Aux Etats-Unis, même la très gauchiste American Civil Liberties Union (ACLU) a fait part de ses inquiétudes concernant le pouvoir de censure de Twitter et Facebook après avoir constaté que les géants de la technologie ont banni le président des États-Unis de leurs plateformes.

Le blog Twitter   annonçant l’interdiction de Trump a déclaré: «Après un examen attentif des récents Tweets du compte @realDonaldTrump et du contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque d’incitation à la violence.»

L’ACLU ne s’inquiète pas du fait que Trump ou même des voix conservatrices ordinaires soient réduites au silence. Au contraire, leur conseil d’administration national  appelle à la destitution  du président Trump. Cependant, l’organisation s’inquiète de ce qu’elle décrit comme le «pouvoir incontrôlé de Twitter».

Des dirigeants mondiaux, bien que souvent opposés à Trump, ont partagé leurs préoccupations concernant le contrôle de la liberté d’expression par les Big Tech. La chancelière allemande, Angela Merkel, a  qualifié hier  la censure à l’encontre du président Trump par les médias sociaux de «problématique».

Il est normal qu’un compte sur les réseaux sociaux puisse être suspendu, mais pour des motifs en conformité avec « la loi et dans le cadre défini par les législateurs – pas selon une décision de la direction des plateformes de médias sociaux», a déclaré Seibert. “Vu sous cet angle, la chancelière juge problématique que les comptes du président américain soient désormais définitivement bloqués”.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, a qualifié le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, d ‘«arrogant» et a comparé la décision draconienne de Big Tech de faire taire Trump à l’Inquisition. «C’est comme si un tribunal de censure était créé, comme la Sainte Inquisition, pour la gestion de l’opinion publique», a-t-il  déclaré .

«[Qu’en est-il de la liberté et du droit à l’information?», a-t-il demandé. «Nous ne pouvons pas permettre à une société propriétaire de Facebook ou de Twitter de décider qui peut et qui ne peut pas communiquer.»

Aljazeera a  rapporté  qu’Alexey Navalny, «figure de l’opposition russe et critique du Kremlin», a publié un long tweet critiquant l’action de Twitter comme «un acte de censure inacceptable … basé sur des émotions et des préférences politiques personnelles qui pourraient servir de précédent pour réprimer la liberté. de la parole ailleurs ».

Même  le New York Times , qui a défendu les actions de Twitter, admet l’aspect problématique d’un tel pouvoir des géants de la technologie

«De nombreux membres de la communauté juridique étaient néanmoins inquiets des développements, qui soulignaient l’énorme pouvoir d’une poignée de sociétés de médias sociaux qui sont largement à l’abri de la responsabilité et peuvent changer de position sur le discours acceptable à mesure que les cadres vont et viennent», a-t-il noté.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :

%d blogueurs aiment cette page :