Westminster, le Parlement britannique, pourrait bientôt se retrouver avec des chiens de drogue patrouillant dans ses couloirs et ses espaces communs. C’est la mesure à laquelle réfléchissent les autorités de Westminster après avoir été informées d’un abus croissant de cocaïne et d’autres substances illégales au Parlement. Sir Lindsay Hoyle, le président de la Chambre des communes, a promis d’en avertir la police, déclarant qu’il ouvrirait une enquête sur l’habitude de consommer des drogues de différents types par les parlementaires. En effet, des traces de cocaïne ont été récemment retrouvées dans certains lieux de Westminster accessibles uniquement aux détenteurs d’un laissez-passer parlementaire.

La situation sera également discutée cette semaine au sein du comité administratif de la Chambre des communes, comme l’a déclaré son président, le député conservateur Charles Walker, au Times.

« Dans le passé, le Parlement a utilisé à plusieurs reprises des chiens trafiquants pour identifier des engins explosifs, a-t-il dit, et il pourrait être nécessaire d’étendre l’utilisation de ces chiens, y compris ceux capables de détecter les drogues. »

Les autorités parlementaires ont reçu le mois dernier des rapports expliquant comment la puanteur du cannabis pouvait clairement être ressentie dans l’espace ouvert entre Portcullis House et Parliament Street. Cette nouvelle ne devrait pas être trop surprenante, étant donné qu’en un an la police a arrêté deux trafiquants de drogue et 13 autres pour possession de drogue,

Hier, le Times a également révélé comment de nombreuses sources affirment qu’un groupe de députés utiliserait de la cocaïne de manière habituelle et comment des preuves de la présence de drogues de classe A ont été trouvées dans 11 des 12 endroits du bâtiment soumis à une inspection. Des traces de cocaïne ont été retrouvées dans les toilettes les plus proches des bureaux privés du Premier ministre Johnson et du ministre de l’Intérieur Patel. D’autres ont été retrouvés dans la salle de bain pour handicapés située dans le couloir surplombé par les bureaux de l’exécutif fantôme du Labour et dans une autre salle de bain près du bureau de l’ancien ministre de l’Intérieur fantôme Nick Thomas-Symonds. Les toilettes de la tribune inférieure réservées à la presse et celles situées à proximité des deux bars parlementaires ont également été « contaminées ». Les tests ont tous été effectués le même soir et les mêmes lingettes que celles utilisées dans les boîtes de nuit ont été utilisées pour l’inspection.

Après tout, Hoyle craignait depuis longtemps que Westminster n’ait un grave problème de drogue. Il l’avait déclaré ouvertement dès 2019, en pleine campagne pour remplacer son célèbre prédécesseur John Bercow.

« Ici, nous n’avons pas à faire face uniquement au problème de l’alcoolisme, a-t-il dit, ici nous avons un problème de drogue. »

Une affirmation désormais étayée par une myriade d’aveux anonymes de députés, de conseillers spéciaux, de chercheurs et de membres du personnel politique qui ont partagé des histoires d’abus toxiques perpétrés dans les couloirs du pouvoir. Et maintenant que le secret de Polichinelle est public, tous les partis politiques sont prêts à intervenir. Les libéraux-démocrates appellent à une enquête, le porte-parole de la Chambre précise que « toute allégation de conduite illégale sera signalée à la police », le ministre de l’intérieur se dit indigné, et BoJo est sur le point d’annoncer une contre-offensive visant les cocaïnomanes de la classe moyenne afin de rétablir l’idée que personne ne peut consommer des drogues sans en payer les conséquences.

Allez, ce n’est qu’un scandale de plus, et une contradiction de plus, chez les bien-pensants qui gouvernent et imposent des mesures dictatoriales pour sauver la sacro-sainte santé du petit covid, chez ces politiciens menteurs et trompeurs. Cela se passe en Grande-Bretagne, mais gageons que les mêmes chiens trouveraient les mêmes substances illicites au Palais Bourbon et tous autres lieux de pouvoir, Elysée en tête.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :