Les Colombiens ont rejeté, le 2 octobre 2016, par référendum l’accord de “paix” signé le 26 septembre dernier entre le gouvernement colombien du président Santos et les terroristes marxistes des Farcs, organisé sous l’égide de Cuba, pays rappelons-le toujours marxiste.

Pourtant de nombreuses personnalités avaient fait le déplacement en Colombie pour fêter cet accord de dupes qui fait la part belle aux terroristes, narco-trafiquants et criminels : le secrétaire général de l’ONU, les présidents Cubain et Péruvien, l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos ou le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’état du Saint-Siège. A ce titre, avant la cérémonie de signature, le cardinal avait présidé une messe afin de prier pour la paix et la réconciliation en Colombie. Que l’honneur soit bafoué à travers cet accord et que la justice ne soit pas rendue aux centaines de milliers de victimes de cette guérilla marxiste n’a pas grande importance pour des ecclésiastiques et un pape François qui ne rêvent que “paix et réconciliation” mondaines et mondiales à tous prix, même les paix plus viles et la plus veules !

Madame Marie-Christine Arnautu, fille d’un Roumain qui a fui la dictature communiste, a tenu à s’exprimer au Parlement Européen pour féliciter la clairvoyance des Colombiens et leur rejet de cet accord qui absout “avec une inacceptable indulgence des centaines de criminels” :

“C’est l’honneur du peuple colombien qui a gagné, cet honneur qui refuse le lâche soulagement consistant à piétiner la mémoire des 260 000 assassinés, des 45 000 disparus et des 7 millions de personnes déplacées par les exactions terroristes des Farcs. Un accord acceptable est un accord qui ne bafoue pas la mémoire des victimes.”

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :