Un policier tombe à terre après avoir reçu un cocktail molotov. REUTERS/John Kolesidis (GREECE)

Alexis Tsipras avait promis la fin de l’austérité, mais rien n’arrive. Les employés du public comme du privé se sont mis en grève ce jeudi, paralysant toutes les activités du pays. Fermant les écoles, les hôpitaux, les banques, les transports pour 24 heures en signe de protestation contre les nouvelles coupes budgétaires et hausse d’impôts introduites par le gouvernement à la demande des créanciers de l’Union.

Alors que lundi dernier les banksters de Bruxelles ont refusé d’octroyer un prêt supplémentaire de sauvetage à la Grèce déplorant l’insuffisance des réformes économiques, le gouvernement a fait passer un lot de réformes d’austérité au Parlement, afin d’obtenir leurs bonnes grâces. De nouvelles coupes dans les pensions et le gel des salaires seront examiné dans les semaines à venir. Ce deuxième lot est attendu par Bruxelles comme une mesure qui pourrait permettre l’obtention d’un prêt de 10 milliards d’euros pour la recapitalisation des banques grecques. En d’autres termes, il ne s’agirait une fois encore que de renflouer les banksters qui sont pourtant responsables des prêts qu’ils ont accordés.

Face à ces mesures économiques toujours plus restrictives, une immense manifestation de 25 000 personnes a défilé au centre d’Athènes où des affrontements ont éclaté entre la police et des jeunes qui ont jeté des cocktails Molotov comme le montre la vidéo ci-dessus. La police a répondu par des jets de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes.

Selon Grigoris Kalomoiris, un des leaders du syndicat de fonctionnaires Adedy, « le salaire moyen a été diminué de 30%, quand les salaires étaient déjà à un niveau inacceptable, alors que le système de sécurité sociale risque de s’effondrer, nous ne pouvons pas rester immobiles». Syriza «a renoncé à toutes ses promesses».

Un pays qui voit également son économie malmenée par l’arrivée massive de clandestins.

Syriza s’est associé toute honte bue à l’appel à participer en masse à cette grève, «contre les politiques néolibérales et le chantage des centre financiers et politiques à l’intérieur et à l’extérieur de la Grèce». Cet appel a suscité l’ironie et les critiques des participants au mouvement avant même son commencement. 

 

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 30.000 € pour 2021

btn_donateCC_LG

63 % 11 190 € manquants

18 810 € récoltés / 30 000 € nécessaires – depuis le 01/10/2020

 

Votre générosité nous a permis de boucler l’année 2020, nous avons besoin de votre aide pour l’année 2021 afin de continuer à donner à un maximum de nos contemporains une réinformation gratuite et variée et sans aucune concession.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Médias Presse Info, ce sont aussi 1194 vidéos et plus de 43.600 abonnés à sa chaîne YouTube (près de sept mille de plus en un an !).

Tout cela en accès gratuit.

Cliquer ici pour lire l’appel de MPI et connaitre les détails de nos besoins.

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :