Nous relayons le communiqué publié ce matin par la FSSPX. Nous nous réjouissons de la clarté de son langage qui reprend la position qu’avait tenu la FSSPX d’une façon générale jusqu’en 2009 : “C’est à cause de cette divergence doctrinale irréductible que toute tentative d’élaborer une ébauche de déclaration doctrinale acceptable par les deux parties, n’a pu aboutir depuis sept ans. C’est pourquoi la question doctrinale reste absolument primordiale.”

Source : La Porte Latine

Le jeudi 22 novembre 2018, l’abbé Davide Pagliarani, Supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X s’est rendu à Rome, à l’invitation du cardinal Luis Ladaria Ferrer, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il était accompagné de l’abbé Emmanuel du Chalard. Le cardinal Ladaria était assisté de Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission pontificale « Ecclesia Dei ».

L’entretien s’est déroulé dans les bureaux de la Congrégation pour la doctrine de la foi, de 16 h 30 à 18 h 30. Il avait pour but de permettre au cardinal Ladaria et à l’abbé Pagliarani de se rencontrer pour la première fois et de faire ensemble le point sur les relations entre le Saint-Siège et la Fraternité Saint-Pie X, depuis l’élection de son nouveau Supérieur général, en juillet dernier.

Au cours de l’entretien avec les autorités romaines, il a été rappelé que le problème de fond est bel et bien doctrinal, et que ni la Fraternité ni Rome ne peuvent l’éluder. C’est à cause de cette divergence doctrinale irréductible que toute tentative d’élaborer une ébauche de déclaration doctrinale acceptable par les deux parties, n’a pu aboutir depuis sept ans. C’est pourquoi la question doctrinale reste absolument primordiale.

Le Saint-Siège ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme solennellement que l’établissement d’un statut juridique pour la Fraternité ne pourra se faire qu’après la signature d’un document de caractère doctrinal.

Tout pousse donc la Fraternité à reprendre la discussion théologique, bien consciente que le Bon Dieu ne lui demande pas nécessairement de convaincre ses interlocuteurs, mais de porter devant l’Eglise le témoignage inconditionné de la foi.

L’avenir de la Fraternité est entre les mains de la Providence et de la Très Sainte Vierge Marie, comme le prouve toute son histoire, de sa fondation à ce jour.

Les membres de la Fraternité ne veulent rien d’autre que servir l’Eglise et coopérer efficacement à sa régénération, jusqu’à donner leur vie pour son triomphe, s’il le faut. Mais ils ne sauraient choisir ni la façon, ni les termes, ni le moment de ce qui appartient à Dieu seul.

Menzingen, le 23 novembre 2018

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

16 commentaires

  1. Cadoudal says:

    ” Je régnerai , malgré mes ennemis et tous ceux qui voudront s’y opposer”

    le Sacré Cœur à sainte Marguerite Marie

    totalement incompatible avec l’ esprit de Vatican II – Assise

    entre le Concile de Trente et Vatican II, il faut choisir.

  2. Bravo pour la clarté de ce communiqué, même si certains “communiquants” internes à la FSSPX ont essayé de saboter la réalité de la fermeté en publiant sur Riposte catholique des informations tendancieusement ralliéristes.

  3. Cadoudal says:

    E.Scalieri :

    “Votre Sainteté, vous-même l’aviez écrit dans une lettre que vous m’avez adressée.
    La conscience est autonome, disiez-vous, et chacun doit obéir à sa conscience.
    A mon avis, c’est l’une des paroles les plus courageuses qu’un Pape ait prononcée.”

    pape François

    “Et je suis prêt à la répéter.

    “Chacun a sa propre conception du Bien et du Mal et chacun”

    ” doit choisir et suivre le Bien et combattre le Mal selon l’idée qu’il s’en fait. ”

    Il suffirait de cela pour vivre dans un monde meilleur.”

    l’ application pratique au bénéfice des cathos tridentins , c’est pour quand ?

  4. DUFIT THIERRY says:

    On l’a toujours dit : c’est bien le concile et ses mauvais textes (Dignitatis humanae, Nostra Aetate, Gaudium et Spes , Unitatis reintegratio) qui ont détruit la Foi Catholique et entrainé l’apostasie. Liberté religieuse, collégialité, oecuménisme. La nouvelle messe protestantisée est une conséquence directe de l’oecuménisme : il faut séduire les protestants. On laïcise les Etats catholiques. Les actes monstrueux de Jean-Paul II (Assise etc) ne sont que l’application du concile.
    Il est faux de dire que le concile est bon mais mal appliqué car ce sont ceux qui l’ont fait qui l’ont ensuite appliqué.
    Mgr Lefebvre l’avait vu dès 1966. Voir sa lettre au cardinal Ottaviani du 20/12/66.

    • Soupape says:

      Informations : :

      J’étudie actuellement une encyclique de Pie XII, du 12 août 1950, “Humani generis”,
      (dans sa traduction officielle en français, où il y a des négligences)

      Pie XII y fustige DEJA les divagations “œcuméniques”,
      que certains envisageaient … presque comme nous les connaissons aujourd’hui ::
      un “yaourt tous fruits” pour tous …

      Il est important de voir que le Christ Jésus n’a pas pratiqué l’œcuménisme …
      Il avait contre lui les pharisiens, les scribes, les hérodiens, les sadducéens … etc
      mais il leur a pêché les mêmes choses qu’aux autres …

      Jésus a même dit : “N’allez pas croire que je suis venu apporter la paix sur la terre ; ”
      “je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive.”
      “Car je suis venu opposer :
      “l’homme à son père, la fille à sa mère, et la bru à sa belle mère :”
      “on aura pour ennemis les gens de sa famille” (Matthieu, 10, 34-35 et Luc 12, 51-53)

      • MA Guillermont says:

        Bonjour Soupape
        L’Église de Jésus-Christ est infiltrée depuis longtemps , Padre Pio lui-même a TOUJOURS été persécuté JUSQU’À sa mort en 1968 … Bernadette Soubirous AUSSI
        Les voyants dd FATIMA de Notre Dame de la SALETTE
        Et encore avant , alors je laisse ces gens … Catholiques mais se croyant purs de tous les purs à ce qu’ils refusent de voir car la division n’est pas de Dieu et ÇA ILS LE SAVENT TRÈS BIEN …

        Bien à vous Soupape

      • « sa traduction officielle en français, où il y a des négligences ». Traduttore traditore : négligences, manque d’une bonne formation ou ignorantia invincibilis, il y a toujours de petites et quelquefois de grandes imperfections dans n’importe quelle traduction ; c’est une conséquence de l’orgueil babylonien. Investir une traduction du titre « officielle » n’y garantit presque rien, puisque le seul moyen d’arriver à peu près exactement à ce que veut dire l’auteur, c’est bien comprendre sa langue, ici le latin. Si vous dites qu’il y a des négligences dans la traduction officielle en français de ‹Humani generis›, je n’ai aucune difficulté à partir de la supposition que vous ayez raison, mais cela de me dispense pas de l’obligation de la vérifier mon ‹a priori› en lisant moi-même l’original. Vous auriez mieux fait de donner quelques exemples des imperfections que, sans doute à raison, vous alléguez dans la traduction en français dite officielle, c’est-à-dire émanant avec nihil obstat, imprimi potest et imprimatur d’une officine autorisée.
        P: S: « mais il leur a pêché les mêmes choses qu’aux autres … » ; voilà autre chose, qu’on appelle en anglais « le diable de l’imprimeur ».

        • « de la vérifier » ; pardon, en changeant de construction j’ai oublié d’enlever le « la », ici pour ainsi dire devenu de 445 Hz ; autre source de fautes.

        • Soupape says:

          A pamino

          1 – J’avais bien vu les défauts de mon message,
          et, pour essayer de le rendre plus précis,
          j’avais refait plusieurs fois l’incise … que vous critiquez justement !!!

          Mais j’ai vu que je ne serai pas mieux compris,
          … et j’ai donc choisi … de résumer !

          Les imperfections visées consistent en des passages …
          où il manque des mots français. ce qui oblige à compléter au jugé …
          exercice aventuré quand cela atteint la construction même de la phrase …

          2 – Il se peut d’ailleurs que ces imperfections répétées
          ne figurent pas dans cette encyclique là
          mais dans d’autres, parmi celles que je lis actuellement …

          J’ai bien pensé à l’obligation d’être rigoureux, et de rester prudent,
          mais je ne pouvais pas repasser une heure ou deux
          à tout vérifier, quand il est grand temps d’aller se coucher ;
          d’autant que je n’ai pas le texte en latin.
          celui-ci m’ayant, je crois, paru absent … sur le site du vatican !.

          3 – Par traduction officielle
          j’entends les versions en français
          que j’ai copiées directement sur le site du vatican lui-même.

          Ayant remarqué à plusieurs reprises
          des négligences affectant la qualité des versions françaises officielles,
          j’ai eu l’impression que ces négligences reflétaient le fait
          que les français n’étaient pas très aimés
          par certains prélats traducteurs au vatican …

          4 – Le but de mon message était simplement de prouver (et de me prouver)
          par un exemple, que tout n’a pas commencé à “Vatican II”.

  5. Xavier S. says:

    Prière de circonstance après un chapelet:
    “Ô Notre-Dame du perpétuel Secours, notre Auxiliatrice et notre bonne Espérance, priez pour nous.
    Faites triompher, ô Marie, votre Coeur immaculé et maternel en délivrant de l’emprise maléfique du funeste concile Vatican II, du modernisme et du protestantisme, tous ceux qui se réclament de votre divin Fils. Ainsi soit-il.”

    Variante adressée au Sacré-Coeur après avoir reçu la sainte communion:
    “Seigneur Jésus, faites triompher votre Coeur sacré en délivrant de l’emprise maléfique du funeste concile Vatican II, du modernisme et du protestantisme, tous ceux qui se réclament de vous. Ainsi soit-il.”

    • En premier lieu on récite le chapelet, puis prie la Ste Vierge pour obtenir des choses, et en second lieu, pour être sûr, on adresse la même prière à Dieu son Fils, après L’avoir reçu dans la Sainte Communion ; c’est bien une forme du catholicisme historique, mais à mon avis ce n’est pas là l’ordre de priorité qu’il fallait, et il ne faut pas le réintroduire. L’ordre qu’il faut est facile à trouver dans les litanies, là où la réponse « miserere nobis » se change en « ora pro nobis ».

      • Soupape says:

        1 – Je suis un peu d’accord avec vous, Pamino.

        Mais je ne sais s’il est prudent …
        d’étaler sur la place publique nos conceptions personnelles.

        2 – A quelqu’un comme Xavier S., on pourrait, PEUT-ÊTRE,
        lui proposer de prier ainsi :
        “Seigneur, mets moi dans TA Vérité, ne permets pas que je m’égare !”.
        “Si je suis dans l’erreur, montre-le moi, dis-le moi !”

        3 – Personnellement, je place la Prière au DEBUT de la vraie relation à Dieu,
        après qu’on ait bien compris ce qui suit, à savoir
        que “si Dieu ne vient pas Lui-même ”
        “nous dire ce qu’IL est … et ce qu’IL nous veut,”
        “ce n’est pas nous qui pouvons l’inventer … ”

        En effet, il ne s’agit pas de prier un vague dieu “des philosophes et des savants”,
        (celui dont on ne pourrait, au mieux, que démontrer “l’existence”,
        ce qui n’avance pas beaucoup, car ce dieu là ne parle jamais !)
        mais le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ, qui Lui-même priait son Père,
        pour bien désigner le destinataire de la prière, ainsi que notre filiation complète.

        Etant ainsi vacciné contre les “reformulations” fantaisistes de la doctrine,
        (on veut “reformuler” … tout ce qu’on ne comprend pas !
        au lieu de demander à Dieu … de nous le faire comprendre …)
        on recommence (ou on commence) à prier en parlant à Dieu comme ça vient,
        dans l’état où l’on est …

        Exemple : oraisons jaculatoires personnelles …
        courtes et fréquentes en cours de journée (même au travail !).

        4 – Au bout d’un certain temps,
        au cours duquel on s’habitue à se mettre dans le vrai, et à parler vrai,
        (car on ne peut pas mentir à Dieu !)
        Dieu nous fait comprendre
        qu’il faut lire les Ecritures, car c’est là qu’on peut entendre ses Paroles.

        Toutefois, cela ne se conçoit que si on a été préalablement catéchisé,
        à la bonne époque où le catéchisme n’était pas trop frelaté …
        A défaut, il faut utiliser les services d’un prêtre spécialisé … ou d’un moine …

        Je saute des étapes

        5 – Vient le moment où on est convaincu de ce que les Evangiles,
        prolongés par les Actes des Apôtres, les Epîtres,
        (et même l’Apocalypse, qui confirme le retour final du Christ,
        même si ce retour est plus tardif que ce qu’ont cru d’abord les Apôtres)
        racontent une histoire vraie, réellement vécue …

        Notamment, on suit et on comprend les étapes successives de la Foi de Pierre …

        Alors viennent naturellement les premières prières
        de remerciements et d’actions de grâce …

        6 – Dans l’étape suivante, nait le désir de la Vie sacramentelle.

        C’est là qu’on comprend la nécessité de la Présence Réelle.

        Dieu est venu nous sauver de la Décadence, c’est à dire du Péché
        au milieu duquel nous naissons, et que nous contractons par osmose …

        C’est pourquoi le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ est un Dieu incarné,
        qui se fait proche des hommes, pour mieux s’en faire comprendre …

        7 – Je m’arrête là, parce que ce serait trop long, et pas lu …

  6. balaninu says:

    Merci Xavier !

  7. Qu’est-ce que c’est que ce délire ? “porter devant l’Eglise le témoignage inconditionné de la foi” ! Depuis quand un catholique prêche-t-il la Foi à l’Église elle-même, alors que c’est d’elle qu’il tient sa Foi ?

    La FSSPX prouve une nouvelle fois qu’elle ne parvient pas à distinguer la véritable Église de Jésus-Christ de sa contre-façon conciliaire, privée de toute autorité. C’est infiniment dommage.

    • Si ce n’est que de l’Église qu’on tient sa foi, pourquoi y a-t-il toutes ces citations des Écritures dans le missel et le bréviaire ?

      • Soupape says:

        Exact ! (interjection pour résumer : selon moi, vous avez raison ; selon moi seulement !)

        Nous tenons notre Foi de l’Eglise … mais aussi par notre relation personnelle à Dieu.

        Certes l’Eglise est nécessaire pour nous initier à la Foi.

        Mais ensuite, c’est Dieu qui prend le relai,
        sinon on ne comprend pas sa Foi,
        et on ne peut pas passer toute sa vie à croire “par obéissance”.

        Bien sûr, il n’est pas question … de comprendre TOUTE la Foi,
        (quelqu’un y est il jamais arrivé ?)
        et l’Eglise est là pour nous rappeler … ce qui nous reste à comprendre !

        Toutefois, l’Eglise, après nous avoir initiés,
        l’Eglise nous accueille ensuite comme ses membres actifs.

        Précaution : l’accueil ne doit pas être “bradé”.
        Selon moi (selon moi seulement),
        il ne faut pas imposer les sacrements avant la découverte de la Prière.
        C’est quand l’étape de la Prière est bien acquise,
        qu’on peut administrer les sacrements, qui sont alors désirés … et non pas subis …
        Et on aura enfin des vraies Messes …

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !