Dans un tweet paru hier, l’ancien député Bruno Gollnisch, professeur de Droit, s’interroge sur l’emprisonnement pour délit d’opinion de l’écrivain Hervé Ryssen.

Manière détournée de montrer que la justice française applique le deux poids deux mesures…

M. Hervé Ryssen emprisonné pour délit d’opinion. Il y a donc des prisonniers d’opinion en France aujourd’hui. M. Dupont-Moretti ignore-t-il le vibrant plaidoyer de M. Macron en faveur du « droit au blasphème » ? Ou bien ce droit ne fonctionne-t-il que dans un sens ?…

— Bruno Gollnisch (@brunogollnisch) September 20, 2020

Je ne suis ni « négationniste », ni « affirmationniste », mais opposé aux lois dites « mémorielles », comme des centaines d’universitaires. Et contrairement à certains journalistes, je défends la liberté d’expression, y compris celle de personnes dont je ne partage pas les opinions. https://t.co/4sC3mqkXUp

— Bruno Gollnisch (@brunogollnisch) September 21, 2020

D’ailleurs le Check News de Libération confirme que Ryssen a bien été condamné pour délit d’opinion dans un article paru hier 20 septembre et intitulé Pour quelles raisons l’écrivain antisémite Hervé Ryssen a-t-il été incarcéré ? :

« Le militant d’extrême droite Hervé Lalin, dit Ryssen, a été incarcéré ce vendredi 18 septembre à la prison de Fleury-Mérogis, en exécution de trois condamnations à des peines de prison ferme pour propos antisémites ou négationnistes. »

Francesca de Villasmundo 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :