En avril 2019, l’Institut Saint-Pie X organisait un colloque, qui visait à scruter certaines facettes plus rarement considérées de la Messe dite de Paul VI.

Les huit conférences ici proposées permettent d’approfondir les nombreuses études déjà parues sur le thème. En conclusion, nous vous proposons une dernière conférence complémentaire, prononcée quelques jours auparavant qui permet de mieux cerner si le Novus Ordo constitue une rénovation ou une subversion.

CD MP3 (environ 9h)
15 € + 3.60 € (port)

  • Introduction : Abbé François-Marie Chautard

  • La messe de Paul VI et l’altération de la profession de foi : Abbé Mauro Tranquillo

  • Intention et validité du nouveau rite : Abbé Jean-Michel Gleize

  • La notion ambivalente de mémorial : R.P. Jean-Dominique, op

  • Qualités et mérites du Nouveau Rite revendiqués : Abbé Thierry Gaudray

  • La nouvelle messe et les règles du développement liturgique : Abbé Nicolas Portail

  • La messe de la Modernité : Abbé Philippe Toulza

  • Culture, inculture ou acculture du NOM ? : M. Dominique Viain

  • Conclusion : quelle attitude pratique ? : Abbé Arnaud Sélégny

  • Le N.O.M., rénovation ou subversion ? : Abbé François-Marie Chautard

Institut Saint-Pie X
21 rue du Cherche-Midi
75006 PARIS
iuspx@free.fr

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

2 commentaires

  1. La nouvelle messe a un très fort parfum de protestantisme et a été créée dans le but de séduire les protestants à la suite du concile Vatican II. Des pasteurs protestants ont participé à la création de cette nouvelle messe.
    Ce colloque organisé par la Fraternité St Pie X était fort instructif.
    Lire aussi le bref examen critique des cardinaux Ottaviani et Bacci.

  2. Bernard Lh says:

    Je l’appelle l’essem car c’est la messe à l’envers. Un irrespect total où l’on reçoit l’hostie debout et bien souvent dans la main, la sainte table ayant été supprimée. On y tutoie Dieu, on ne veut pas entendre parler du sacrifice mais plutôt d’un repas, on empêche les gens de se recueillir avant, pendant et après la messe, on n’aime pas le latin ni le grégorien, on s’adresse face au peuple plutôt que vers Dieu, et bien d’autres choses qui font perdre le sens du sacré et l’élévation de l’âme.