« Dans ces rites, il y a le diable, il y a la magie. Notre Dame n’est pas la Pachamama, mais la Vierge de Nazareth ».

Paroles fortes, paroles vraies, dites non par n’importe qui mais par un évêque Mgr José Luiz Azcona Hermoso, évêque émérite de Belém, en pleine Amazonie, dans l’État de Pará, lors de son homélie du 16 octobre dernier dans la cathédrale de Belém. Il a condamné le rituel païen qui eut lieu dans le jardin du Vatican, le 4 octobre, en présence du pape François :

« Il faut distinguer ce qui vient du diable et ce qui vient du Saint-Esprit. […] Ici en Amazonie, nous savons ce que sont la Macumba ou le Condomblè ( des rites magiques et des malédictions provenant du Nord Est et de Bahia, ndlr), choses qui ici sont fréquentes.[…] Ces célébrations dépendent des esprits qui viennent évoqués et il est évident que c’est de la sorcellerie contre laquelle la lettre de saint Paul aux Galates, chapitre V, verset 29, nous met en garde, quand il dénonce le péché d’idolâtrie qui est incompatible avec l’Évangile et avec la mission. »

Mgr Azcona Hermoso a continué en condamnant le culte à la Pachamama et à la Mère Terre « qui ont été adorées au Vatican. Ce sont des déesses comme la déesse Cybèle (dans l’Antiquité romaine) ou la déesse Astarté vénérée à Babylone, l’une l’autre expressions de la fécondité de la femme. L’invocation aux statuettes devant lesquelles certains religieux se sont inclinés au Vatican (et je ne dis pas à quelle congrégation ils appartiennent…) est l’invocation d’un pouvoir mythique, celui de la Mère Terre, à laquelle il est demandé des bénédictions pour l’humanité ou des gestes de gratitudes. Ce sont des sacrilèges démoniaques qui produisent un grand scandale surtout pour les plus petits qui ne savent pas discerner. La Mère Terre ne doit pas être adorée parce que tout, même la terre, est sous la domination de Jésus-Christ. Il n’est pas possible qu’il y est des esprits qui aient un pouvoir égal ou supérieur à celui de Notre Seigneur ou de la Vierge Marie. »

Et de répéter :

« La Pachamama n’est pas et ne sera jamais la Vierge Marie. Dire que cette statue représente Notre Dame est un mensonge. Ce n’est pas la Reine de l’Amazonie parce que l’unique Reine de l’Amazonie est Marie de Nazareth. Ne faisons pas des mélanges syncrétistes. Tout cela est impossible : la Mère de Dieu est la Reine du Ciel et de la terre. »

A parler ainsi est un des ces évêques amazoniens, qui selon la doxa du Synode, devrait pourtant reconnaître dans les idoles jetées dans le Tibre une sorte d’hymne à la vie ou à la fertilité comme cela a été dit et redit par la communication vaticane. Mais à Rome savent-ils vraiment de quoi ils parlent, connaissent-ils vraiment l’Amazonie, cette région dont ils s’occupent actuellement ? Ou l’Amazonie n’est-elle pas uniquement un « faire-valoir », un « lieu théologique », pris en otage par une « secte conciliaire » et des prélats progressistes déconnectés du réel et de Dieu, dont le but, depuis Vatican II, est et reste de changer la doctrine catholique et de façonner une nouvelle religion ?

Francesca de Villasmundo


Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 commentaires

  1. pascal queniart says:

    encore 1 idiot ce type devrait être enfermé,il a pas comprit que chaque religion est libre

    • Etes-vous ironique ou sincère ? Qui est “ce type” ?
      Mgr Azcona Hermoso a raison, bien évidemment, de prêcher la vérité catholique. C’est sa mission et son devoir.

  2. Soupape says:

    Les paroles citées dans l’article, … sont dites … par un expert qualifié :

    “natif de l’Amazonie”,
    “Mgr José Luiz Azcona Hermoso”, (né le 28 mars 1940, 79 ans)
    “évêque émérite de Belém, en pleine Amazonie, dans l’État de Pará”,

    Pour les hispanisants :
    elles pourraient être extraites d’une homélie (homilia)
    publiés par Pan-Amazon Synod Watch le 17/10/2019

    Va te retro, … dégringoglio … !

  3. Claude Timmerman says:

    “Mais à Rome savent-ils vraiment de quoi ils parlent, connaissent-ils vraiment l’Amazonie?”
    La question est effectivement d’importance et visiblement elle pourrait s’appliquer d’abord à cet évêque … et accessoirement à l’auteur de cet article!
    Pour commencer Mgr José Luis Azcona Hermoso n’a absolument rien d’un brésilien – et encore moins d’un amazonien – de souche: c’est un basque espagnol pur sucre! Né à Pampelune, missionnaire des Récollets il n’est arrivé au Brésil qu’en 1985 après plus de vingt ans de ministère en Europe!
    Au Brésil il est toujours resté sur la côte: son ministère essentiel, fut épiscopal: il a été évêque de Belem, ville de l’estuaire des fleuves Tocantins et Pará, dans le nord du Brésil, capitale de l’État du Pará.
    (Mgr Hermoso porte aujourd’hui le titre de prélat émérite de Marajo)
    C’est donc une zone d’îles, colonisée depuis le XIVeme siècle d’où la forêt primaire, (et les indiens qui vont avec) a disparu depuis deux siècles au moins et où la population est totalement métissée depuis trois siècles!
    https://pt.m.wikipedia.org/wiki/José_Luís_Azcona_Hermoso
    Comme spécialiste des populations indiennes actuelles d’Amazonie on fait tout de même mieux! Je ne suis pas sûr qu’il ait jamais eu l’occasion de voir un indien actuel de la forêt!
    En revanche il doit forcément très bien connaître les populations afro-indiennes de la zone côtière, populations issue du métissage indien avec les esclaves africains importés…
    (Et le Brésil fut le dernier pays à pratiquer l’esclavage: l’abolition n’y date que de 1888….)
    D’où l’importance sur la côte des rites de la Macumba ou du Condomblè qui ne sont pas du tout des rites indiens (de Bahia ou d’ailleurs) mais sont des rites magiques purement africains, importés par les esclaves et mélangés par la suite avec le catholicisme, qui se sont amalgamés aux rituels animistes locaux indiens de la côte.
    Ces indiens de la côte n’ont évidemment que peu ou plus rien à voir les indiens de la forêt actuelle localisée à des milliers de kilomètres de là!
    En revanche la déesse Pachamama – qui n’a rien à voir avec les panthéons et les rites précédents – mais qui est évoquée ici est effectivement purement indienne: c’est une grande figure de la cosmogonie andine (Bolivie, Pérou, haute Amazonie) surtout connue de l’empire Inca à son apogée.
    Les approximations ne s’arrêtent d’ailleurs pas là: nous apprenons ainsi qu’il y avait une déesse de la fertilité à Babylone nommée “Astra”!!!…
    Personnellement je ne connais qu’une marque de margarine qui réponde à ce nom! I
    ll y a eu une déesse akkadienne qui se nommait initialement Inana et qui sera plus tard présente à Babylone sous le nom d’Ihstar ou Eshtar… Son nom sera hébraïsée en Ashéra lorsqu’elle partageait – avant le règne d’Ezéchias – le temple de Jérusalem avec Yaveh, notamment encore à l’époque du roi Achaz..
    Condamner les faux dieux ne dispense tout de même pas d’un peu de culture et surtout d’un peu de rigueur! C’est même recommandé pour être crédible!

    • Yves Bourgeois says:

      Souhaitez-vous décrédibiliser le propos de cet évêque ou simplement faire preuve d’une culture qui vous dépasse et que lui connait mieux que nous; malgré ce que vous en pensez !

      • Sandrine says:

        Pourquoi lui dites-vous : “une culture qui vous dépasse” ??
        Il dit ce qu’il sait. Je ne vois pas en quoi ça le dépasse. Je pense plutôt que c’est vous qui êtes dépassé par sa culture.

    • Merci pour partager vos connaissances sur le sujet! De nos jours les amalgames sont “vite-fait”. Il reste qu’en tant que chrétiens catholiques nous sommes “choqués” que se passent au Vatican de telles pratiques sans que “personne” ne s’oppose à ces manifestations “païennes”!?

    • Astarté est une divinité sidérale constamment associée à Baal . La journaliste a dû mal relire son article , son Astra : doit correspondre à cette dernière . Pas d affolement !!!

    • En Astra, il y a aussi l’Opel Astra.

  4. 1 Corinthiens 10, 20 Mais ce qu’on immole, c’est à des démons et à ce qui n’est pas Dieu qu’on l’immole. Or, je ne veux pas que vous entriez en communion avec les démons.
    1 Corinthiens 10, 21 Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur et à la table des démons.
    1 Corinthiens 10, 22 Ou bien voudrions-nous provoquer la jalousie du Seigneur? Serions-nous plus forts que lui?

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !