Le cardinal Carlo Caffarra est mort hier matin mercredi 6 septembre à l’improviste et de façon inattendue.

Agé de 79 ans, il vivait à Bologne, dont il était l’archevêque émérite. Cette année il avait fait parler de lui en s’opposant ouvertement au pape au sujet des ambiguïtés contenues dans l’exhortation bergoglienne sur la famille, Amoris Laetitia. Il avait d’ailleurs signé, en compagnie de trois autres cardinaux, les fameux Dubia envoyés à François auxquels ce dernier n’a jamais daigné répondre. Lui qui pourtant trouve le temps d’appeler au téléphone des politiciens radicaux, anti-cléricaux et pro-avortement comme feu Marco Panella ou, pour lui payer un voyage à Sainte-Marthe afin de venir le rencontrer, une transsexuelle espagnole se plaignant de l’intransigeance de son curé. Non, vraiment, les défenseurs de la famille traditionnelle et de la loi naturelle n’ont pas le droit à la considération de ‘l’aimable’ François !

Étonnamment un autre des signataires est décédé lui-aussi cette année, le 5 juillet dernier à l’âge de 83 ans, le cardinal Joachim Meisner pendant qu’il était en voyage en Allemagne.

Il ne reste donc plus de « cette bande des quatre », comme on les surnomme au Vatican, que deux cardinaux pour contre-carrer les machinations de François sur la famille : Raimond Burke (69 ans) et Walter Brandmüller (88).

Avant, qui sait, que « la malédiction » de François ne les emporte…

Francesca de Villasmundo  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La vérité à la France

La France est arrivée à un moment solennel où il est nécessaire de lui dire la vérité. Si elle peut l’entendre, elle refera ses forces presque épuisées, elle reprendra une marche sûre, véritablement et solidement progressive; si elle ne peut pas l’entendre, elle marchera à une ruine certaine, à un abaissement dont elle ne se relèvera jamais.

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :