Le sémillant cardinal Kasper, membre de cette « sorte de club de la Mafia » qu’était « le groupe de Saint-Gall » du Cardinal Danneels, chaud partisan de l’élection du cardinal Bergoglio au trône pontifical lors du conclave de 2013, instigateur de l’admission à la communion pour les divorcés remariés civilement permise par Amoris Laetitia, propulsé sur le devant de la scène par son ami le pape François qui dit de lui qu’il « fai[t] de la théologie à genoux », de « la théologie sereine », ne cesse de faire de la théologie hérétique…

Récemment il a publié un livre intitulé Le Message d’Amoris Laetitia. Une discussion fraternelle dans lequel il défend l’idée que les nouvelles normes sacramentelles pour les adultères contenues dans cette exhortation bergoglienne si controversée procèdent logiquement du concept conciliaire de Tradition vivante, concept qui en gros stipule que la doctrine évolue selon les circonstances, les mœurs, les mentalités… Difficilement on peut lui donner tord sur cette analyse : Amoris Laetitia est dans la continuité de l’esprit conciliaire, esprit qui fut une rupture avec la saine doctrine catholique.

Après avoir justifié la communion pour les divorcés remariés civilement grâce donc à cette filiation entre Amoris laetitia et le concile Vatican II, le cardinal allemand va encore plus loin dans sa réflexion : s’appuyant toujours sur ce rapport entre l’exhortation bergoglienne et le Concile il vient au secours des unions homosexuelles :

« certains de ces partenaires peuvent réaliser de manière partielle et analogue des éléments du mariage chrétien »,

écrit-il dans son ouvrage car ajoute-t-il

« comme il y a en dehors de l’Église catholique des éléments de la véritable Église, dans les unions précitées il peut y avoir être des éléments présents du mariage chrétien, bien qu’elles ne remplissent pas complètement l’idéal ».

Le cardinal Kasper fonde son raisonnement sur la constitution conciliaire Lumen Gentium qui prétend que l’Église du Christ « subsiste dans l’Église catholique » et est à l’état d’éléments partiels et donc présente et agissante dans les communautés chrétiennes non catholiques, ce qui signifie qu’il n’y a pas identité parfaite entre l’Église du Christ et l’Église catholique, la première étant plus large que la seconde. De ce concept du “subsistit” l’ami cardinal du pape François tire sa conclusion que dans l’union homosexuelle existent des éléments partiels du mariage chrétien. Ne soyons pas étonnés si un jour ce prélat progressiste, se recommandant bien entendu toujours de Vatican II, se mettait à professer et ce serait logique en somme, que dans toute union sexuelle quelle qu’elle soit (et les cas de figure abjects sont légion) existent des éléments partiels du mariage chrétien. Les conséquences néfastes du “subsistit” et d’Amoris laetitia n’ont pas fini de voir le jour…

Mais tout comme cette notion conciliaire du « subsistit » n’est pas une notion de la Tradition catholique qui enseigne qu’il y a adéquation stricte entre l’Église du Christ (ou son Corps mystique) et l’Église catholique romaine (cf : Pie XII, Encyclique Humani generis du 12 août 1950.), la réflexion du cardinal Kasper n’appartient pas à la doctrine catholique mais bien à la veine conciliaire à laquelle Amoris laetitia se rattache : il n’y a aucun élément du mariage chrétien dans les « accouplements » contre-nature… D’ailleurs il n’y a même pas le respect de la nature, alors comment pourrait-il y avoir le moindre respect du caractère surnaturel du mariage chrétien ?

La théologie à genoux du cardinal Kasper est une théologie de cloaque… Et Amoris Laetitia une exhortation à mettre aux égouts…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

17 commentaires

  1. … Et il y a des éléments non chrétiens dans les ordres ecclésiastiques…

  2. Onclin says:

    En complément voir la “Bulle Unam Sanctam du 18 novembre 1302 – Boniface VIII”:
    “La foi nous oblige instamment à croire et à tenir une seule sainte Eglise catholique et en même temps apostolique, et nous la croyons fermement et la confessons simplement, elle hors de laquelle il n’y a ni salut, ni rémission des péchés, comme l’Epoux le proclame dans le cantique : ” ma colombe est unique, elle est parfaite. Elle est la mère qui a été choisie pour être sa génitrice.” Elle représente l’unique corps mystique corps dont le Christ est la tête, Dieu cependant étant celle du Christ. En elle il y a ” un seul Seigneur, une seule foi, et un seul baptême ” Ep 4,5. Unique en effet fut l’arche de Noé au temps du déluge, qui préfigurait l’unique Eglise ; achevée à une coudée, elle avait un seul pilote et chef, à savoir Noé, et hors d’elle, nous l’avons lu, tout ce qui
    subsistait sur terre fut détruit.”
    “C’est pourquoi cette Eglise une et unique n’a qu’un seul corps, une seule tête, non pas deux têtes comme pour un monstre, à savoir le Christ et le vicaire du Christ, Pierre, et le successeur de Pierre, car le Seigneur dit à Pierre lui- même : ” Pais mes brebis ” Jn 21,17. Il dit ” mes ” en général, et non telle ou telle en particulier, d’où l’on comprend que toutes lui ont été confiées. Si donc les Grecs ou d’autres disent qu’ils n’ont pas été confiés à Pierre et à ses successeurs, il leur faut reconnaître qu’ils ne font pas partie des brebis du Christ, car le Seigneur dit lui-même en Jean : ” il y a un seul bercail, un seul et unique pasteur ” Jn 10,16.”
    Conclusion: l’objet du pape François est de détruire simplement le siège de Pierre. Plus de siège, plus de pape et donc disparition de l’unique Eglise, plus d’Eglise plus de lieu de dépôt de l’enseignement du Christ, bonjour la “praxis” démocratique participative.

  3. Cadoudal says:

    “Les vices contre nature sont contre Dieu . Ils l’ emportent d’ autant plus sur la corruption du sacrilège , que l’ ordre de la nature
    est plus primitif et plus stable que tout autre ordre surajouté.”

    st Thomas somme théologique – les vices de luxure –

    • pamino says:

      S’il vous plaît, pourriez-vous me citer l’original de « l’emportent […] sur » ici (ou donner une référence plus précise à la Summa) ?

      • Cadoudal says:

        Pamino

        st Thomas d’ Aquin

        somme théologique

        II-II- q 154 les parties de la luxue

        artcli 12 l’ordre de gravité entre le espèces de luxure

  4. DUFIT THIERRY says:

    Effrayant.
    C’est bien le concile Vatican II qui est responsable de cette apostasie qui va jusqu’à remettre en question la morale naturelle et non “une mauvaise interprétation du concile” comme voulait le faire croire Benoit XVI.
    Voir le dernier article de M l’Abbé Gleize du Courrier de Rome intitulé “les fumées de Satan”.
    Avec Mgr Lefebvre de sainte mémoire disons et redisons “J’accuse le concile”.

    • Je dirai plutôt : ce sont les hommes qui ont convoqué et animé ce concile les responsables…
      De même que ce n’est pas un camion fou (comme parfois le disent les médias) qui est responsable de l’attentat suicide mais son conducteur!
      Ces hommes auraient dû être infaillibles en matière de foi et de moeurs, l’Eglise ne pouvant se tromper ni nous tromper, donc ils ne sont pas d’Eglise.
      Ce sont des usurpateurs qu’il serait blasphématoire de les nommer vicaire du Christ.
      Un antichrist peut il être vicaire du Christ?

  5. Cadoudal says:

    la grève de l ‘Inquisition au Vatican provoque la prolifération des doctrinaires pourris.

  6. Marco says:

    Les jésuites, création sioniste, infectent le Vatican dépuit le début du siècle, cette pourriture satanique n’a qu’ un seul but, la destruction du christianisme et l’avènement de la religion unique de Gog et magog annoncée par l’apocalypse de Jean.

    • pamino says:

      Ah bon, les sionistes de nouveau ? Je ne savais pas qu’ils existaient déjà au XVIe ou même en début du XIXe. Mais de toute façon l’un pape a bien fait de supprimer les jésuites en 1773 et l’autre mal de les rétablir en 1814. À propos, c’est un scholastique déjésuitisé, un certain Lorenz Leopold Haschka, qui en 1797, à l’occasion de l’anniversaire de François II, empereur du Saint Empire Romain, a été chargé de composer l’hymne « Dieu ! préserve François l’empereur, notre bon empereur François » que Joseph Haydn a été en même temps chargé de mettre en musique, et aux paroles duquel, à partir de 1841, on a commencé en dehors de la Grande-Autriche à substituer le « Deutschland, Deutschland über alles » composé à cet effet sur l’île de Héligolande, à l’époque anglaise, par un certain Heinrich Hoffmann, natif de Fallersleben. Puisque pour des raisons différentes selon le couplet on ne peut plus en chanter les deux premiers couplets (sauf peut-être dans des réunions closes du parti AfD, maintenant quand même représenté au parlement de la R.F.A.), on chante de nos jours, sur la belle mélodie de Haydn, le troisième, « Unité et Droit et Liberté ». Moi je préfère quand même « Dieu ! préserve François l’Empereur, notre bon empereur François ! » — et il est bien temps de convoquer les Electeurs, dont le premier est depuis 1803 l’évêque de Ratisbonne, pour élire un Roi des Romains qui par la suite sera couronné par le député du pape (attendons un peu alors) à Aix-la-Chapelle comme Saint Empereur Romain.

  7. Marco says:

    Nous sommes tous temoins de notre anéantissement
    lavapeur.over-blog.fr/article-satan-dieu-vatican-jesuite-franc-macon-sionisme-echo-des-montagnes-frederic-berger-114886299.html

  8. sacré-coeur de jésus + says:

    Kasper, yop là boum, c’est le roi des ….

  9. pamino says:

    « La foi nous oblige instamment à croire et à tenir une seule sainte Eglise catholique et en même temps apostolique, […]. »
    Je crois que la bonne ponctuation dans le Crédo de Nicée, texte latin, est :
    ‹ Et unam sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam confiteor, unum baptisma in remissionem peccatorum. ›

  10. Boutté says:

    On pourrait aisément faire de lourdes plaisanteries sur la “théologie à genoux” mais Dieu m’en garde !
    En revanche celle de ce Prélat et de son Pape me semble s’éloigner de plus en plus vite de la Bible que j’ai lue plusieurs fois pourtant où l’on peut lire que la sodomie est”acte abominable”.