La conférence des évêques européens (COMECE) est un lobby progressiste composé d’évêques censés représenter les églises catholiques des différents pays de l’Union européenne.

Sur le papier, c’est un groupe d’intérêt dont le rôle est d’ « accompagner » la politique européenne, donc de l’influencer en essayant de donner une teinte chrétienne aux décisions du Parlement européen, et ce en proposant des amendements aux textes de lois dans l’objectif de promouvoir la doctrine sociale de l’église.

Dans la pratique, elle accompagne bel et bien l’Union européenne, mais plutôt comme un fidèle paillasson dont l’objectif ultime semble être de se faire fouler par un maximum d’eurocrates corrompus.

Une organisation de gauche dont on ne comprend strictement pas l’utilité

Cette coquille vide n’a enregistré absolument aucun succès en 40 ans d’activité, et c’est à se demander si c’est fait exprès, si c’est de l’incompétence ou s’ils font office de courroie de transmission du pouvoir afin d’implémenter dans leurs diocèses les décisions du parti unique européen.

En 2004 se présentait une grosse opportunité de briller. A l’occasion de la rédaction du préambule de la constitution européenne, les spécialistes triés sur le volet n’ont pas été fichus de rajouter trois mots faisant référence aux racines chrétiennes de l’Europe. Inquiétant en terme d’influence.

Plus récemment, le gouvernement européen d’occupation avalisait le rapport Mati

, un espèce de document bizarre concocté dans les caves du parlement et qui encourage à la dégénération sexuelle anale et au massacre des petits enfants dans le but de récupérer des cellules souches qui serviront à fabriquer des thérapies géniques donnant la vie éternelle à celui qui se les injecte bien profond dans le deltoïde.

Impuissants, les experts de choc de la COMECE ont publié un petit communiqué pour montrer qu’ils s’intéressaient à la question puis sont rapidement retournés faire des trucs inutiles du genre micro-manager le grand-remplacement en expliquant aux blancs qu’ils étaient très méchants.

La vision conciliaire de l’amour

Jusque-là, pas de problème. Après tout, chacun a le droit de faire semblant d’être un lobby catholique. Le problème, c’est que ces conciliaires s’en prennent à nous, catholiques intégraux, pour nous raconter des bobards par la voix de leur caporal, un cardinal rouge écrevisse, jésuite de son état, qui vient de déclarer dans un communiqué de propagande gauchiste que s’injecter les cellules MRC5 et HEK-293 d’enfants écartelés vivants était un acte d’amour christique.

Si ça ne concernait que nous, adultes et non-vaccinés, pas de quoi en faire un drame, on décale ces tarés d’un revers de la main et on en parle plus. Le soucis c’est que les adorateurs de Moloch exigent du sang d’enfant pour plaire à l’oligarchie au pouvoir, et que cette annonce est destinée à embrigader les plus jeunes dans cette folie vaccinale pour un gros rhume qui ne les concerne même pas.

On l’a compris, les boomers veulent utiliser les enfants de 5 ans comme boucliers humains pour se protéger eux-mêmes, car sinon ils devront manger la bûche de noël tout seul dans la cuisine. Déjà qu’à la base ça les emmerde d’avoir des invités non-boostés autour de la table, si en plus il faut se taper des bombes biologiques qui hurlent de joie et postillonnent en ouvrant leurs cadeaux sans masques, ça va pas être possible au niveau sanitaire.

D’où l’urgence de pfizeriser les enfants avant les fêtes de fin d’année car « les non-vaccinés contaminent les vaccinés » comme nous le savons tous. Et puis s’il y a bien un coupable dans cette histoire, ça ne peut être que nos enfants, étant donné que le régime ploutocratique est par essence parfait.

Ce que dit Jésus-Christ

Même si c’est devenu une habitude que ceux qui usurpent l’Eglise depuis 50 ans disent et font absolument tout le contraire de ce qu’enseignait son fondateur, récapitulons que dans son saint évangile selon Mathieu, au chapitre 18 verset 6, le Christ recommande justement de jeter ce genre de criminels au fond du lac, meule de pierre au pied pour être sûr qu’ils ne remontent pas.

On pourrait en fait se demander pourquoi ces démons modernistes ont tellement peur de mourir au point de s’en prendre aux plus innocents d’entre nous et de risquer de foutre en l’air une immunité naturelle bien calibrée par des millions d’années d’adversité.

Lorsque Notre Seigneur jeûnait dans le désert, le malin vint le tenter et lui dit qu’il allait le jeter du haut du temple et qu’il allait mourir. Le Christ répondit en ces termes : « tu ne mettras pas à l’épreuve le seigneur ton dieu », ce qui signifie, selon mon fact-check, que Jésus ne craignait pas la mort, qui est un phénomène naturel, et qu’il ne faut pas non plus jouer avec elle, surtout à coup d’injections expérimentales altérant le génome humain par transcriptase inverse.

C’est important de le souligner car le covidisme est une vaste fumisterie visant à promouvoir l’homme éternel. Si on voulait sauver des vies, on prescrirait de l’hydroxychloroquine comme au Brésil.

Ils nourrissent la division

Étymologiquement, le diviseur, Διά (les directions opposées) et βολή (le jet, le lancer) c’est le diable. Ceux qui usurpent l’Eglise de Notre Seigneur mentent, répandent la peur et divisent. Leur rhétorique est exactement la même que celle de Davos, à ceci près qu’ils utilisent des versets bibliques pour nous parler de « vaccins » inutiles qui ne fonctionnent que sur les profits des banksters et des empoisonneurs de masse entassés à New-York.

Par leur propagande gauchiste et stigmatisante, ils divisent les familles, ils défont des amitiés, ils manipulent les plus faibles, nous montent les uns contre les autres et nous astreignent à la thérapie génique expérimentale en abusant de leur pouvoir spirituel. Ces grands spécialistes de l’Europe se gardent bien de nous expliquer que les contrats avec les industries pharmaceutiques sont classés secret défense jusqu’en 2075.

Il n’y a aujourd’hui plus aucune différence entre écouter un moderniste ahuri chantonner des imbécilités avec sa guitare de fragile et regarder la télévision d’état subventionnée par Big Pharma. C’est, par on ne sait quelle magie, exactement le même programme globaliste ! S’ils pouvaient fermer les églises pour n’opérer exclusivement que de manière digitale, ils le feraient.

Les agents d’une nouvelle religion

En définitive, c’est décevant que la promotion de l’agenda mondialiste, c’est-à-dire une société numérique transhumaniste basée sur le contrôle, la peur et le chantage au revenu universel soit promu par des individus censés représenter Dieu, c’est-à-dire la paix, l’amour et la justice. C’est une immense imposture, certes, mais elle était prophétisée par la Très Sainte Vierge Marie.

Le postulat de ces tarés est que le monde est trop hostile et que l’homme doit intervenir à tous les niveaux pour créer les conditions d’une vie artificielle où plus aucune adversité ne peut advenir. Pour ce faire, ils doivent atomiser les humains et les isoler dans une bulle numérique, et c’est exactement ce qu’ils font en s’attaquant à la famille.

Dans leur paradis terrestre, le visage de l’autre disparait derrière un masque ridicule, et le lien qui unit les hommes est subordonné aux gestes barrières, idéalement 2 mètres de distance, un plexiglas et une muselière truffée d’oxyde de graphène qui vous rend stérile.

La négation du lien entre les humains, c’est la négation de l’Esprit. La négation de l’Esprit Saint, c’est la négation de la Trinité, et donc de Dieu. Et ces dégénérés nous parlent d’un acte d’amour au nom du christ ? Ils sont fous, ou tout simplement méchants ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Mots clefs
1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :