La crise du coronavirus, prétexte pour étouffer toujours davantage les libertés des Français, semble ouvrir la voie à une éruption de gesticulations d’autoritarisme diverses et variées de la par de petits caporaux en mal de reconnaissance …

Tels ces gendarmes et policiers qui verbalisent à tour de bras, expression de leur sujétion à la déplorable gestion de la crise sanitaire par le gouvernement macronien et de leur prépotence infatuée face à l’impuissance des pauvres Français confinés et sidérés par la privation radicale de leurs libertés au travers de ce chaos orchestré.

Ou ce préfet de l’Aisne, Ziad Khoury, d’origine libanaise, qui a ajouté au confinement l’interdiction de la vente à emporter d’alcool, ce mardi 24 mars : « Il s’agit d’éviter les rassemblements et surtout les violences intra-familiales, qui pourraient être la conséquence d’une consommation abusive d’alcool », a prétendu le haut fonctionnaire. Qui ne se gène donc pas pour s’immiscer dans la vie privée et les habitudes de table des Français tous mis, de force, au régime… hallal. Et qui ne se pose pas la question de savoir si ces certainement probables « violences familiales » ne seraient pas plutôt causées par un confinement irréfléchi.

Nos libertés individuelles sont en train de voler en éclat. Le pouvoir en place se découvre habillé des oripeaux d’un soft-communisme qui ne dit pas son nom

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :