ND DU LEMAN

Il s’agit d’une résolution de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, qui n’est donc pas contraignante pour les États qui en sont membres. La Russie notamment est membre du Conseil de l’Europe. On peut penser qu’elle a joué un rôle dans l’élaboration de cette résolution. Le Conseil de l’Europe fondé en 1945 est complètement indépendant de l’Union Européenne. Son siège se trouve à Strasbourg. C’est notamment devant cette assemblée que le pape François était intervenu l’année dernière.

Il faut donc relativiser la portée de cette résolution, néanmoins c’est un progrès:

“Combattre l’intolérance et la discrimination en Europe, notamment lorsqu’elle vise des chrétiens” (résolution 2036)

La Version provisoire de cette résolution commence ainsi:

“L’intolérance et la discrimination fondées sur la religion ou la conviction touchent des groupes religieux minoritaires en Europe, mais aussi des personnes faisant partie de groupes religieux majoritaires. De nombreux actes d’hostilité, de violence et de vandalisme contre des chrétiens et leurs lieux de culte ont été recensés ces dernières années, mais ils sont souvent insuffisamment pris en considération par les autorités nationales. L’expression de la foi est parfois limitée de manière injustifiée par des lois et politiques nationales qui ne permettent pas de faire une place aux convictions et pratiques religieuses.”

La civilisation chrétienne est inhérente à l’Europe

Il ne faut pas s’emballer, cette résolution n’est pas encore finalisée. De plus nous sommes encore très loin de la simple équité qui devrait être la reconnaissance que le christianisme est inhérent à la civilisation européenne et donc à l’Europe.  Qu’il convient donc de privilégier et protéger la civilisation chrétienne. C’est encore très loin d’être le cas.

C’est le cas dans l’Est de l’Europe en Russie et dans une certaine mesure en Hongrie et avec des nuances diverses dans de petits pays de l’Union Européenne, mais pour le moment un laïcisme maçonnique qui combat en haine du Christianisme, favorise tout ce qui est étranger aux pays de l’Europe de l’Ouest et à ses racines chrétiennes.  Il s’agit naturellement de la zone européenne où se situe l’Union européenne.

La situation est tellement catastrophique pour notre civilisation et ceux qui en sont issus que cette résolution reste néanmoins un signe intéressant. Elle arrive dans le contexte des attentats  islamistes de France et de Belgique en pleine expansion de l’islamisme en Europe. Une telle résolution ne condamne pas explicitement les actions “ayatollesques” de la Libre-pensée en France, telle que la tentative d’interdiction des crèches dans les lieux publics à Noël ou l’arrêt du tribunal de Chambéry qui a condamné une statue de Notre-Dame du Léman à disparaître du parc qui domine le lac où le maire de Publier (Haute-Savoie)  L’avait faite placer. Cette résolution néanmoins remet en cause les excès “des lois et politiques nationales qui ne permettent pas de faire une place aux convictions et pratiques religieuses.” Elle remet donc en cause les lois qui, en France,  harcèlent les chrétiens et les populations d’origine chrétienne et européenne, au profit de religions et populations d’origines étrangères à l’Europe.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :