Australie – News.com.au a révélé aujourd’hui que le gouvernement australien a confirmé un accord avec le géant du médicament AstraZeneca pour fabriquer l’un des vaccins anti-coronavirus.

Le Premier ministre Scott Morrison estime que l’accord garantira que les Australiens seront parmi les premiers pays au monde à organiser la vaccination dès le début de l’année prochaine.

Interrogé pour savoir si le vaccin serait obligatoire, M. Morrison a déclaré mercredi matin à Neil Mitchell du média australien 3AW que ce vaccin devra toucher environ 95% de la population australienne et sera donc aussi obligatoire que possible“.

«Il y a toujours des exemptions pour tout vaccin pour des raisons médicales, mais cela devrait être la seule base.»

Rappelons que, selon les chiffres officiels, seuls environ 450 Australiens seraient morts du Covid 19 jusqu’ici.

Cependant, devant le tollé provoqué par cette annonce d’une vaccination obligatoire, le Premier ministre australien est revenu plus tard sur ces commentaires, disant à Jim Wilson du média 2 Go que le vaccin ne serait finalement pas obligatoire.

«Il y a eu un peu de réaction excessive à toute suggestion à ce sujet, il n’y aura pas de vaccin obligatoire», a-t-il déclaré.

«Ce que nous voulons réaliser, c’est autant de vaccination que possible», a-t-il cependant ajouté.

Finalement, la langue de bois politicienne du Premier ministre australien Morrison laisse la porte ouverte à toutes les interprétations futures : «Nous aborderons ce problème lorsqu’il se présentera, lorsque les essais cliniques seront terminés, et nous devons comprendre quels pourraient être les problèmes médicaux potentiels et c’est pourquoi nous prendrons conseil sur son application, mais… vous savez, j’ouvre certainement cette suggestion, mais ce n’est pas une position que le gouvernement a adoptée ».

Lors d’une conférence de presse ultérieure, le médecin-chef par intérim de l’Australie, le professeur Paul Kelly, a déclaré que le vaccin serait dans un premier temps volontaire.

Bien sûr, dans le premier temps, ce sera un appel aux volontaires et je suis sûr qu’il y aura de longues files d’attente – en maintenant les distances physiques, bien sûr – pour ce vaccin“, a déclaré le professeur Kelly. Ce qui sous-entend que, dans un second temps, d’autres mesures seront prises pour forcer les non-volontaires.

Très inconstant, le Premier ministre australien s’est encore prononcé dans un autre media pour affirmer que la vaccination serait quand même quasiment obligatoire  :  «C’est comme n’importe quel vaccin et, comme vous le savez, j’ai une opinion assez ferme sur les vaccins, étant le ministre des Services sociaux qui a introduit « pas de vaccin, pas de salaire »», a-t-il déclaré.

«Et c’est une partie importante de notre stratégie vaccinale, pas seulement sur Covid-19, mais plus largement. Nous rechercherons son application la plus répandue, comme nous le faisons pour tous les vaccins importants. », a-t-il ajouté.

Les médias serviles répètent d’ailleurs en boucle qu’un vaccin est la clé du retour à la normale de la vie pour des millions d’Australiens et de l’ espoir que les voyages internationaux puissent reprendre à l’avenir après la fermeture des frontières du pays plus tôt cette année.

Le Premier ministre australien Morrison a également déclaré qu’il travaillait également pour garantir un accès rapide au vaccin «pour les pays de notre famille du Pacifique, ainsi que pour les partenaires régionaux d’Asie du Sud-Est».

Le vaccin de l’Université d’Oxford réservé par l’Australie est fabriqué à partir d’un virus génétiquement modifié qui provoque le rhume chez les chimpanzés et est connu sous le nom de ChAdOx1 nCoV-19.

Les scientifiques affirment avoir modifié le virus pour le faire imiter le coronavirus et s’assurer que le système immunitaire peut apprendre à l’attaquer. Il s’agit donc bel et bien officiellement d’injecter un virus qui «ressemble» au Covid 19 pour espérer déclencher une réponse immunitaire...

 

Vaccin NED-2139-Oxford-covid - 0

 

Il faut encore préciser que la version officielle des scientifiques travaillant sur le vaccin conclut qu’une dose peut ne pas être suffisante pour se protéger contre les infections au COVID-19.

«Ma prédiction personnelle – basée sur la diminution des niveaux d’anticorps chez les personnes infectées par d’autres types de coronavirus, plutôt que sur les données de l’essai de vaccin actuel – est que nous aurons probablement besoin de rappels annuels, similaires aux vaccins annuels contre la grippe”, avertit le Dr Ashfield.

«L’essai élargi au Royaume-Uni inclura des enfants et des adultes plus âgés pour estimer l’efficacité du vaccin dans ces groupes d’âge. Les réponses immunitaires chez les personnes de plus de 70 ans sont souvent inférieures à celles des adultes plus jeunes ”, est-il officiellement annoncé.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :