Joe Biden qualifie Poutine de « fils de p... cinglé »
Joe Biden qualifie Poutine de « fils de p… cinglé »

Les précédents titres de « boucher », « meurtrier » et « criminel de guerre » n’avaient peut-être pas eu l’impact définitif du « fils de p… cinglé » avec lequel le sénile, un peu « fou » de vieillesse, Joe Biden a insulté Vladimir Poutine. Moscou a répondu avec ironie et sarcasme.

Sous tension, Joe Biden perd les pédales

Les titres précédents de « boucher », « meurtrier » et « criminel de guerre » n’avaient peut-être pas eu l’impact du définitif « fils de p… cinglé » avec lequel le sénile, un peu fou à lier à cause du grand âge, Joe Biden a insulté Vladimir Poutine, dans une escalade de tons qui a peut-être atteint son paroxysme depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine. Même dans les jours les plus sombres de la guerre froide, Ronald Reagan, qui a inventé l’expression « empire du mal », n’était pas allé aussi loin envers les dirigeants soviétiques de l’époque.

Dans cette insulte se trouvent toutes les tensions accumulées ces dernières semaines : le blocage du Congrès sur une nouvelle aide à Kiev ; les révélations sur la nouvelle arme antisatellite russe ; la retraite ukrainienne d’Avdiivka ; la mort d’Alexeï Navalny. Le président américain a laissé échapper cette épithète alors qu’il s’adressait à un public amical lors d’un événement de collecte de fonds électoral à San Francisco.

Plus qu’une simple gaffe de plus, cela semblait en fait être un moyen d’envoyer une série de signaux internes et externes. Tout d’abord à Donald Trump, qui n’a pas encore condamné le Kremlin pour la mort de Navalny, car il faut dans l’Occident bien-pensant actuel se soumettre aux diktats des Démocrates. De plus, l’obstruction des républicains à la Chambre des représentants concernant l’octroi de nouveaux fonds à l’Ukraine dépend en grande partie du veto de Trump. Ensuite, le signal à Moscou : ne vous faites pas d’illusions. La guerre en Ukraine, sondages en main, a un poids relatif dans l’orientation des électeurs. « Si j’avais dit ces choses il y a dix ou quinze ans, vous auriez pensé que je devais être hospitalisé », a déclaré Biden au même public à San Francisco. Qu’il doive être hospitalisé aujourd’hui ou écarté, beaucoup le pensent tout de même aujourd’hui.

« Fils de p… cinglé » est associé par les Américains au fils Hunter Biden rappelle Moscou

Les propos de Biden ont ensuite été définis par la Maison Blanche comme une réponse « claire », « directe » et « transparente » aux menaces posées par la Russie.

La réaction du Kremlin ne s’est pas fait attendre. Le porte-parole Dmitri Peskov a parlé de déclarations « grossières », de « honte » pour les Etats-Unis et de « comportement de cow-boy hollywoodien visant à satisfaire des intérêts politiques internes ».

Puis ce fut le tour de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova qui a renvoyé le boomerang :

« La prochaine fois que Joe Biden utilisera la définition de « fils de p… cinglé », qu’il se rappelle que les Américains l’associent mieux à son fils Hunter Biden ».

Enfin, Poutine lui-même. « J’ai dit que pour nous Biden est préférable en tant que président, et à en juger par ce qu’il a dit maintenant, j’ai tout à fait raison », a répondu sarcastiquement le dirigeant russe, qui, dans l’entretien exclusif avec Tucker Carlson, avait déclaré qu’il préférait Biden à Trump, car « plus expérimenté » mais aussi « plus prévisible ». Ceci, avant de s’adonner à un vol d’essai de 30 minutes sur le nouveau bombardier stratégique hypersonique Tu-160M, capable d’emporter également des ogives nucléaires.

Gaffe ou pas gaffe, Joe Biden aurait de nouveau mieux fait de se taire…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !