Sur la chaîne de télévision LCI, le professeur Camille Locht, directeur de recherches à l’INSERM et à l’Institut Pasteur de Lille, et Jean-Paul Mira, chef de service de médecine intensive et réanimation à l’hôpital Cochin, débattent en direct de recherches menées pour tester le vaccin BCG – vaccin contre la tuberculose – comme traitement contre le coronavirus.

Survient un moment stupéfiant. S’adressant au professeur Camille Locht, le docteur Jean-Paul Mira dit :

“Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation ? Un peu comme ça s’est fait d’ailleurs sur certaines études, avec le sida, chez les prostituées…”

A quoi le professeur Camille Locht répond en approuvant et en confirmant que c’est l’idée…

La séquence a largement été diffusée en Afrique, suscitant un tollé général et des réactions en cascade, condamnant unanimement le principe que l’Afrique serve de cobaye.

Beaucoup d’Africains y voient d’ailleurs la preuve d’un complot destiné à réduire la population africaine. Le nom de Bill Gates circule d’ailleurs souvent comme promoteur du vaccin BCG en Afrique.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Sancenay says:

    En Afrique, on a une longue habitude de l’usage de la Nivaquine ( l’équivalent de la chloroquine du Professeur Raoult ) pour traiter le palu. Décidément ces évadés de l’Inserm et autres lieux d’acharnement expérimental tiennent à étaler partout leur ” l’humanisme” frelaté des Lumières qui obscurcit leur science sans conscience. Que ces “experts” s’ appliquent à eux-mêmes ces tests et foutent la paix à nos amis africains, comme au Professeur Raoult, qui lui soigne d’urgence ceux qui en ont besoin.Nos amis africains qui ont d’ailleurs aussi leur pointure en infectiologie,tel le Professeur Moussa Seydi chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Fann de Dakar , qui a acquis sa réputation par ses résultats obtenus lors de son combat contre le virus Ebola. Il a d’ailleurs lui aussi choisi de traiter ses patients avec le cocktail et les préconisations recommandés par son confrère , le Professeur Raoult, sans perdre de temps en palabres fumeuses.

  2. Les éternels relans colonialistes et esclavagistes de “l’élite” maçonnique et macroniste.

  3. alexderome says:

    Les Africains ont raison, je prends les termes offensant de Mira : ” certaines études, avec le sida, chez les prostituées…”

  4. Des cobayes? Il y en a au Sénat et à l’Assemblée. Volontaires d’office, tous, zou! Ils n’ont pas de masques, pas de réanimation, pas de traitement

  5. bernard says:

    Pour la médecine, science de l’urgence, on doit mettre de côté les exigences scientifiques et mettre en route immédiatement ce qui sauve quitte à étudier – en plus – les autres options. Considérer les africains
    comme population d’expérimentation et le déclarer, est assez honteux même si la situation “de fait” des
    africains très mal protégés (mais à qui la faute MM. les Présidents noirs? Comment avez-vous fait fructifier l’apport des médecins occidentaux chez vous, comme Jamot et tant d’autres ?) entraine des conséquences particulières dont la médecine doit tenir compte.