C’est un aspect du dossier Covid qui ne fait pas la une des médias du système. Des entreprises comme Pfizer intimident des gouvernements. Des révélations le prouvent, l’entreprise Pfizer demande une rançon à des gouvernements, interfère avec leur législation et exige même… des bases militaires comme garantie.

Pfizer a conclu des accords de ventes de vaccins avec 9 pays d’Amérique latine et des Caraïbes – Chili, Colombie, Costa Rica, République dominicaine, Equateur, Mexique, Panama, Pérou et Uruguay. Deux grandes nations latino-américaines sont absentes de cette liste : l’Argentine et le Brésil.

Que s’est-il passé en Argentine ?

Les pourparlers entre l’Argentine et Pfizer ont débuté en juin 2020. En juillet, le président Alberto Fernandez a tenu une réunion avec le PDG de Pfizer en Argentine.

Puis, Pfizer a inversé les rôles et demandé que si quelqu’un intente une poursuite civile contre Pfizer en Argentine et gagne cette affaire, ce soit le gouvernement de l’Argentine et non Pfizer qui paie l’indemnisation. Ainsi, le parlement argentin a adopté une nouvelle loi en octobre 2020, mais Pfizer n’était pas satisfait de son contenu. La loi dit que les producteurs de vaccins tels que Pfizer devront au moins payer pour leurs négligences et erreurs si elles sont démontrées.

Pfizer a refusé cette décision, après quoi l’Argentine a proposé de modifier la loi pour définir plus clairement la négligence – pour n’inclure que la distribution et l’administration de vaccins par négligence.

La société Pfizer n’était toujours pas heureuse et a exigé que la loi soit modifiée, ce que l’Argentine a refusé. Pfizer a ensuite demandé à l’Argentine de souscrire une assurance internationale pour payer d’éventuelles affaires futures contre Pfizer.

En décembre 2020, Pfizer est revenu avec plus de demandes et a exigé des actifs souverains en garantie. Pfizer voulait que l’Argentine mette en garantie ses réserves bancaires, ses bases militaires et ses ambassades.

Que s’est-il passé au Brésil ?

Pfizer a pris une longueur d’avance et a demandé au Brésil de créer un fonds de garantie et de déposer de l’argent sur un compte bancaire étranger. L’Argentine a refusé.

Le 23 janvier 2021 – Le ministère brésilien de la Santé a publié une déclaration citant des extraits des clauses pré-contractuelles de Pfizer.

Voici une liste des demandes de Pfizer – le Brésil renonce à la souveraineté de ses actifs à l’étranger au profit de Pfizer, que le Brésil prenne en considération un retard de livraison, que Pfizer ne soit pas pénalisé pour un retard de livraison, et qu’en cas d’effets secondaires, Pfizer soit exemptée de toute responsabilité civile.

Le gouvernement brésilien qualifie ces clauses d’abusives. L’accord de Pfizer avec le Brésil a également échoué.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :