Ils sont beaux les héros de la République, les incarnations vivantes de la liberté d’expression. En plus de la vulgarité et l’insanité qui est leur lot quotidien, voici que l’avarice et l’appât du gain semble devoir ronger les “survivants” !

Il faut dire que 30 millions d’euros, ça ne laisse pas indifférent, car ce sont bien 30 millions d’euros qui sont rentrés dans les caisses du journal. Un collectif composé de onze collaborateurs, dont l’urgentiste Patrick Pelloux et le dessinateur Luz, a été formé pour ouvrir des négociations sur une répartition du capital, et ce de façon égalitaire. Sauf que le capital en question est détenu à 40 % par les parents de Charb, ancien directeur de la publication tué dans l’attaque du 7 janvier 2015, à 40 % par le dessinateur Riss, blessé à l’épaule et nouveau directeur, et à 20 % par Éric Portheault.

Et il n’y a pas de raison que les propriétaires de Charlie Hebdo veuillent céder une partie de trésor, celui-ci ne reposant pas sur les qualités absentes des récriminants mais uniquement sur la compassion générée par la tuerie.

D’ailleurs, l’urgentiste d’extrême gauche, Patrick Pelloux, l’affirme la main sur le coeur : “À partir du moment où une entreprise est décimée, vous vous sentez complètement lié à elle. Il ne s’agit pas de se partager le gâteau. L’argent ne nous intéresse pas”.

Ben voyons, s’il demande l’argent, c’est que l’argent ne l’intéresse pas !!!

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs
2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :