Sans doute n’avez-vous jamais entendu parler de la stimulation cérébrale transcrânienne. La connaissance du cerveau s’affine de plus en plus avec le Pet Scan (Tomographie par Émission de Positrons). Le principe est le suivant. Un produit radioactif comme le glucose est injecté par voie intraveineuse à celui qui a un trouble particulier. Le produit vient se localiser dans une zone responsable d’un trouble clinique ou d’une maladie. Ainsi il se concentre sur un cancer ou une zone inflammatoire. Celle-ci est ensuite scannée. Mais il s’agit d’une image dynamique, c’est-à-dire comme celle d’un petit film.

Pour le cerveau il en est de même. En montrant des images d’un film d’épouvante à un amateur, une zone du cerveau s’active et une autre s’il déteste ce genre cinématographique. Il est possible de détecter ainsi les pédophiles.

Il a été remarqué qu’une stimulation électromagnétique d’une zone cérébrale peut l’éteindre ou l’accélérer. Cette technique permet de soigner les parkinsoniens, la dépression nerveuse, les états de stress, les acouphènes (sifflements d’oreille), la tristesse chronique, la douleur, les mouvements anormaux. Mais elle peut ainsi accéder aux fonctions cognitives ; c’est-à-dire à la connaissance. Le tout étant de repérer la zone concernée pour l’inactiver ou l’activer. Cette action est spectaculaire quand par exemple on fait compter des chiffres à un patient 1-2-3-4-5 etc. Au moment de la stimulation celui-ci s’arrête et ne peut plus se souvenir de la suite.

Si vous êtes allergique à l’immigration, quand quelqu’un vous en parlera, vous allez réagir à partir d’une zone de votre cerveau. Vous pouvez faire inactiver cette zone et ainsi changer d’opinion. Il est possible de cette manière de transformer un délinquant violent en mouton tranquille.

Le procédé est simple et indolore : un simple casque émettant des ondes magnétiques. Il a été mis au point par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) dépendant du Département de la Défense aux États-Unis ; ceci dans la mesure où un certain nombre de soldats engagés dans les guerres récentes souffrent de dépression chronique post-traumatique inguérissable.

Or des chercheurs ont constaté que la technique peut radicalement modifier les préjugés et les perceptions religieuses. Il a été découvert depuis longtemps un centre au niveau de la zone frontale médiane postérieure du cerveau. Elle fait que l’homme a spontanément tendance de croire en Dieu. La croyance en Dieu a été réduite de presque un tiers après stimulation. Ces travaux très récents ont été effectués par Dr Colin Holbrook, de l’Université de Californie à Los Angeles.

Dans mon prochain ouvrage qui doit paraître dans un mois je rends compte plusieurs fois de ce type de recherches. Ce livre est titré : « La fin de l’espèce humaine, biologie, génétique, bionique et robotique ». De fait s’il est possible ainsi de faire perdre la connaissance, notamment celle de Dieu, nous serons réduits à l’état animal. Cela en sera fini de l’homme.

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

32 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :