Cameroun – Deux traitements contre le Covid à base de plantes ont été mis au point par l’archevêque Samuel Kleda de Douala et approuvés par le comité scientifique gouvernemental. Ces traitements naturels ont même été proposés sur le marché d’exportation après avoir été donnés à quelque 10.000 personnes avec de bons résultats depuis l’apparition du coronavirus jusqu’en janvier 2021.

Un communiqué publié le 17 mars par le Dr Marius Macaire Biloa, coordinateur national de l’Association catholique de la santé du Cameroun (OCASC), a annoncé que les traitements Elixir Covid et Adsak Covid sont désormais disponibles pour le marché étranger, au prix de 20.000 francs CFA, environ 30 euros ou 36 dollars américains.

Les médicaments ont été fournis totalement gratuitement au Cameroun et resteront gratuits pour toute personne qui en a besoin dans les centres diocésains de tout le pays.

Ils sont actuellement proposés aux patients après consultation et tests de laboratoire pour confirmer la positivité au SRAS-CoV-2, principalement dans une dizaine de centres de santé catholiques des plus grandes villes du Cameroun, Douala et Yaoundé, où la plupart des cas de coronavirus ont été enregistrés.

Lorsque l’annonce d’une pandémie Covid s’est propagée dans le monde au printemps dernier, tous les yeux se sont tournés vers l’Afrique et de nombreux épidémiologistes présidaient un scénario catastrophique en raison de la forte concentration de la population du continent africain et du manque d’hygiène et de soins médicaux. En vérité, loin de ce scénario apocalyptique, l’Afrique, et en particulier l’Afrique subsaharienne, a été largement épargnée, avec peu de contaminations enregistrées et un nombre de morts inférieur à celui des pays développés.

Cela n’a pas empêché de sévères mesures anti-coronavirus dans de nombreux pays africains, mais les Africains ne sont pas allés jusqu’à interdire d’éventuels traitements. Et c’est désormais le continent qui a le moins souffert de la pandémie.

Bien sûr, l’Afrique a une population beaucoup plus jeune que les autres continents et est donc moins exposée aux pires conséquences de la contagion par le SRAS-CoV-2, qui tue principalement des personnes âgées ou gravement malades. Mais la contagion elle-même a également été maintenue à un niveau beaucoup plus bas. De nombreux pays africains ont choisi d’affronter le danger à leur manière, notamment en essayant des médicaments anciens et éprouvés tels que l’hydroxychloroquine et des plantes comme l’artemisia, promu dans l’île de Madagascar (369 décès depuis la début de l’apparition du Covid sur une population totale de 26,26 millions d’habitants).

Mgr Kleda, archevêque de Douala, capitale économique du Cameroun, est depuis longtemps connu pour sa passion pour la naturopathie et les plantes médicinales. Il a commencé à chercher des remèdes naturels en tant que recteur du Petit Séminaire de Saint-Paul-de-Guider, dans le nord du Cameroun, il y a 30 ans, car les médicaments «ordinaires» n’étaient pas disponibles pour soigner les enfants.

L’archevêque ne souhaite pas que l’utilisation de substances inspirées de la médecine traditionnelle soit confondue avec la sorcellerie et la magie. «Nous traitons grâce aux plantes et avec l’intercession de la Vierge Marie», a-t-il dit. Depuis 2009, il a ouvert une boutique de plantes médicinales où il recevait le public et prodiguait des conseils pendant son temps libre.

Lorsque le coronavirus est entré au Cameroun, l’archevêque Kleda a commencé à rechercher une éventuelle combinaison de plantes qui pourrait servir de remède.

«Je connaissais déjà les plantes utilisées pour les symptômes du coronavirus. J’ai simplement mis en place toutes les recettes que j’avais à ma disposition », a-t-il déclaré en avril 2020. À l’époque, il avait déclaré avoir déjà traité plusieurs centaines de personnes. «Il n’y a pas eu une seule mort. Tous ceux qui ont pris le médicament ont été guéris », avait-il affirmé.

Mgr Kleda a également dit à la population que manger des oignons et de l’ail renforcerait rapidement le système immunitaire.

Fin avril 2020, Mgr Kleda affirmait publiquement avoir trouvé un traitement naturel qui pourrait réduire les symptômes de la maladie liée au coronavirus.

Immédiatement, des dispensaires ont été mis en place et gérés par l’archidiocèse de Douala, attirant des milliers de personnes qui ont obtenu des soins gratuits, tandis que l’archevêque a reçu un financement privé local pour poursuivre ses recherches. Le 7 mai 2020, de nombreuses restrictions ont été levées, les bars qui avaient été soumis à des heures de fermeture anticipée ont été rouverts dans la soirée et les “experts” catastrophistes ont déclaré que les contaminations monteraient en flèche. Cela ne s’est pas produit. Avec une population de 25 millions d’habitants, le Cameroun ne compte à ce jour que 601 décès attribués au coronavirus.

Un membre de l’opposition politique a célébré l’invention de Mgr Kleda, affirmant que le remède «devrait être une source de fierté nationale». L’ancien chef de l’association des avocats camerounais, Yondo Black, et un certain nombre d’hommes d’affaires ont collecté des fonds pour acheter du matériel médical et des unités de production pour le nouveau traitement de l’archevêque. Le propriétaire d’un grand groupe de médias dans le pays a également soutenu Mgr Kleda. Même le ministre camerounais de la Santé, le Dr Malachie Manaouda, est intervenu fin avril 2020 pour examiner de plus près le remède naturel de Mgr Kleda.

Le 19 mai 2020, le président du Cameroun en personne a encouragé «tous les efforts pour développer un traitement local contre le COVID-19».

En juin, l’archevêque a été invité par le Premier ministre Joseph Dion Ngute à rejoindre le groupe officiel de spécialistes de la santé pour une audition par le Parlement camerounais. Ngute lui-même avait déjà rencontré Mgr Kleda.

À l’époque, le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguié Djibril, avait exhorté à mettre de côté les préjugés et les divisions concernant les médecines traditionnelles, invoquant «l’intérêt national». Mgr Kleda a ajouté que la phytothérapie devrait être étudiée dans les universités afin que les médecins et les techniciens puissent les utiliser correctement.

Le Dr Manaouda, ministre de la Santé, soutient maintenant de tout cœur le remède naturel de l’archevêque. Il a déclaré que la contribution de la médecine traditionnelle avait atténué le nombre de personnes atteintes de coronavirus et contribué à faire baisser le pourcentage de victimes d’une forme grave de la maladie. L’agence de presse camerounaise a noté mercredi dernier que «désormais, personne ne peut ignorer les bénéfices du protocole anti-COVID mis en place par l’archevêque métropolitain de Douala, Mgr Samuel Kleda, qui a fait ses preuves».

Didier Raoult, l’infectiologue charismatique de Marseille qui a promu l’utilisation de l’hydroxychloroquine depuis le début avant de recommander l’ajout de Zithromax et de zinc, a à plusieurs reprises salué l’approche pragmatique de l’Afrique face à l’épidémie, soulignant que les Africains sont non seulement prêts à utiliser des médicaments bon marché de manière nouvelle. – quelque chose qui va directement à l’encontre des intérêts de l’industrie pharmaceutique qui prospère grâce à de nouveaux brevets – mais qu’ils sont également en avance sur la science sur le coronavirus avec des spécialistes hautement qualifiés et des hôpitaux de premier ordre.

Et contrairement à de nombreux pays développés, les pays africains traitent en fait leurs patients atteints de coronavirus.

Au 23 mars, selon les statistiques publiées par le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies, un total de 4.123.632 «cas» de COVID-19 avaient été enregistrés sur le continent, et 110.164 personnes étaient décédées. L’Afrique a une population de 1,216 milliard d’habitants.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :