Selon l’hebdomadaire Le Canard enchaîné, qui a obtenu par un vent favorable le compte-rendu d’une visioconférence du ministère de l’Intérieur, le secrétaire d’Etat à l’Intérieur aurait déclaré que faire respecter les mesures de confinement «dans les quartiers» n’était «pas une priorité».

Le Canard enchaîné en date du 25 mars affirme que le gouvernement ne voudrait pas froisser les populations vivant «dans les quartiers», selon l’expression employée par Laurent Nunez lui-même.

La visioconférence en question s’est tenue le 18 mars et réunissait le ministre et des préfets au lendemain du début des opérations de confinement sur le territoire.

Le Canard enchaîné titre «un confinement allégé pour les banlieues» et affirme que le secrétaire d’Etat à l’Intérieur aurait déclaré au cours de cette réunion :

«Ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans les quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements.»

Cette préconisation aurait d’ailleurs emporté l’approbation d’un préfet de la zone Sud-Est qui aurait précisé, toujours selon cette même source, qu’«il ne fallait pas mettre le feu aux banlieues en essayant d’instaurer un strict confinement» (selon les mots du journal qui résume ainsi la réaction du préfet).

Un préfet du Nord aurait affirmé que les commerces de nuit dans les banlieues «exercent une forme de médiation sociale»…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :