Le rapport annuel sur l’Elysée délivré par les magistrats de la Cour des comptes révèle ne pas pouvoir chiffrer le coût total de Brigitte Macron pour les finances publiques.
La Cour des Comptes avertit : si la charte de transparence mise en place par Emmanuel Macron prévoit que la Cour puisse suivre les dépenses de son épouse, “cette forme de comptabilité reste à ce jour insuffisamment développée pour réaliser complètement cet exercice”.

La Cour des Comptes est donc réduite à rappeller que Brigitte Macron dispose

. d’un directeur de cabinet

. d’un chef de cabinet

. de deux secrétaires, dont l’une est également affectée au secrétariat du conseiller porte-parole

. de six bureaux dans “l’aile “Madame” de l’Hôtel d’Evreux

. de deux véhicules de la flotte présidentielle

. de la protection de plusieurs membres du GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République)

La Cour des Comptes précise encore que « pour ses activités publiques et officielles, madame Brigitte Macron bénéficie des services de la coiffeuse-maquilleuse de la Présidence, mais il ne lui est attribué aucun budget de représentation.»

Le rapport de la Cour des Comptes note également que sur les 71 ETP (équivalent temps plein) du département de la correspondance présidentielle, “six à sept agents” sont chargés des lettres adressées à Brigitte Macron.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Mots clefs
2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :