Terrorisme islamique, commerce international, racines chrétiennes, lutte contre l’immigration clandestine, blindage des frontières, en un mot défense des identités nationales et européenne, ce sont les thèmes forts sur lesquels se concentre l’agenda du bloc souverainiste qui vise la conquête du plus grand nombre possible de sièges au futur Parlement européen

« L’Europe du bon sens », la nouvelle plateforme lancée par Matteo Salvini lundi dernier à Milan avec des souverainistes d’autres pays européens, se fonde en grande partie sur ces sujets clés.

Indépendamment des intérêts particuliers de chaque pays, tous les partis européens de facture souverainiste sont d’accord sur l’idée qu’il faut renforcer les frontières dans le cadre d’un plan commun tout en luttant contre l’immigration clandestine. Parce qu’il est clair que si un pays à l’intérieur de l’Europe ferme ses confins, les migrants resteront immanquablement à l’intérieur du pays où ils ont débarqués.

Un autre point du programme sur lequel les souverainistes européens ont trouvé un dénominateur commun est celui de la défense des identités nationales et des racines chrétiennes de l’Europe.

Ces deux thèmes vont de paire avec une autre thématique fondamentale, la lutte contre le terrorisme islamique. L’idée du front souverainiste est que terrorisme islamique et immigration incontrôlée marchent ensemble :

« Le danger pour l’Europe ne vient pas de son passé, mais du terrorisme islamique. »

« Avec la Ligue au gouvernement et cette famille en Europe, la Turquie ne rentrera pas dans l’union Européenne »

a souligné Matteo Salvini.

Concernant le domaine économique, le bloc souverainiste milite pour la reconquête de certaines compétences laissées à l’Union Européenne et aux institutions internationales, telle l’Organisation Mondiale du Commerce. Salvini en tête, les alliés de « L’Europe du bon sens » ont réitéré l’idée que l’OMC ne peut légiférer de manière ponctuelle et universelle sans respecter les exigences et les sensibilités de chaque pays.

Un programme destiné selon ses auteurs à apporter un peu de bon sens à l’Europe.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés