La directive gouvernementale précisant ce qui est interdit et ce qui est autorisé dans le cadre du confinement national pour coronavirus stipule pour ce weekend que les lieux de culte sont autorisés à rester ouverts et peuvent accueillir simultanément jusque vingt personnes.

Mais la situation générale qui s’apparente à la loi martiale semble donner à certains le goût pour la délation. Un goût pour la délation particulièrement prononcé chez les laïcards sectaires qui s’amusent à dénoncer auprès de la police de la république les églises et chapelles ouvertes ce dimanche.

Quelques catholiques en ont fait les frais dans la commune de Saint-Baldoph, en Savoie, où une chapelle de la Fraternité Saint Pie X accueillait ce dimanche matin une douzaine de fidèles venus assister à la sainte Messe. Une douzaine de fidèles ? C’était donc bien en-dessous de la limite des vingt personnes fixée par le gouvernement. Mais les policiers très zélés n’ont rien voulu entendre. Sur un ton méprisant, ils ont refusé d’écouter les arguments des fidèles présents, et ont dressé procès-verbal à chacun d’eux.

(Les visages des fidèles et des policiers ont volontairement été masqués)

Le zèle de ces policiers pour ennuyer et verbaliser une poignée de catholiques traditionalistes venus assister en petit groupe à la messe comme la loi les y autorisait tranche avec le laxisme dont bénéficient les racailles multiculturelles et revendeurs de drogues qui s’agglutinent volontairement pour défier la police et afficher leur refus du confinement.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

20 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires