De nouvelles révélations d’une ancienne dirigeante d’Oxfam devraient faire réfléchir ceux qui ont une confiance aveugle en les ONG.

Helen Evans, directrice de la prévention interne à Oxfam entre 2012 et 2015, a dénoncé l’existence d’une “culture d’abus sexuels au sein de certains bureaux“, révélant des viols commis par des employés d’Oxfam au Soudan du Sud ainsi que des agressions sexuelles sur des mineurs bénévoles dans des magasins tenus par l’ONG au Royaume-Uni.

Les débordements sexuels de certains employés d’Oxfam ne concernent donc pas que des pays du tiers-monde.

Selon une enquête interne menée auprès de 120 personnes dans trois pays différents entre 2013 et 2014, entre 11 et 14% des personnels déployés avaient été victimes ou témoins d’agressions sexuelles. Au Soudan du Sud, quatre personnes avaient été victimes de viols ou de tentatives de viols.

Cela concerne des agissements de salariés sur d’autres salariés. Nous n’avons pas réalisé d’enquête sur les bénéficiaires de nos programmes d’aide. Mais j’étais extrêmement inquiète de ces résultats“, a déclaré Helen Evans sur la chaîne de télévision britannique Channel 4.

Dans un autre cas, une agression d’un mineur par un adulte commise dans un magasin a donné lieu à des poursuites, a-t-elle révélé. Selon Channel 4, cinq cas de “comportements inappropriés” par des adultes sur des mineurs ont été relevé par Oxfam en 2012/2013, et sept l’année suivante.

Une réunion prévue pour soulever ces sujets avait finalement été annulée, Mark Goldring, le directeur général de l’ONG, estimant qu’il n’y avait “rien à ajouter” au rapport établi par Helen Evans.

Cette dernière a aussi fait part de ses difficultés à obtenir plus de ressources pour mener à bien ces enquêtes.

Interrogé par la chaîne, Mark Goldring s’est excusé pour n’avoir “pas agi assez rapidement“. Mais il a assuré avoir pris la question “au sérieux“.

Il a exclu de quitter ses fonctions, sauf si le conseil d’administration lui en faisait la demande. Lundi, la directrice générale adjointe de l’ONG, Penny Lawrence, a démissionné, après des révélations sur le recours à des prostituées et de potentiels abus sexuels par certains de ses agents en mission à Haïti et au Tchad.

La Commission caritative, organisme qui contrôle les organisations humanitaires au Royaume-Uni, a lancé lundi une enquête sur Oxfam, sur la réalité des agressions commises en Haïti et la réaction de la direction.

La commission suspecte Oxfam de n’avoir pas “divulgué complètement en 2011 des détails importants concernant ces allégations et sur sa gestion des incidents“.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés