Le pape François pourrait ne pas se remettre de la déflagration mondiale déclenchée par les révélations des sombres turpides homosexuelles et agressions sur mineurs dont trop de clercs haut placés ou mineurs se sont rendus coupables ces dernières décennies. Parmi elles, ressortent tout particulièrement les sordides agissements, qui se perpétuent sur de longues, très longues années, de l’ex-cardinal McCarrick. L’ensemble témoigne d’une corruption morale ancrée profondément dans la hiérarchie ecclésiastique contemporaine et un grand nombre de séminaires conciliaires.

L’affaire McCarrick défraye spécialement la chronique à cause de la célébrité du personnage et de sa proximité avec le pape actuel. Figure de proue du progressisme dans l’Église américaine et de l’ouverture au monde vantée par Vatican II, nanti de l’amitié qu’avait pour lui, avant l’explosion du scandale, le pape lui-même, ce globe-trotteur toujours infatigable malgré son âge jusqu’à son retrait récent de la scène publique, -repli stratégique imposé par le Saint-Siège-, s’était fait l’ambassadeur de la révolution bergoglienne : « l’Église en sortie », « l’Église des périphéries », avait en lui un inlassable serviteur… Un serviteur qu’El papa argentin doit regretter amèrement d’avoir protégé, cette protection suscitant aujourd’hui de nombreuses questions.

Les Américains veulent savoir. Ce fut une des raisons qui ont amené la conférence épiscopale des États-Unis, qui se réunit cette semaine à Baltimore pour son Assemblée annuelle, à lancer un plan de lutte contre « les abus sexuels » et l’affaire McCarrick, avec deux fortes propositions : un code de conduite pour les évêques dans le cas d’abus, assorti d’un nouveau mécanisme de signalement, et une commission laïque pour enquêter sur ces agressions sexuelles, les résultats de l’enquête devant par la suite être remis aux autorités ecclésiastiques. Mais alors que les catholiques américains tout autant que l’opinion publique attendent rapidement des signes concrets de la part des évêques américains, arguant du fait que les mesures doivent correspondre au droit canon et qu’il vaut mieux appliquer les mêmes normes dans toute l’Église, le Vatican souhaite que la Conférence épiscopale étasunienne ne vote pas avant la rencontre des conférences épiscopales du monde entier, convoquée en février à Rome, et qui débattra des « abus sexuels » dans l’Église.

Cette si tardive interdiction a surpris tout le monde et soulève, elle-aussi des interrogations. Le Saint-Siège craint-il, par une enquête menée en-dehors de lui, que ne sortent au grand jour de nouvelles révélations qui pourraient affecter davantage la crédibilité du pape François, faire chanceler le Jésuite de son trône pontifical, après celles de l’ex-nonce Vigano ? Ou, autre hypothèse, veut-il ménager ce puissant lobby homosexualiste qui a pris racine dans l’Église officielle en empêchant ainsi une réflexion approfondie sur la première cause de ces scandales sexuels, la pratique de la sodomie par des McCarrick et autres ecclésiastiques dévoyés ? Toujours est-il que les victimes américaines des agressions sexuelles perpétrées par des clercs, la majorité des prélats eux-mêmes, ont été abasourdis par ce veto qui a été formulé par la Congrégation pour les évêques dans laquelle siègent, il faut le savoir, les cardinaux Cupich et Wuerl, tous deux connectés à la « fillière » McCarrick. Elle est parvenue au cardinal DiNardo, président de la Conférence épiscopale des États-Unis, la vieille de l’ouverture de l’Assemblée le lundi 12 novembre.

Dans ce climat de tension crescendo entre les évêques américains et le Saint-Siège, l’ex-nonce Vigano a adressé un message à ses confrères réunis à Baltimore :

“Chers frères évêques des États-Unis,

Je vous écris pour vous rappeler le mandat sacré qui vous a été donné le jour de votre ordination épiscopale : conduire le troupeau au Christ. Méditez sur “Proverbes 9:10”: La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse! Ne vous comportez pas comme des brebis effrayées, mais comme des bergers courageux. N’ayez pas peur de vous lever et de faire ce qui est juste pour les victimes, pour les fidèles et pour votre propre salut. Le Seigneur rendra à chacun de nous selon nos actions et nos omissions.
Je jeûne et je prie pour vous.

Arch. Carlo Maria Viganò, Votre ancien Nonce apostolique”

Il est de toute façon évident que, malgré le silence persistant du pape depuis le témoignage de Mgr Vigano et quoi qu‘entreprend et décide le Vatican, l’impasse ne pourra pas être faite sur une clarification du cas McCarrik, des protections dont il a bénéficié, et de son comportement ouvertement homosexuel. Il est vrai ce sera aux risques et périls du pape François…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 commentaires

  1. Paul-Emic says:

    Il est clair que l’Église catholique dans sa forme actuelle ne s’en relèvera pas

  2. Etienne says:

    L’Eglise s’en relèvera.
    Quant aux jésuites, et aux autres, et à leurs mafias, plus tôt ils s’étoufferont mieux ça vaudra.

    • DUFIT THIERRY says:

      L’Eglise ne se relèvera que si les hommes d’Eglise – je ne dis pas l’Eglise car l’Eglise est éternelle malgré l’indignité de ses chefs- reviennent à la Tradition et abandonnent définitivement le diabolique concile Vatican II.

      • Soupape says:

        Les hommes d’Eglise ne se relèveront
        que s’ils se remettent à PRIER … le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ,

        ou plutôt s’ils se mettent à prier,
        car la plupart n’ont jamais prié de leur vie,
        car, réciter seulement des formules toutes faites, n’est pas prier …

        Prier c’est PARLER à Dieu, à coeur ouvert,
        et non lui débiter des formules, même traditionnelles …
        Car, parler à Dieu, c’est beaucoup plus exigeant que réciter à Dieu …

        Quand qu’on a fini de parler à Dieu, on peut conclure par une formule, mais pas avant.

        (bien sûr, si on a l’habitude de prier vraiment, on peut commencer par une formule,
        mais l’important est de parler, et non de réciter )

        • cadoudal says:

          tout ce qui a été fait depuis le Concile Vatican II a eu pour but de détruire l’ Eglise du Concile de Trente pour liquider le troupeau

          une messe luthérienne obligatoire pour chasser les vrais catholiques

          une pastorale œcuménique pour créer une religion universelle sans dogmes ( chrétiens)

          et maintenant une pastorale “Mc Carrick” pour mener le troupeau au lupanar gay.

          sous la houlette du futur “st Dingoglio”.

          • Soupape says:

            Oui mais, vous-même, est-ce que vous priez vraiment ?

            Le cœur à cœur avec Dieu est beaucoup exigeant que de réciter !
            Là vous ne pouvez pas tricher, et vous abriter derrière la récitation …
            C’est un rude métier !

            Et puis parler à Dieu signifie AUSSI qu’on ECOUTE sa réponse …
            Sinon, Dieu ne peut pas en placer une …

            En réalité, DEJA AVANT le concile, personne ne priait,
            à part chez les moines et moniales …

            D’ailleurs c’est l’absence de prière qui a fourvoyé le concile …

            • Cadoudal says:

              moi, je fais ce que je peux ;

              ce qui n’est pas grand chose .

              nous sommes face à un phénomène apocalyptique destiné à balayer la vraie foi de la surface de la terre.

              désastre voulu par les francs maçons mitrés parvenus au sommet de l ‘ Eglise.

              • Soupape says:

                Je suis d’accord avec vous sur l’essentiel,
                et je vous remercie d’avoir reconnu des difficultés avec la prière …
                Dieu vous le rendra.

                Moi aussi, j’ai eu des difficultés avec la prière, il y a bien longtemps ;
                mais Dieu m’a aidé à en sortir …
                sinon je n’y serais JAMAIS arrivé !

                Dites à Dieu vos difficultés, et demandez lui de l’aide,

                Il vous tiendra un temps la dragée haute,
                pour vous obliger à persévérer dans vos demandes,
                et bien en mesurer le sens, et la portée.

                Puis il vous éclairera,
                et ce sera pour vous le point de départ d’un grand renouveau.

                Je ne donne pas de consultation de direction spirituelle,
                mais si un jour vous avez besoin de me parler de ce sujet,
                n’hésitez pas.

                Cordialement.

                • Elysée says:

                  On a tous des difficultés dans la prière. Nous ne sommes pas là pour nous juger les uns les autres mais pour nous éclairer.

  3. DUFIT THIERRY says:

    L’affaire Mc Carrick révèle aussi le vrai visage abject de Jean-Paul II. Ce pape hypocrite qui se prétendait très strict sur la morale nommait cardinal un individu vivant dans la pire dépravation et en 1988 brandissait une fausse excommunication (invalide) contre Mgr Lefebvre dont le seul crime était de garder la Foi Catholique dans toute son intégrité et de refuser de coopérer à la destruction de l’Eglise.

    • Soupape says:

      A Thierry DUFIT

      1 – Je suis choqué que vous usiez du mot “abject” … pour qualifier Jean Paul II …
      En tout cas, ce n’est pas le sentiment qu’il a donné dans le monde entier.
      Même des incroyants ont eu le sentiment … que Jean Paul était Saint,
      même s’ils seraient bien incapables de le justifier.

      Il y a quand même des gens plus “abjects” que Jean Paul II …

      Et puis Jean Paul II a aussi échappé, un 1″ mai, à la balle d’un tireur …

      2 – Suite à un de nos échanges, au moment de la “canonisation” de Paul VI,
      j’ai lu l’article récent de Rivarol sur Paul VI que vous m’avez invité à lire.
      J’ignorai la plupart des faits reprochés,
      car, à l’époque de ces, je ne connaissais Paul VI
      qu’à travers les articles superficiels … de quelques “grands journaux” …

      3 – Suite à un récent article de MPI
      (“Communion aux protestants … etc” MPI du 14 mai 2018)
      j’ai décidé de me faire un opinion à partir des 3 textes qui y sont cités :

      “Unitatis redintegratio”, de Paul VI (21 novembre 1964)
      “Ut unum sint”, de Jean-Paul II (25 mai 1995)
      “Ecclesia de Eucharistia”, de Jean Paul II (17 avril 2003)

      4 – Je me suis procuré le 1er texte entier sur vatican.va,
      dont le site est devenu brouillon,
      sans doute sous l’influence de dégringoglio,
      qui veille à cacher ses supercheries.

      Les dérives de Paul VI me sont rapidement apparues.
      Mais est-il lui-même le moteur de ses dérives ?

      a)- D’abord, sur le plan pastoral, il commet une énorme erreur d’appréciation :

      celle qui consiste à vouloir lancer les catholiques
      dans un dialogue intense avec les “frères séparés”,
      alors que les catholiques, dans leur grande majorité, ne prient PAS,
      parce qu’ils ont une foi purement “philosophique”,
      tout cela parce qu’ils ignorent presque tout des Ecritures …

      Dans ces conditions l’œcuménisme ne pouvait qu’échouer et divaguer …
      d’autant plus qu’elle était conçue
      comme un entreprise purement humaine !

      b) – Paul VI, du moins son TRADUCTEUR en français,
      use d’un vocabulaire abusif et d’une phraséologie moderniste
      qui lui permet de justifier ses préoccupations … par la moraline.

      Mais d’où vient cette phraséologie : de lui, ou des “théologiens” de l’époque ?

      Mon sentiment est que, depuis longtemps,
      la foi des membres du clergé … ne dépassait guère … celle de leurs fidèles !!!

      Les prêtres, les curés, les évêques, les cardinaux, … et même le Pape
      ne priaient guère, car leur foi était purement philosophique,
      et même s’ils avaient étudié les Ecritures, ils ne l’avaient pas vraiment comprise.
      (Cf les allusions contenues dans “l’entretien de satan avec Luther”,
      rapporté sur internet)

      Il suffit de voir les interprétations que Paul VI donne
      de certaines phrases de Jésus, ou de St Paul.

      Il se trompe sur leur sens profond.
      C’est digne d’un sermon bâclé à la moraline
      comme ceux qu’on entendait déjà lors d’une messe ordinaire du dimanche

      Mais est-ce volontaire et machiavélique ?
      ou bien simplement le fait de l’ignorance ?
      je n’en sais rien !

      Toutefois, il faut être conscient qu’en 1964,
      aucun catholique, fut-il membre du clergé,
      qui aurait lu les phrases de Paul VI,
      ne pouvait imaginer qu’elle produirait … 50 ans plus tard,
      la dégringolade que l’actuel dégringoglio, s’emploie à aggraver volontairement …

      5 – Je poursuis donc cette étude, et la propose à d’autres,
      toujours dans l’esprit
      de chercher à savoir pourquoi l’Eglise en est arrivée là,
      au point de transformer les Paroles du Christ Jésus,
      en de simples rites honorant la décadence …

      • Soupape says:

        A Thierry DUFIT

        Quelques corrections au texte précédent

        ( à la fin du 1- )
        lire : un 13 mai, au lieu de : un 1* mai

        ( à la fin du 4- )
        lire :
        Car, il faut être conscient qu’en 1964
        aucun catholique, fut-il membre du clergé,
        qui aurait lu les phrases de Paul VI,
        ne pouvait imaginer qu’elles produiraient … 50 ans plus tard,
        la dégringolade que l’actuel dégringoglio, s’emploie à aggraver volontairement …

        et ajouter :
        En effet, ces phrases en apparence anodines
        “passaient” … sans attirer l’attention !

        • DUFIT THIERRY says:

          M Soupape
          Jean-Paul II fut le pape d’Assise, de l’oecuménisme délirant, des droits de l’homme, des repentances, chantre de Vatican II. La destruction de l’Eglise s’est accélérée sous son pontificat.
          “En tout cas, ce n’est pas le sentiment qu’il a donné dans le monde entier.
          Même des incroyants ont eu le sentiment que Jean Paul était Saint”,
          Cet argument prouve que Jean-Paul Ii en séduisant ce monde profondémént anti chrétien faisait le jeu des ennemis de l’Eglise.
          Il faut arrêter avec cette fausse sainteté de Jean-Paul II.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

15 % 29.840 € manquants

5160 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 29.840 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !