L’attentat commis ce lundi 28 octobre place Tienanmen représente désormais un souci majeur en Chine. Le bilan est de 5 morts et 38 blessés et la police chinoise privilégie la piste d’un attentat commis par des militants ouïghours de la région du Xinjiang, considérée autrefois comme le Turkestan chinois. Soit la piste islamiste.

En juin 2013, cette région avait été en ébullition. Dans un climat d’émeute indépendantiste, des musulmans ouïghours avaient attaqué un commissariat. L’attaque s’était soldée par 35 morts et 25 blessés.

Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) avait aussitôt menacé de s’en prendre aux intérêts chinois en Afrique du Nord faisant de la Chine une cible du terrorisme islamique. Précédemment, des Chinois avaient déjà été victimes d’attentats au Pakistan, au Yémen et en Algérie, signe d’une tension grandissante. Et la Chine développant ses intérêts sur tout le continent africain, elle devient parallèlement une cible plus facile à atteindre.

Tout cela entre dans un contexte géopolitique particulier. En effet, les Ouïghours sont des musulmans turcophones. Le gouvernement turc ne manque donc pas de s’immiscer dans la problématique de cette région. Recep Tayyip Erdogan a parlé de « génocide » à propos de la façon dont la Chine traite cette province du Xinjiang. Un comble quand on sait le refus catégorique du premier ministre turc d’entendre le mot « génocide » à propos des crimes commis par les Turcs contre les chrétiens arméniens, syriaques et grecs.

Il ne fait aucun doute qu’Erdogan rêve de relancer le panturquisme, une vision conquérante qui fait la quasi unanimité en Turquie, bien au-delà de son parti l’AKP. En dehors de la région du Xinjiang, la Turquie porte un regard plus qu’intéressé sur l’Ouzbékistan, le Turkménistan, le Kazakhstan et le Kirghizstan.

Les Ouïghours se radicalisent depuis des années. Des affrontements ethniques avaient déjà été signalés en 2001, en 2009 (la plus violente, faisant 200 morts) et en 2011. Fréquemment, les Hans (Chinois de souche) font l’objet d’agressions par des Ouïghours à travers toute la région de Xinjiang.

panturquisme-MPI

La vision panturque conquérante

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :