique. Non aux confinements. Non au financement fédéral pour ces choses.”

Des preuves de plus en plus nombreuses relient les dits vaccins contre le Covid à de graves problèmes médicaux d’effets secondaires, un sujet que l’establishment médical refuse encore de reconnaître.

Aux Etats-Unis, le système fédéral de déclaration des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS) signale 35 911 décès, 208 190 hospitalisations, 20 623 crises cardiaques et 27 414 cas de myocardite et de péricardite au 11 août, entre autres affections.

Les défenseurs du vaccin n’hésitent pas à souligner que les rapports soumis au VAERS ne sont pas confirmés, car n’importe qui peut en soumettre un, mais les chercheurs des Centers for Disease Control & Prevention (CDC) des États-Unis ont reconnu un « taux de vérification élevé des rapports de myocardite au VAERS après une injection contre le COVID à base d’ARNm », conduisant à la conclusion qu’une « sous-déclaration est plus probable » qu’une sur-déclaration.

De plus, le VAERS n’est pas la seule source de données contenant des signaux d’alarme. La base de données d’épidémiologie médicale de défense (DMED) du Pentagone montre qu’en 2021, le nombre de diagnostics de problèmes médicaux graves a considérablement augmenté par rapport à la moyenne des cinq années précédentes, notamment l’hypertension (2 181 %), les troubles neurologiques (1 048 %) et la sclérose en plaques. (680 %), le syndrome de Guillain-Barré (551 %), le cancer du sein (487 %), l’infertilité féminine (472 %), l’embolie pulmonaire (468 %), les migraines (452 ​​%), le dysfonctionnement ovarien (437 %), le cancer des testicules (369 %) et la tachycardie (302 %).

En septembre dernier, la Société japonaise de vaccinologie a publié une étude évaluée par des pairs et menée par des chercheurs de Stanford, de l’UCLA et de l’Université du Maryland, qui a révélé que « l’essai Pfizer montrait un risque 36 % plus élevé d’événements indésirables graves dans le groupe vacciné ». tandis que « l’essai Moderna a montré un risque 6 % plus élevé d’événements indésirables graves dans le groupe vacciné », pour un risque combiné « 16 % plus élevé d’événements indésirables graves chez les receveurs du vaccin à ARNm ».

En décembre 2022, le sénateur républicain américain Ron Johnson du Wisconsin a organisé une table ronde au cours de laquelle l’avocat des droits civiques Aaron Siri a détaillé les données du système de reporting V-Safe du CDC, révélant que 800 000 des 10 millions de participants au système, soit environ 7,7 %, ont déclaré avoir besoin de soins médicaux après l’injection contre le COVID. “25 pour cent de ces personnes ont eu besoin de soins d’urgence ou ont été hospitalisées, et 48 pour cent ont demandé des soins d’urgence”, a ajouté Siri. “En outre, 25 pour cent supplémentaires, en plus des 7,7 pour cent, ont déclaré être incapables de travailler ou d’aller à l’école.”

Une autre étude menée par une équipe de chercheurs américains, britanniques et canadiens, publiée en décembre dernier par le Journal of Medical Ethics, a révélé que les injections de rappel contre le COVID pour les étudiants universitaires – un groupe relativement en bonne santé et relativement faiblement exposé au virus – font bien plus de mal que de bien : « pour chaque hospitalisation évitée liée au COVID-19, nous prévoyons au moins 18,5 événements indésirables graves dus aux vaccins à ARNm, dont 1,5 à 4,6 cas de myopéricardite associés au rappel chez les hommes (nécessitant généralement une hospitalisation). »

Ces derniers jours, certaines écoles, hôpitaux et entreprises ont rétabli le port du masque, citant une augmentation des cas de nouveaux variants du COVID contre lesquels le gouvernement admet que les vaccins actuels pourraient être inefficaces. Cette nouvelle a suscité des spéculations quant à savoir si un retour à des confinements plus larges serait imminent.

Léo Kersauzie

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !