Quoi qu’il en soit des motivations officielles du confinement, un fait s’avère d’ores et déjà certain pour l’avenir : le confinement aura permis un pas supplémentaire dans la surveillance de masse par des Etats démocratiques de plus en plus décriés et en faillite. Le modèle chinois fait des émules…

L’État s’introduit, s’immisce, dans la vie privé des citoyens sans que cela soulève la moindre objection ni révolte, pire avec la bénédiction d’une bonne partie de sa population résignée, apeurée qu’elle est par une mort bien hypothétique par virus interposé, à voir mourir ses libertés fondamentales. Le coronavirus est pain béni pour espionner virtuellement le commun des mortels sous couvert d’urgence sanitaire.

Entre le feu vert donné par le Comité européen de la protection des données (CEPD) aux gouvernements des pays membres afin de les autoriser à avoir recours à des dispositifs permettant le pistage numérique de leur population, via l’utilisation des données de localisation de leur téléphone portable, les drones dans quelques grandes villes françaises pour surveiller si les uns et les autres, en-dehors des no-go-zone bénéficiant de passe-droit gouvernementaux, respectent bien l’obligation du confinement, les gendarmes et policiers déployés aux quatre coins de l’hexagone comme si tous ses habitants étaient devenus des criminels en puissance et en acte, et la délation du voisin encouragée par des médias mainstream toujours premiers dans la soumission au pouvoir en place, le flicage et surveillance de la population est massif.

« Et si votre voisin ne respecte pas le confinement, que faire? » titre le Courrier Picard qui donne la solution :

« Le premier réflexe serait d’appeler le 17 ou le 112, ces numéros étant destinés aussi bien aux victimes qu’aux témoins d’infractions. » 

Bienvenu dans le monde de Big Brother où votre « frère » sera votre délateur et les techniques virtuelles et autres IA votre accusateur et votre juge.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Traduisez : Grand Frère. Que les Français surtout, comprennent ce qu’est la “fraternité” de ‘leur’ devise…

  2. C’est sûr que, pour la délation, ils peuvent compter sur tous les franc maçons, nuisibles de la dernière espèce, toujours prêts à dégommer ceux qui se mettent en travers de leur chemin ou qui ne leur plaisent pas – spécialement les catholiques.
    Quant aux jolis joujoux achetés – grâce à l’argent de nos impôts – aux miliciens de défense du régime et autres CRS, avec moult lanceurs de LBD, grenades anti-encerclement, matraques télescopiques et autres joyeusetés à casser de l’opposant, ils expliquent, par leur présence, où a été l’argent qui a manqué pour l’hôpital et le corps médical.
    Le triste sire sarkozy avait pourtant bien prévenu les goys que nous sommes : https://www.dailymotion.com/video/xee8ld
    Mais il n’y a pire sourd que celui qui ne veut entendre et, aveugles et bornés, beaucoup ont voté pour la nouvelle marionnette d’Attali, après hollande : le frère .: macron.

  3. Sancenay says:

    Merci pour ce judicieux rappel “jpr”.On notera que le vibrion Sarko en appellait , lui aussi, “aux nouvelles règles” , soit le refus de nos loi issues de l’ordre naturel , et ainsi de toute autorité naturellement légitime , bref l’anarchie .C’est très tendance” et prévaut, hélas, à tous les niveaux de notre société malade du coeur autant de l’esprit.