Troisième nuit d'émeutes
Troisième nuit d’émeutes

Le bilan officiel de la troisième nuit d’insurrection raciale en France :

. Près de 500 bâtiments publics ont été incendié, dont des écoles.
. 249 policiers et gendarmes ont été blessés.
. 667 personnes ont été interpellées.

Le gouvernement se lamente aussi des chantiers des JO2024 incendiés cette nuit. Les dégâts sont considérables.

Le Ministère de l’Intérieur affirme que le niveau actuel des violences est supérieur à celui des émeutes de 2005 et que la France n’avait jamais connue des affrontements aussi violents. Des mesures d’urgences vont être discutées en cellule de crise à 13h avec Macron.

Mais derrière cette communication officielle, la réalité est bien plus terrible encore. Les émeutiers ne respectent rien, pas même ce qui est pourtant utile à leurs propres familles. Des pharmacies, des crèches, des écoles, et même des habitations privées ont été incendiées. Dans un bloc d’appartements, quatre étages ont pris feu. Parmi les locataires, il y avait des familles musulmanes dont les enfants pleuraient sur le trottoir d’en face en voyant l’incendie qui a fait plusieurs blessés.

On ne compte plus le nombre de bus, tramways, camions, et voitures carbonisés à travers la France.

De nombreux magasins ont été pillés. Dans certains cas, des voitures volées ont servi de bélier. Une pelleteuse a même été utilisée pour défoncer l’entrée d’une grande surface Des hypermarchés dans lesquels se sont précipités des meutes déchaînées, dont des femmes maghrébines voilées et des africaines en boubou, tous voulant leur part du butin. Ailleurs, ce sont des concessionnaires autos dont tous les véhicules ont été volés dans une ambiance chaotique.

Et on a vu des racailles vidé des véhicules de pompiers et de police abandonnés. Des racailles se filment portant des vestes d’uniformes de police.

Pire encore, dans différentes villes, des barbares ont sorti des armes automatiques, y compris des armes de guerre.

Tout cela a pris une dimension qui n’est plus de l’ordre de l’émeute mais de la guérilla. Avec une dimension ethnique évidente.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !