Brésil – Le général Ribeiro Souto, responsable du volet éducation du programme de Jair Bolsonaro, compte mettre en place une « nouvelle bibliographie pour les écoles » pour « enseigner la vérité sur 1964 », date de la mise en place d’un pouvoir militaire jusqu’en 1985.

Par ailleurs, le président Bolsonaro veut réduire les quotas de places réservées aux Brésiliens noirs dans les universités publiques et dans la fonction publique.

« Je ne dirai pas que je vais mettre fin aux quotas, car cela dépend du Congrès. Peut-être, réduire le pourcentage. Non seulement pour l’université, mais aussi dans les concours de la fonction publique. Pour l’amour de Dieu, mettons fin à cette division au Brésil. »

La loi du 9 juin 2014 réserve 20 % des postes vacants dans les concours publics des administrations publiques fédérales, des municipalités, des fondations et des sociétés d’économie mixte ou à économie mixte contrôlées par le gouvernement aux personnes qui se disent noirs ou mulâtres.

Les quotas raciaux d’admission dans les universités et les établissements fédéraux d’enseignement technique moyen sont définis par la loi n° 12 711 du 29 août 2012. Cette loi exige que 50 % des postes vacants de chaque sélection soient réservés.

En raison de diverses mesures de discrimination en faveur des noirs, métisses et mulâtres, le pourcentage de Noirs inscrits dans les universités publiques fédérales est passé de 20 % en 2011 à 40 % en 2016.

Le président Jair Bolsonaro, très soutenu par l’armée, compte dans son équipe rapprochée quatre généraux.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

2 commentaires

  1. Soupape says:

    Durant la 2ème guerre mondiale, avant le débarquement …

    on demanda … de “blanchir” les troupes libératrices,
    de façon à ce que la Libération du territoire Français,
    soit exécutée en nette majorité par des Français,
    et non par des étrangers (par exemple : tirailleurs sénégalais)

    Ces troupes étrangères n’avaient pas démérité,
    mais ce n’était pas à elles de libérer la France …
    Elles le comprirent d’ailleurs très bien …

  2. Daniel Daflon says:

    Bonne nouvelle. Au moins sur ce point la Justice est retablie. Un tres bon debut.